Partagez | 
 

 Résumé de l'histoire du forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Chagrin d'Orage
Guérisseur(se)
avatar


Messages ; : 1486
Humeur ; : =)

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Résumé de l'histoire du forum   Mer 18 Juil 2012, 15:33



L'histoire de la vie
❝ Parce que c'est toujours mieux de savoir où on met ses pieds! ❞

[Ce texte reprend l'histoire du forum à partir de la fin du chapître 1]
La paix qui suivit l’attaque des chiens dura de nombreuses lunes, les Clans se reconstruirent et reprirent des forces, lentement mais sûrement. Etoile de Cendre dirigeait toujours le Clan du Tonnerre, secondée par Cœur Sauvage. La Rivière était menée par Etoile d’Ebène, dont le lieutenant était Feuille Glacée. Le Clan du Vent avait affronté toutes les menaces avec son leader, Etoile d’Hiver, épaulé par Pluie Cendrée et Etoile d’Argent était devenu chef de l’Ombre, avec Aurore Boréal à ses côtés. Le gibier repeupla les bois, tout le monde sembla oublier les terribles dangers qu’ils avaient dû affronter. Les temps de calme auraient pu durer éternellement, mais une nouvelle menace pesa bien vite sur la forêt. Etoile du Tigre, guerrier déchu du Tonnerre, était de retour, plus puissant que jamais. Il avait reformé un Clan, qu’il avait baptisé comme une des tribus de Grands Chats, le Clan du Tigre, et était bien décidé à prendre le pouvoir. Il avait prit un grand chat noir nommé Tornade de Jais pour l’assister. Ils se préparèrent longuement et enfin, il décida de s’attaquer au Clan du Tonnerre. Le temps de la guerre arriva…

Etoile de Tigre soufflait sur le sol encore couvert de neige. Une petite buée se forma, voletant devant le pire chat qu'ait connu la forêt. Ce dernier grogna et releva la tête. Ce chat tigré, c'était Etoile du Tigre. LE Chat de la forêt. Le seul. L'unique. Le pire. Il ne regarda pas derrière lui. Son regarda était rivé ver le camp du clan du Tonnerre. Ses yeux ambrés brillaient d'une flamme impossible à cerner. La flamme de la vengeance. *Je vous tuerai. Tous.* Sa voix sonna, dure, froide, formelle et sans appel.

- En route.

Des chats allaient derrière lui. Derrière un seul chat. Un grand chat brun moucheté de noir aux yeux ambrés et aux griffes luisantes, crocs découverts. Ses grandes pattes foulaient le sol alors qu'il se mettait à courir, se ruant, sans un seul bruit, vers le clan du Tonnerre. En approchant, il ralentit et se redressa, le regard fier. Les herbes hautes l'entouraient.

Etoile du Tigre s'arrêta et regarda par-dessus son épaule. Ils l'avaient suivi. Certains pour les territoires, d'autres par crainte, beaucoup par crainte, et d'autres encore pour retrouver un semblant de félinité. Enfin, pour ça, ils étaient mal barrés, s'ils croyaient le baratin du beau parleur tigré. Ce dernier se remit en marche d'un pas léger, rapide et décidé. Le guerrier tigré miaula doucement.

- Celui qui fait un bruit, à partir de là, sera le premier à franchir les lignes ennemies, seul avant d'être rejoint, donc promis à une mort certaine. Faites-vous légers, pour survivre.

Il gronda encore une fois. Seules les fougères bougèrent quand il franchit l'orée des arbres. Le grand chat moucheté accéléra la cadence, sans se soucier si ses sbires le suivaient. Ils avaient tout intérêt. Ils arrivèrent près du clan. Un acolyte présent dans le clan en avait chassé les principaux guerriers à la chasse, jouissent d'une certaine prestance, sans avoir besoin d'être lieutenant. Il s'avança à pas de loup, encore plus discret. Le vent soufflant dans la bonne direction agitait doucement les feuilles des arbres et les brins d'herbe. Le grand chat moucheté se tassa sur lui-même, prêt à bondir. A son signal, tous jailliraient sur le futur champ de bataille. Il agita la queue. Et la bataille commença.

