Partagez | 
 

 Chapitre 2. La trahison.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Chapitre 2. La trahison.   Sam 11 Sep 2010, 16:24

Chapitre 1-Doute.




Pomme de Pin grelottait. Le temps était frais pour la saison. Le vent soufflait dans les arbres, faisant virevolter les feuilles dans le paysage. Le matou se trouvait dans son camp, devant la tanière des guerriers. Il entreprit sa toilette, puis s’étira. Après une longue journée de chasse, c’était plein de courbatures que le félin revenait au camp. Pomme de Pin se tourna sur son ventre, puis contempla le paysage. Le soleil se couchait. Le Crépuscule arrivait, plongeant dans les ténèbres ce monde, le temps d’une nuit…

Le guerrier brun-tigré fut tiré de ses pensées par une voix. Une voix qu’il connaissait. Il regarda dans la direction d’où venait ce son. Il vit son fils, Pluie de Flocons. Toujours avec son air nonchalant, mais très louche. En effet, Pomme de Pin avait des doutes sur son fils, quant à ses fréquentations. Le guerrier soupçonnait le guérisseur à peine nommé de côtoyer des anciens membres du Clan du Tigre. Clan qui n’existait plus, depuis la mort de son chef, Étoile du Tigre. Il écoutât son fils :



-Salut, P’pa. Belle soirée, non ?


Pomme de Pin fut étonné de cet air si… Gentil, de la part de son fils. Après tout, peut-être que les doutes du guerrier n’étaient que des futilités. Peut-être que le jeune guérisseur n’avait aucun lien avec un membre de l’ex-Clan du Tigre. Pomme de Pin oublia tout de suite ces pensées. Bien sûr que si, Pluie de Flocons avait un lien avec un des membres de ce Clan. Nuage de Flammes. L’autre fils de Pomme de Pin. Ce traître avait rejoint le Clan du Tigre, avant la disparition de son chef, juste dans le but de devenir plus fort. En effet, l’ancien apprenti du Clan de l’Ombre était devenu plus fort. Mais il en découla autre chose. La mort de sa mère, l’ancienne compagne de Pomme de Pin. Elle s’appelait Lune des Sables. Elle mourut peu-après la défection de Nuage de Flammes, de chagrin. Elle était très attachée à ses fils, particulièrement à ce dernier. Pas étonnant que son départ causa une déchirure irréparable dans le cœur de l’ancienne guerrière.
Pomme de Pin prit sur lui. Il se força à répondre de manière aussi gentille que la question lui avait été posée :



-Bonjour, Pluie de Flocons. Oui, belle soirée. Ce Crépuscule est particulièrement beau, aujourd’hui.



Le félin relança ensuite la conversation :



-Tu es content d’avoir été nommé guérisseur ? Cela représente un travail et des responsabilités énormes, tu sais.



En attendant la réponse de son jeune fils, Pomme de Pin se laissa à contempler le paysage. La saison des feuilles vertes était bien présente, malgré le froid qui régnait dans la clairière. Les arbres bourgeonnaient pour la plupart, et d’autres avaient déjà donné des feuilles. Les fleurs étaient éclatantes de couleurs et de beauté. Pomme de Pin remarqua un champ de fleurs non loin de là. Il se laissa aller, et observa dans les moindres détails ce champ, voulant absorber les nombreuses couleurs présentes. Mais à chaque fois qu’il tentait d’observer une chose pendant longtemps, se yeux retombaient sur le Crépuscule. La vision de ce soleil couchant, et inversement de la lune qui se levait, affolait presque le félin. Le sentiment d’un grand bouleversement émergeait en lui…
Il fut enfin tiré de ses sombres pensées par son fils :



-Je sais bien, P’pa. Mais dis-toi bien que c’est pour cela que j’ai voulu suivre la formation de guérisseur. Et je serais un grand guérisseur pour le Clan de l’Ombre, que ça te plaise ou non.


Pomme de Pin répondit presque instantanément :


-Ce sont les paroles que je voulait entendre. Je suis fier de toi, mon fils.