Ce fut un combat terrible, le sang coula à flot, les hurlements des duels restèrent gravés dans l’esprit des félins. Etoile de Cendre et Etoile du Tigre s’affrontèrent, la mêlée des deux combattants était la plus terrible de toute. Ce fut finalement la chef du Clan du Tonnerre qui tua son ennemi, mettant fin à ses projets de conquête. Malheureusement, Cœur Sauvage perdit la vie lors de l’assaut, laissant le Tonnerre sans lieutenant. De l’autre côté de la forêt, Tornade de Jais se faisait mettre en pièce par le Clan du Vent, la victoire d’Etoile d’Hiver fut longtemps contée. Ce jour de guerre mit un terme aux agissements du chat tigré et de son gang de matous malfaisant, le Clan du Tigre n’était plus qu’un mauvais souvenir.


Les saisons s’écoulèrent, une nouvelle ère de paix débuta. Elle fut chargée de naissance, de nomination et d’une douce tranquillité apaisante. Etoile d’Hiver perdit la vie, remplacé par Etoile du Démon et secondé par Danse des Flammes. Etoile de Cendre mourut à son tour et ce fut Etoile du Clown qui prit la tête du Clan du Tonnerre, d’abord épaulé par Feuille de Pensée puis par Flocon d’Hiver. Plume de Saphir devint la lieutenante de la Rivière et rien ne changea pour le Clan de l’Ombre. Enfin, ce fut d’abord ce que tout le monde cru. En effet, quelque chose préparait, dans les tréfonds du plus sinistre Clan des bois, sans qu’Etoile d’Argent n’en sache rien. Un guerrier de cette tribu, Pomme de Pin, eu une vision de Lune des Sables, la chatte qu’il avait jadis aimée, lui annonçant une étrange prophétie : « Un fléau s'abattra sur la forêt… Ce fléau, c’est toi… Le Crépuscule noiera cette forêt dans les ténèbres… Ceux qui n’ouvriront pas leur âme aux ténèbres périront… Les chats seront réunis sous la même religion… Crois en la Lune, et venge-moi, Fléau des Pins… » Le lendemain, il alla voir son fils, Pluie de Flocon, qui était aussi le guérisseur du Clan, et lui raconta son songe. Ce dernier avait vu la même chose, durant la nuit. Ils décidèrent d’ignorer ces étranges cauchemars et le soir, ils allèrent se coucher comme si de rien n’était.

Le matou brun-tigré se réveilla tard dans la nuit. Il n’arrivait pas à se rendormir. Il sortit de la tanière à pas de loup prendre l’air. Il s’ébroua puis se laissa aller à observer la Lune. Il resta les yeux fixés sur elle, un bon bout de temps. Il était hypnotisé. Et après…

Des sensations traversaient parfois la barrière charnelle du guerrier pour se transmettre dans son cerveau. Il courait. L’herbe lui chatouillait le ventre. Il sentit une odeur nauséabonde. Sentit du gravier sous ses pieds pendant une dizaine de secondes. Entendit un vacarme assourdissant, qui s’estompa peu à peu. Perçu des odeurs de chats du Clan du Tonnerre. Puis de Vent. Puis de la Rivière. En à peine une heure, il avait traversé les territoires de tous les Clans. Il sortit de cet sorte de rêve éveillé puis reprit conscience dans une sorte de clairière, qui appartenait apparemment au Clan du Tonnerre. Cette clairière était au milieu d’une pinède. Des Pins magistraux s’en élevaient, semblant dominer les chats tout autour. Quand ces Pins s’agitaient, ils semblaient développer une force hors du commun. Pomme de Pin prit enfin réellement conscience de ce qui l’entourait et de là où il était. Il fallait vite rentrer sur le territoire du Clan de l’Ombre, sinon il allait avoir de gros ennuis ! Il se dépêcha de traverser cette pinède dans le sens inverse, suivant sa propre odeur pour le guider. Il passa à côté des Quatre Chênes, signe que son territoire n’était plus très loin. Il traversa enfin le Chemin du Tonnerre en sens inverse, et retourna dans son territoire. Il pouvait enfin se poser toutes les questions qu’il souhaitait se poser depuis un moment : Comment était-il arrivé là bas ? Qu’est-ce que ces Pins voulaient dire ? Pourquoi il ne s’était pas « réveillé » avant ? Pourquoi, déjà, était-il parti là-bas ? Toutes des questions sans réponses. Le soleil commençait déjà à se lever. Il fallait absolument qu’il rentre au camp dans les minutes qui suivaient, sinon Étoile d’Argent allait faire de lui de la chair à pâté. Le guerrier se mit en route au triple galop, ignora les ronces qui lui déchirèrent sans arrêt les flancs, et déboula enfin dans le camp.

Une fois arrivé, il dut s’expliquer devant la meneuse, qui ne crut pas son histoire de rêve, persuadée qu’il était un traître. Cet échange fut suivit d’une assemblée de Clan durant laquelle les guerriers de l’Ombre ordonnèrent à Pomme de Pin de quitter la tribu, qui fut obligé de s’exiler. Il partit le jour même et traversa les terres ennemies, tombant alors sur des chats adverses qui le défièrent. Le duel fit rage et l’ancien chasseur de l’Ombre était blessé.

Pluie de Flocons entendit clairement les cris des combats. Il entendit les deux chats hurler à la mort. Puis plus rien. Il se risqua à aller voir le champ de bataille. Un guerrier gris, plutôt jeune, et qui appartenait au Clan du Vent, gisait au sol. Son ventre ne se soulevait pas : la vie l’avait quitté. Mais la trace de Pomme de Pin demeurait : cela signifiait donc que le guerrier était en vie. En suivant l’odeur de son père, Pluie de Flocons remarqua qu’une ligne de sang suivait sa trace. Petit à petit, la ligne gagnait en épaisseur. Le guérisseur craignait le pire. Il tomba sur son père, inconscient. Pris de panique, le félin gris-tigré ne sut que faire. Il suivit son instinct de guérisseur et se mit en quête de toiles d’araignées, pour stopper l’hémorragie. Il en trouva au coin d’un buisson d’ajoncs. Il chercha ensuite des feuilles de souci, pour limiter l’infection. Il trouva un plant dans une petite clairière. Sitôt ces remèdes acquis, il retourna auprès de son père, pour appliquer de suite la toile et les feuilles. Son père se réveillait peu à peu, ses yeux s'ouvraient telle une fleur qui éclos.

Pomme de Pin se réveilla dans une petite clairière. Et toujours les mêmes questions. Mais petit à petit, tous les morceaux s’emboîtaient dans sa tête. Tout était clair. En ouvrant les yeux, il vit Pluie de Flocons le fixer. Il sentit que sa blessure lui faisait moins mal. Son fils, qui avait suivi la formation de guérisseur, avait sûrement du le trouver là, gisant, inconscient, et s’occuper de lui. Mais quelle opinion devait-il se faire de son père, lui qui avait fui le Clan ? Il répondit à ses questions, sans le savoir.

- P’pa, je comprends maintenant maman quand elle me disait de te suivre quoi que tu fasses et où que tu ailles. Tu es un paria, un traître aux yeux du Clan. Mais moi je te suivrai. Quand j’étais un chaton, je n’écoutais jamais maman. Je l’écouterai au moins une fois dans ma vie, même au-delà de la Toison Argentée.

L’ancien guerrier du Clan de l’Ombre fut choqué par ces deux derniers mots. « Toison Argentée ».

- Tu te trompes. Nous nous trompons depuis le début, mon fils. Le Clan des Etoiles n’est que futilités. Lune des Sables est aussi venue me voir durant mes rêves. Elle descendait de la Lune. Et lors de mon second rêve, elle m’a clairement dit qu’elle appartenait au Clan de la Lune.

Pluie de Flocons n’en revenait pas. Lui aussi avait rêvé que sa mère venait le voir de la Lune, mais il avait cru subir une illusion d’optique. Mais non. Les Clans s’étaient vraiment trompés ? Les guérisseurs entraient en communion avec le Clan de la Lune ? Les chefs recevaient leurs vies du Clan de la Lune ? Tous se trompaient-ils ? Mais la phrase prononcée par sa mère le hantait. « Suis ton père, quoi qu’il fasse et où qu’il aille ». Il ne pouvait pas s’en défaire. Cette phrase lui collait à la peau. Il ne pouvait pas s’en défaire. Elle ne pouvait pas le quitter.

- Je te crois. Je te suivras. On vivra en croyant à nos vrais ancêtres. On essaiera de convaincre le plus de chats possibles qu’ils se trompent. Les autres… On les tuera, pour leur prouver qu’ils ont tort. Pour qu’ils rejoignent le Clan de la Lune.