En effet, les yeux du guerrier étaient emplis de fierté. Qu’importe ses relations, son fils deviendrait un grand guérisseur. Il observa le jeune guérisseur. Ses traits avaient changés, depuis que les deux félins ne se parlaient plus trop. Le corps de Pluie de Flocons était plus raffermi. Il n’avait pas les muscles qu’avait un guerrier au bout de sa formation d’apprenti, mais en combat, il pouvait largement se débrouiller. Les yeux du guérisseur, aussi, dégageait plus de sagesse qu’avant. Mais un autre air se développait au fur et à mesure du temps. Un air plus sombre, plus renfermé. Le visage du jeune félin tigré passa de la bonté à la… Rancune. Pluie de Flocons rétorqua, d’un air de rébellion :



-Qu’importe ta fierté, P’pa. Elle ne nous sera pas très utile, en ce bas-monde. La fierté n’a sauvé personne d’une maladie, à ce que je sache. La fierté, c’est pour les faibles.



Pomme de Pin fut très surpris par cette réaction aussi… vive, de la part de son fils. Le ton qu’il a employé, les mots qu’il a utilisé… Le guerrier resta bouche bée, contemplant son fils retourner dans la tanière des guérisseurs, auprès de Nuit d’Encre, pour dormir. Le matou brun-tigré n’en revenait toujours pas. Ses doutes planèrent autour de lui, tels des vautours pourchassant une proie, guettant le bon moment pour attaquer. Le fait que son fils ait répliqué une réponse aussi pleine de méchanceté gratuite n’arrangea pas le moral de Pomme de Pin. Il se laissa divaguer aux pensées les plus sombres, le temps d’un instant. Une idée germa dans son esprit. Idée qu’il effaça aussi vite qu’elle apparut.
Le soleil s’était couché, à présent. La Lune était haute dans le ciel, dominant toutes les espèces terrestres de sa grandeur et de son impérialisme. Elle imposait sa présence, semblant dire « qui m’aime me suive, et qui ne m’aime pas meurt ». Les Étoiles semblaient soumises à la présence de cette Lune, dépendantes d’elles…
Pomme de Pin alla se coucher sur ces funestes pensées.


___________________________________________________________



Le lendemain matin…

Pomme de Pin avait mal dormi, cette nuit là. Sa nuit fut agitée par des cauchemars. Le félin se réveilla en trombe dans la tanière des guerriers. Il n’avait pas fait trop de boucan, apparemment. Il sortit de la tanière, en prenant soin au passage de ne pas réveiller les autres guerriers qui dormaient encore. Il s’attendait à ce que le Soleil lui aveugle les yeux, mais non. Il fut surprit à voir cette masse de nuages regroupés sur la forêt. La pluie semblait prête à frapper, à n’importe quel instant. Le félin s’étira paisiblement, puis alla chercher les restes de gibier d’hier, pour reprendre des forces. La conversation d’hier avec Pluie de Flocons résonnait à ses oreilles, le narguant presque. Triste coïncidence, il vit son fils se diriger, lui aussi, vers le coin du gibier. Nuit d’Encre l’attendait dans la tanière des guérisseurs. Pomme de Pin semblait décidé à comprendre la réaction d’hier du jeune félin. Il s’avança vers lui. Triste réaction. Pluie de Flocons avait déjà pris deux souris dans sa gueule pour les partager avec son ancienne mentor. Il aperçu son père, et ce fut d’un air nonchalant qu’il se tourna, fouetta le visage du guerrier de sa queue, puis partit rejoindre Nuit d’Encre. Le poil de Pomme de Pin s’ébouriffait, mais le matou semblait décidé à garder son calme. L’idée qui avait germé hier dans son esprit prit forme. Puis, il murmura pour lui-même :



-C’est décidé. Je pars aujourd’hui rencontrer Tornade de Jais, l’ancien lieutenant d’Étoile du Tigre. Lui saura si mon fils fréquente des membres de cet ancien Clan.




A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Chapitre 2. La trahison.   Sam 11 Sep 2010, 19:02

Chapitre 2-Rêve





La nuit était définitivement tombée. Plus un bruit ne subsistait dans la forêt. Les arbres faisaient danser leurs feuilles aux rythmes du vent, comme les brises, ou les rafales. L’air était plutôt chaud, pour une nuit. On n’y voyait pas très bien, la lune étant cachée en grande partie par des nuages. Quelques bruits de monstres sur le Chemin du Tonnerre se faisaient entendre. Une odeur de pluie s’ancrait dans l’air. On sentait que les gouttes tomberaient dans la matinée.

Pomme de Pin finissait cette observation lorsqu’il se décida enfin à bouger. Juste après que tous les membres de son Clan se soient couchés, le félin sortit à pas de loups et détala vers le Chemin du Tonnerre. Il s’était arrêté à l’Arbre Mort pour assouvir sa soif. En attendant qu’il ait repris quelques forces, il se laissa aller à l’observation du paysage. Il se leva et se secoua, voulant chasser toute pensée de son cerveau.

Cela faisait maintenant une semaine qu’il s’était disputé avec Pluie de Flocons. Depuis, ils ne se croisaient guère. Et même s’ils venaient à se rencontrer, ils ne s’adresseraient même pas la parole, et ne s’autoriseraient même pas un regard. Leur différent les avait considérablement éloignés. Chose que Pomme de Pin n’aurait jamais voulue, en tenant honneur à la promesse qu’il s’était faite. Conserver au moins un membre de sa famille. Résultat des courses : Il n’a jamais connu son père, sa mère est morte peu après sa naissance, sa compagne décédée, son premier fils a déserté et son deuxième ne lui adresse même plus la parole. Triste bilan, se dit-il.
Depuis plusieurs lunes, le matou tigré avait des doutes sur Pluie de Flocons. Cette histoire n’a fait que les renforcer. Il avait donc convenu de rencontrer Tornade de Jais, pour enfin lever ses doutes.

Le guerrier commença son périple avec prudence, préférant la sûreté à la vitesse. Il ne courut peu, privilégiant la marche silencieuse. Il se risqua devant le Chemin du Tonnerre, puis, ayant reniflé l’air pour vérifier qu’aucun monstre ne passerait, le traversa en trombe. Il atterrit dans le territoire du Clan du Tonnerre. Il sentit l’odeur très particulière de ces chats, mais pas dans les alentours. Il marcha donc vers le repaire de Tornade de Jais, qui se situait à la limite du territoire du Tonnerre et du territoire des Bipèdes. Il contourna ce qui lui semblait être le Camp du Tonnerre, prenant soin de ne faire aucun bruit, et de se situer face au vent. Il se glissa avec sveltesse dans les bois, tel un serpent à l’affût de sa proie. Avec conviction, il traversa tout le territoire du Tonnerre, renforçant son envie de vraiment connaître son fils à chaque pas. Il arriva dans une sorte de Pinède, où il redoubla de précautions pour éviter de marcher sur des brindilles.

Enfin, il arriva à destination. Une espèce de petite grotte creusée dans un grand rocher. Un endroit idéal pour une planque, effectivement. Rien que l’emplacement était parfait : juste devant le territoire des Bipèdes, et en dehors de celui du Tonnerre. Il en était sûr : il était bien à l’endroit indiqué par ses sources des autres Clans. Pomme de Pin murmura discrètement :



-Y a-t-il quelqu’un ?



En réponse à sa question, il entendit un murmure caverneux :



- Ouais ... Moi.



Rien qu’à la voix de ce chat, il était intimidé. Il comprenait enfin pourquoi Étoile du Tigre l’avait choisi comme lieutenant. Pomme de Pin se risqua à l’intérieur du repaire. Les effluves étaient marqués : Tornade de Jais devait résider là depuis longtemps. Le guerrier se faufila dans le rocher et tomba nez à nez face au matou noir. Tout ce qu’il entendit dire, c’est un « Sortons ». Pomme de Pin fit donc le chemin inverse, et attendit le gros félin noir. Il le vit enfin sortir de la petite grotte. Le guerrier tigré fut étonné de cette sûreté de lui-même qu’exprimait Tornade de Jais. L’ex lieutenant d'Étoile du Tigre se présentait devant un chat dont il ignorait l'existence jusqu’à maintenant, et l’invitait lui-même à sortir. A sa place, Pomme de Pin aurait déjà sauté sur l’inconnu ! Enfin, Tornade de Jais le toisa avant de prendre la parole :



- Humpf...Clan de l'Ombre hein... Et c'est quoi ton nom ?