-Bien parlé. Je me nommerai désormais Fléau des Pins, tel que Lune des Sables m’a nommé durant mes deux rêves. Et en cette soirée, je fonde le Clan du Crépuscule, qui croira au vrai Clan qui veille sur nous, en honneur au Crépuscule qui s’abat sur cette forêt en ce moment même. Les chats qui penseront comme nous, ils rejoindront notre Clan. Les autres vont mourir, pour qu’ils rejoignent nos vrais ancêtres, qui sont de la Lune. Pour qu’ils voient qu’ils sont dans le tort !

Le Crépuscule s’abattait en effet sur la forêt. Rien ne pouvait l’arrêter. Et ce Crépuscule là était particulièrement sombre.


Peu après la création du Clan du Crépuscule, Etoile d’Ebène perdit la vie et ce fut Etoile de Saphir qui prit la tête du Clan de la Rivière, elle choisit Rubis Céleste comme lieutenante. Etoile du Démon laissa sa place de meneur à Etoile des Flammes pour diriger le Clan du Vent, mais aucun autre changement ne survint pour les autres tribus. Cependant, c’était loin d’être la fin des ennuis pour les habitants des bois. En effet, alors qu’un nouveau Clan menaçait les autre, les Bipèdes s’agitaient. Une menace flottait dans l’air, et le Clan de l’Ombre fut le premier à la sentir…

Le chat s’arrêta brusquement, le museau en l’air. L’odeur de pourriture était loin, pourtant elle était si forte qu’il pouvait la sentir d’ici. La peur s’empara de lui, mais il continua, poussé par une curiosité dévorante. A côté de ce que son museau flairait, le charnier sentait la rose. Qu’est ce qui puait autant ? Plus il se rapprochait de la source, plus il arrivait à discerner des variantes dans les odeurs. L’odeur de la mort, de la maladie, de la chair à corbeaux… Rien de bien étrange pour qui vivait près du charnier, mais l’odeur était trop puissante, et il restait une ultime effluve qu’il n’arrivait pas à identifier.

Quand ses pattes foulèrent le sol marécageux, et que son regard se posa sur l’étendue vaseuse, il comprit qu’il aurait mieux fait de ne jamais venir. Un renard agonisait. Il empestait toutes les odeurs qu’il avait senties. Le guerrier feula et recula d’un pas. Mais la bête ne s’était même pas aperçue de sa présence ; elle était devenue inoffensive. La créature orange rendit son dernier souffle, et il s’autorisa à lui tourner le dos. Des vingtaines de bidons jaunes et noirs, presque tous éventrés d’un côté, un trou parfaitement géométrique, rond, étaient dispersés près de l’eau. Certains y flottaient même. L’odeur qu’il n’identifiait pas venait principalement d’eux. Prudemment, il se dirigea vers eux et renifla avec plus de vigueur. Il failli s’étouffer, et recula précipitamment. C’était infect ! Il jeta un coup d’œil du côté de l’eau et décida de l’inspecter avec plus de soin. L’eau dégageait la même odeur de moisie que d’habitude, rien de changé. La couleur était la même. Pourtant, le renard avait bien dû s’empoisonner en la buvant… il n’était pas bête au point de lécher les bidons bicolores, provenant à coup sûr des Bipèdes. Il avait été nommé guerrier il y avait seulement une lune à peine. Il avait encore l’esprit d’un chaton. Leur curiosité.

Ce fut elle qui le tua. Il lapa quelques gorgées de l’eau boueuse, espérant y déceler quelques notes discordantes. Au début, rien ne se produisit. Il ne sentit aucun changement en lui-même, et l’eau avait son goût habituel. Au bout de quelques minutes qu’il passa à fureter dans les environs, malgré la puanteur, une vague de douleur le jeta à terre. Puis une autre. La douleur devint constante. Elle lui tordait les entrailles. Il comprit que c’était la fin. Il devait prévenir son Clan. Malgré la souffrance, il courut plus vite que le vent lui-même au camp. Il s’effondra devant la tanière du guérisseur, traînant derrière lui une aura de mort.

- Aux mar…mar…cage…cadavre…re….ard…poi…son…eau…Bipède…

Ce furent les derniers mots qu’il dit. Ses yeux devinrent vitreux, son expression atrocement douloureuse, puis sereine. Il était mort. Cet événement sembla être le point de départ de l’étrange maladie qui frappa la forêt. En quelques lunes, les choses prirent une terrible tournure, les morts étaient nombreux. Bien sûr, les Clans essayèrent de trouver un remède face à ce fléau…

Le guerrier tenta de se guider à la vue, en vain. Il était parti en expédition pour ramener des plantes aux chats qui se mourraient. Il faisait partie, avec sa patrouille, des rares rescapés.
Des rescapés physiques, car le moral avait été sapé pour tout le monde sans exception. Ils étaient fatigués, éreintés, déprimés et lasses. Cette course aux remèdes leurs semblaient être une chasse au trésor, dont le trésor ne serait qu’un mirage.