Pomme de Pin ne fut pas étonné de l’odorat si aiguisé du matou noir. Il répondit :



-Mon nom est Pomme de Pin, Tornade de Jais. Je suis ici, car il me faut te parler.



Pomme de Pin attendit la réponse de Tornade de Jais, qui fut presque instantanée :



- Tiens donc ...... Hum, et alors ?



Pomme de Pin réfléchit bien aux mots qu’il emploierait. Ayant trouvé une réponse satisfaisante, il répliqua :



-Eh bien… Je souhaiterais savoir si mon fils, Pluie de Flocons, te fréquente, ou fréquente un autre membre de cet ancien Clan.



Pomme de Pin observa soudain comme un soupçon d'intérêt dans le regard de Tornade de Jais, qui rétorqua :



-Ah... Certes, ce p'tit félon ne m'est pas inconnu. Et ça te pose un problème ?



Pomme de Pin fut un peu énervé par cette réponse si provocante. Tout en gardant son sang-froid, il répondit au félin noir :



-Oui, ça me dérange un peu, vois-tu. Il doit déjà se consacrer à son Clan…



Le visage de Tornade de Jais exprima peu à peu une certaine indifférence. Il répondit une nouvelle fois :



-Quel dommage ... Et sinon, ta Lune des Sables ?



Répondit Tornade de Jais d’une voix monocorde et nonchalante, qui eut le don d’exaspérer Pomme de Pin. Le guerrier eut de plus en plus de mal à garder son calme. Avec beaucoup d’efforts, il put dire :



-Lune des Sables est … morte. Mais tu n’as toujours pas répondu à ma question.



Tornade de Jais rétorqua :



-Oh, pardon.... Petite pomme de pin. Question... Quelle question ? Ah...Ton fiston, mouais...



Pomme de Pin s’énervait. Son poil s’ébouriffait au fil des paroles de l’ex-lieutenant d'Étoile du Tigre. Le guerrier répondit, exaspéré, et avec un petit air de menace :



-Réponds-y, crotte de souris !



Tornade de Jais semblait de plus en plus lassé. Il répondit d'un ton méprisant :



- Eh, du calme... Et puis même si ce Pluie de Flocons venait me voir en cachette, c'est pas la mort non plus...Quoique...



Il n’en fallait pas plus pour énerver définitivement Pomme de Pin. Le guerrier se jeta sur Tornade de Jais, toutes griffes dehors. Mais, en deux temps trois mouvements, sans que le félin tigré puisse y comprendre quelque chose, il s’était retrouvé cloué au sol, Tornade de Jais lui murmurant « tu n'es qu'un faiblard… » à l’oreille, avant de l’assommer.


_______________________________________________________



Pomme de Pin se trouvait dans une clairière qu’il n’avait jamais vu auparavant. Les questions fusèrent dans son esprit, mais il se retint de se le poser, trop absorbé par le spectacle qui se passait au dessus de sa tête.
Les étoiles et la lune étaient recouvertes par les nuages. Sauf qu’une chose peu banale se produit : la lune bougeait. Elle traversait les nuages, et sembla anormalement proche de Pomme de Pin. Soudain, il prit conscience d’une chose : cette Lune, c’était Lune des Sables. Trop choqué pour parler, il se contenta d’écouter la femelle :



-Un fléau s'abattra sur la forêt… Ce fléau, c’est toi… Le Crépuscule noiera cette forêt dans les ténèbres… Ceux qui n’ouvriront pas leur âme aux ténèbres périront… Les chats seront réunis sous la même religion… Crois en la Lune, et venge-moi, Fléau des Pins…



Après cette déclaration pleine de surprises, Pomme de Pin replongea dans un sommeil sans rêves.





A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Chapitre 2. La trahison.   Dim 12 Sep 2010, 10:28

Chapitre 3-Décadence.




Le lendemain matin qui suivit ce funeste rêve, Pomme de Pin se réveilla tard. Et encore, il aurait dormi plus longtemps si ce n’était pas son lieutenant, Aurore Boréale, qui l’avait réveillé de force. Il sortit de la tanière des guerriers. Le soleil était déjà à son zénith. Et il déclinait déjà, doucement, telle une rivière qui suivait son court. Les guerrier du Clan de l’Ombre mangeait déjà. Pomme de Pin put apercevoir Étoile d’Argent dans son antre, que se délectait d’un lapin bien dodu. Nuit d’Encre, la guérisseuse, et le fils de Pomme de Pin, Pluie de Flocons, se partageait une souris. Rayon Gamma observait deux apprentis, Nuage d’Étincelles et Nuage d’Écume, se battre gentiment. Et pourtant… Pomme de Pin ne se sentait plus rassuré à la vue de ce spectacle. Le rêve de la veille l’avait tourmenté. Lune des Sables était venu le voir. Mais elle ne venait pas de la Toison Argentée. Non, elle était venu de la Lune. « Crois en la Lune »… « Venge moi, Fléau des Pins »… Ces paroles avaient un sens caché. C’est donc plein d’idées noires que le félin brun-tigré se remplit la panse avec un campagnol. Sitôt son repas fini, il sortit du camp. Il devait revenir pour la patrouille du soir, mais il avait besoin de s’éclaircir les idées. Il alla au petit ruisseau le long de l’Arbre Mort assouvir sa soif. C’était un de ses coins préférés, car il n’y avait quasiment personne qui n’y passait. Il pouvait donc se laisser aller à penser sans que quelqu’un ne vienne le tourmenter. D’où venait son rêve ? Qu’entendait Lune des Sables quand elle parlait de religion ? Et comment l’avait-elle appelé à la fin ? « Fléau des Pins » ? Il n’avait jamais entendu ce nom auparavant. Un fléau s’abattra sur la forêt ? Pomme de Pin ? Fléau des Pins…

Tentant de chasser encore une fois ses idées noires, Pomme de Pin se mit en quête de gibier. Il dénicha vite ce qui lui semblait être un mulot. Deux temps trois mouvements, et le rongeur fut tué. Pomme de Pin se surprit à prendre du plaisir quand il enfonçait ses dents dans la nuque fragile de la bestiole. Encore une fois, il chassa les idées funestes qui le tourmentaient. De plus en plus de pensées macabres entouraient le chat ces temps-ci. Et cela ne faisait qu’empirer depuis le rêve qu’il avait fait, lorsqu’il s’était fait assommer par Tornade de Jais. Visions sanglantes, pensées ténébreuses…

Pomme de Pin rentra au camp en vitesse, pour ne pas manquer sa patrouille. De suite Aurore Boréale vint à sa rencontre :



-Enfin ! On t’attendait pour la patrouille. Je prends sa tête, et nous serons accompagné de ton fils, Pluie de Flocons. J’espère que ça vous fera une bonne raison de vous réconcilier, vous deux.


-Bien, Aurore Boréale.



Le guerrier, lorsqu’il aperçu son fils, perçut de l’inquiétude dans le regard du jeune guérisseur. Cette sensation disparut aussi vite qu’elle était apparue. La patrouille se mit en route, et très vite, Aurore Boréale s’éclipsa on ne sais où. Ce qui laissa Pomme de Pin et Pluie de Flocons seuls. Très vite le jeune matou gris-tigré prit la parole :



-P’pa, je dois t’avouer quelque chose. Hier soir j’ai fais un rêve très bizarre. M’man est venue me voir. Mais elle ne descendait pas de la Toison Argentée. Non, elle venait… de la Lune. Et ce qu’elle m’a dit après était très bizarre. Elle a dit que je devais suivre mon père quoi qu’il fasse et où qu’il aille, que le Crépuscule s’abattra sur la forêt et après… Tout est flou. Tu pense que ça veut dire quoi … ?



Le vétéran était sous le choc. Voilà que son fils faisait le même rêve que lui. Néanmoins, une seule phrase était en commun dans les deux rêves : le Crépuscule s’abattra sur la forêt. Phrase pleine de sous-entendus, tous différents les une des autres. Le guerrier démêla les pensées qui se bousculait dans sa tête, et convenu au moins d’une chose : il ne raconterait pas son rêve à Pluie de Flocons. En tout cas pas pour le moment.



-Je ne sais pas… Ton rêve est bizarre. Je pense que tu as dû manger quelque chose d’avarié hier soir, et c’est tout !
Dit-il d’un air rassurant.