Pourtant, ils devaient continuer pour sauver leur Clan. C’était la seule chose qui faisait encore bouger leurs muscles. Ils n’avaient cependant pas perdu la grâce qui n’était destiné qu’aux chats, et malgré leurs airs abattus, l’espoir flottait autour d’eux, enjôleur, les caressant pour mieux les happer en son sein. Ce qui n’était pas une si mauvaise chose… Ils passèrent la nuit en prenant des tours de gardes, mais tous les sommeils, bien que brefs, furent agités. Le lendemain, le grand chat qui menait la patrouille se remémora les paroles de la guérisseuse. « C’est presque une plante de légende, mais elle existe encore, j’en suis convaincue. Il faut la trouver… »
La description que la chatte en avait faite lui revint en mémoire, et son regard balaya l’étendue comme pour le narguer. Comment trouver une seule de ces fleurs si petites ?

Et pourtant, ses yeux les trouvèrent. Avant même de s’en être rendu compte, il était devenu fébrile, avait le souffle rauque et s’élança en direction de la plante… Oui, c’était elle. Il y en avait énormément. Il poussa un cri de joie, et ses compagnons l’imitèrent quand ils l’eurent rejoint. Enfin, ils allaient rentrer chez eux.

Peut-être auraient-ils mieux fait de rester là où ils étaient. Quand ils pénétrèrent dans le camp, la maladie empestait de partout. L’odeur amère de la mort flottait et celle très peu ragoûtante de la pourriture l’accompagnait. Le cœur serré, le grand guerrier fit son rapport à son chef et apporta les plantes qu’ils avaient ramenées à la guérisseuse. Elle esquissa tout juste un sourire avant de distribuer les plantes à la ronde. Les plaintes de douleur s’apaisèrent.

- Ils vont guérir ?

- S’ils guérissent, ce ne sera pas avec cette plante.

- Quoi ? Mais…

- Avec, je ne peux que repousser l’échéance et la douleur…il m’en faut beaucoup plus, le temps de trouver d’autres remèdes.

La profonde lassitude qui l’avait quitté depuis sa trouvaille resserra son étaux autour de lui pour ne plus le lâcher. Il ne se sentait plus vivre, plus penser, plus parler. Il était mort à l’intérieur. De tristesse. De rage, d’impuissance. Il n’avait pas réussi à sauver leurs vies.

Finalement, après une dure saison froide durant laquelle le mal dévasta toutes les tribus, les guérisseurs parvinrent à dénicher une plante pouvant les sauver, à leur grand soulagement. Pendant ce temps, le Clan du Crépuscule nomma un nouveau leader : Fléau des Enfers, dont les desseins plus sombre que jamais étaient sur le point de plonger la forêt dans un chaos infernal que les guerriers devraient affronter avec le plus grand courage.

Et vous ? Qui serez-vous dans cette bataille ? Un loyal guerrier du Tonnerre, un vaillant pêcheur de la Rivière, un vif chasseur de lapin du Vent, un rusé combattant de l’Ombre ou un fourbe espion du Crépuscule ?

© CSS.Mzlle Alice/Texte.Fléau des Enfers.
Revenir en haut Aller en bas
 

Résumé de l'histoire du forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Colloque sur l'histoire de la grande pêche.
» BALNY (AE)
» Forum Passion-Histoire.Net
» Qui du forum participe à la MESA 2010
» Recherche un livre, histoire sur...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans RPG ::  :: Règlement & Histoire :: Contexte-
firefox Forum optimisé pour Mozilla Firefox et pour une resolution de 1280*800 px. © Copyright by "La guerre des Clans RPG", tout droits réservés. Idée originale d'apres "La guerre des clans" d'Erin Hunter. Toute reproduction de textes, d'images et de concepts est strictement interdite. Forum by Ladylemon (Brûlure d'Acide & Rivière Brisée) & Edrakan (Etoile de Cendre). Géré par Ladylemon, Edrakan, Tykasu (Etoile d'Argent), BN (Etoile d'Hiver) & Doddz (Etoile d'Ebène).
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Air du temps et Société | Ados, Enfance, Famille