-Mouais… On verra bien. Pourtant je n’avais pas d’arrière goût dans la bouche ni de maux de ventre avant de me coucher.


C’est à ce moment qu’Aurore Boréale décida de faire sa réapparition. Les trois chats rentrèrent au camp, l’une espérant que son guerrier et son guérisseur se soient réconciliés, les autres le cœur lourd, se demandant pourquoi ils avaient rêvé de cela. Sitôt arrivés, Pluie de Flocons quitta les deux guerriers rejoindre Nuit d’Encre. Pomme de Pin quitta aussitôt Aurore Boréale, la laissant seule, pour aller dans la tanière des guerriers, sans avoir mangé. Son cœur était trop chargé pour que son estomac supporte quoi que ce soit. Les guerriers arrivaient peu à peu, tous dormirent un petit moment après. Pomme de Pin dormait, d’un sommeil sans rêves.


_______________________________________________________



Le matou brun-tigré se réveilla tard dans la nuit. Il n’arrivait pas à se rendormir. Il sortit de la tanière à pas de loup prendre l’air. Il s’ébroua puis se laissa aller à observer la Lune. Il resta les yeux fixé sur elle, un bon bout de temps. Il était hypnotisé. Et après…

Des sensations traversaient parfois la barrière charnelle du guerrier pour se transmettre dans son cerveau. Il courait. L’herbe lui chatouillait le ventre. Il sentit un odeur nauséabonde. Sentit du gravier sous ses pieds pendant une dizaine de secondes. Entendit un vacarme assourdissant, qui s’estompa peu à peu. Perçu des odeurs de chats du Clan du Tonnerre. Puis de Vent. Puis de la Rivière. En à peine une heure, il avait traversé les territoires de tous les Clans. Il sortit de cet sorte de rêve éveillé puis reprit conscience dans une sorte de clairière, qui appartenait apparemment au Clan du Tonnerre. Cette clairière était au milieu d’une pinède. Des Pins magistraux s’en élevaient, semblant dominer les chats tout autour. Quand ces Pins s’agitaient, ils semblaient développer une force hors du commun. Pomme de Pin prit enfin réellement conscience de ce qui l’entourait et de là où il était. Il fallait vite rentrer sur le territoire du Clan de l’Ombre, sinon il allait avoir de gros ennuis ! Il se dépêcha de traverser cette pinède dans le sens inverse, suivant sa propre odeur pour le guider. Il passa à côté des Quatre Chênes, signe que son territoire n’était plus très loin. Il traversa enfin le Chemin du Tonnerre en sens inverse, et retourna dans son territoire. Il pouvait enfin se poser toutes les questions qu’il souhaitait se poser depuis un moment : Comment était-il arrivé là bas ? Qu’est-ce que ces Pins voulaient dire ? Pourquoi il ne s’était pas « réveillé » avant ? Pourquoi, déjà, était-il parti là-bas ? Toutes des questions sans réponses. Le soleil commençait déjà à se lever. Il fallait absolument qu’il rentre au camp dans les minutes qui suivaient, sinon Étoile d’Argent allait faire de lui de la chair à pâté. Le guerrier se mit en route au triple galop, ignora les ronces qui lui déchirèrent sans arrêt les flancs, et déboula enfin dans le camp.




A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Chapitre 2. La trahison.   Dim 12 Sep 2010, 13:09

Chapitre 4-Prophétie.



- Mais qu’est-ce que tu fabriquais bon sang ? Tout le monde te cherchait !


lança Étoile d’Argent. En effet Pomme de Pin pouvait voir tous les visages tournés vers lui, certains laissant échapper un soupir rassuré, d’autres, les yeux emplis de reproches, murmuraient quelque chose, pour eux-mêmes. Pomme de Pin ne sut dire que ce qu’il ressentait était de la honte ou de la haine envers tous ces chats qui, manifestement, se donnaient le droit de le juger. D’un vif signe de queue, Étoile d’Argent invita le vétéran à venir dans l’antre de la chef. Ni une, ni deux, les deux félins se retrouvèrent dans une petite grotte sombre, éclairée par des crevasses dans la roche, çà et là. On entendait un petit clapotis en fond sonore, ce qui voulait sûrement dire qu’un ruisseau coulait dans les environs. Enfin la féline argentée se décida à prendre la parole :



- Je me demande si une grosse baffe avec mes griffes en prime suffirait à te remettre les idées en place... Filer du camp en douce dans la nuit sans prévenir qui que ce soit pour faire une petite promenade nocturne, hahaha, tu sais que c'est louche ? Sois mignon et ne me prend pas pour une abrutie, je sais que tu as quitté le territoire. Ça se sent jusque dans les fientes de piafs. Enfin, tu as peut-être quelque chose à y redire ?

- Étoile d’Argent, je… Ne sais pas ce qui me suis arrivé lorsque je suis sorti de la tanière. J’ai fixé la lune un bon bout de temps, puis ensuite… Tout est flou. Je me vois courir, sans relâche, traverser le Chemin du Tonnerre, les territoires des trois autres Clans… Je me suis totalement réveillé dans une pinède, apparemment sur le territoire du Clan du Tonnerre.

- Ah la bonne blague ! Le coup du somnambule, je m'en souviendrais. Mais, à tout hasard, aurais-tu remarqué ? Quasiment tous les chats du clan te considèrent déjà comme un traître ! Et moi je voue une profonde haine aux traîtres. Oh donc tiens, préférerais-tu fuir lâchement ou mourir de suite ? Quoique, je te donne une chance : dis-moi simplement la vérité, sinon ben... Couic. Sans parler de nos anciens qui réclament ton bannissement avec force et entêtement.

-Mais c’est la stricte vérité, Étoile d’Argent… Je ne sais vraiment pas ce qui m’est arrivé durant ce rêve éveillé, jusqu’à que je prenne conscience d’où j’étais. Je n’en ai que faire de ces vieillards séniles qui ne font que jacasser et qui oublient ce qu’ils disent une journée après !

- Je n'en crois pas mes moustaches ! Tu insultes nos anciens ! Tu creuses ton trou là, Pomme de Pin. Je le sais, je le sens, que tu mens ou du moins que tu caches quelque chose. J’étais déjà lieutenante du clan de l'Ombre que tu n’étais même pas né. Je t’ai vu grandir tu sais, alors avec moi tes mensonges ne passent pas inaperçus. Donc maintenant mon petit hein, sois gentil et raconte-moi la vérité.

-Mais je ne fais que ça ! Te raconter la vérité ! Tu n’as même pas confiance en moi, moi qui t’ai offert mes services de guerriers pendant ces deux années ! Je suis un des guerriers vétérans de ce Clan, et j’aimerais au moins que tu me fasse confiance !

-Je n'ai pas une seule fois douté de ta confiance, Pomme de Pin, mais pour l'instant on s'en fiche pas mal. Écoute, as-tu une quelconque preuve de ce que tu avances ? Je veux bien sauver ta peau mais tous les chats du clan ne seront pas forcément de mon avis, et c’est ta place dans le clan de l'Ombre, ou en tous cas au minimum ton grade, qui est en jeu.

-Non, je n’ai pas de preuves. Je mise sur la confiance que les autres chats m’accordent, pour tout ce que j’ai fais pour eux. Je suis parti à des milliers de lieues d’ici, là où aucun chat n’était allé, récupérer une plante pour guérir une maladie incurable qui touchait les Clans. J’ai participé à de nombreux combats, même quand j’étais apprenti. Et maintenant, pour une simple escapade nocturne, je me ferais virer du Clan ?

- Waaah t'as de sacrés arguments, eh ben mon chou, tu sais que tu m'épates parfois ? Mais tu verras, les autres membres du Clan ne seront pas aussi clément que moi. Et pour te le prouver…



Etoile d’Argent sortit de sa grotte, puis sauta sur la souche d’arbre coupé qui leur servait de Promontoire.



- Que tous ceux qui sont en âge de chasser s’approchent du Promontoire pour une assemblée du
Clan.




__________________________________________________________________




Ces mots vibraient aux oreilles de Pomme de Pin. Il sentit que son destin ne tenait qu’à un fil. Observant le spectacle des guerriers, apprentis, reines et guérisseurs qui se réunissaient petit à petit, Pomme de Pin sentit sa conscience s’envoler, comme l’autre fois. Il sentit qu’il devenait un autre chat. Il se força à se concentrer sur la réalité, pour ne pas se « rendormir ». Très vite, la silhouette argentée qui dominait l’assemblée prit la parole :



- Je vous ai réunis aujourd’hui pour parler du cas de Pomme de Pin. Tout le monde, ou presque, est au courant de ce fait : notre guerrier a fait une petite… Ballade nocturne, hier. Ballade qui passait par les territoires des trois autres clans. Allons Pomme de Pin, veux-tu bien leur raconter exactement ce qui t'es arrivé ?.



Pomme de Pin raconta donc son histoire dans les moindres détails. Comment s’était il réveillé, comment cette escapade a commencée, et comment elle s’est terminée. Très vite, des chats hurlèrent au dessus du brouhaha qui s’était emparé de l’assemblée :



-Traître !

-Il est allé livrer des informations à l’ennemi ! Blâme-le, Étoile d’Argent !

-Menteur ! Menteur !



Pomme de Pin ne sut mesurer la colère qui s’était peu à peu emparée de lui, telle un sangsue collant à la peau, et sirotant votre sang jusqu'à qu’elle s’en lasse. Il replongea dans le rêve éveillé qui l’avait prit hier dans la nuit. Une sensation étrange, comme si quelque chose l'avait totalement emprisonné et parlait à sa place. Mais peu à peu, il sentit une sorte de sensation agréable à avoir cette demi-conscience en soi, le rassurant. Cette demi-conscience lui enlevait, sous un certain point de vue, un fardeau considérable. Mais ce n'était toujours pas lui qui parlait. Il ne s’entendit dire que quelques phrases, et non des moindres… :



-Bande de crottes de souris ! Après tout ce que j’ai fais pour vous ! Tout ces combats que j’ai livré pour vous, tous ce gibier que je chassais pour vous ! Je ne vous dis que la pure vérité ! Et vous osez ne pas me faire confiance ?!



Ensuite, la sensation de non-conscience s’était totalement emprise du guerrier. Il sentit de la colère partout autour de lui sans la percevoir complètement. Il vit l’espace d’un instant un chat tentant de l’agresser, retenu par une silhouette argentée. Il se revit mordre un apprenti jusqu’au sang, au niveau de la patte. Il se revit courir, tout une horde de guerriers à ses trousses. Il se revit en coincer un seul et l’assommer, avant de lui laisser la vie sauve pour éviter de se faire repérer. Il se revit fuir.


Le soleil déclinait peu à peu sur la forêt. Comme si une force sombre s'était emparée du Zénith, le poussant à son Crépuscule. Abaissant la lumière et réveillant la Lune. Cette fameuse Lune se confrontait à la Toison Argentée, la narguant, lui disant "aucune de vous, chères étoiles, ne pourra atteindre ma taille". Désignant un chat et leur lançant "grâce à lui j'atteindrais mon apogée". C'est vrai, la lune se levait. L'avenir de cette forêt semblait reposer sur les épaules de chacun de ces chats. Mais les étoiles pouvaient voir l'avenir proche. Qui ne pouvait pas le voir ? C'était une évidence : L'avenir était sombre. Telle un ombre grandissant à mesure que le Soleil déclinait. Ombre qui recouvrait tout l'espace terrestre quand la Lune était levée, ayant forcé le soleil à se coucher.




A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Chapitre 2. La trahison.   Dim 12 Sep 2010, 16:14

Chapitre Final-Crépuscule.





Le vent se levait sur une forêt déjà refroidie par l’arrivée de la saison des feuilles mortes. Les arbres ployaient sous la force du souffle qui gagnait en puissance au fur et à mesure que le temps s’écoulait. Le Soleil, alors à son zénith, disparaissait petit à petit sous un énorme nuage. Le temps passait. Des minutes, puis des heures. Puis enfin, la pluie tomba. L'odeur de terre mouillée s'encrait dans l'air. Les feuilles s'imbibaient d'eau. L'averse venait laver le sang qui s'était écoulé.

Pluie de Flocons s’activait dans son antre. Son père avait gravement blessé un apprenti. Il ne pouvait encaisser cette idée. Son père avait totalement disjoncté. Il était devenu fou. Jusqu'à en mordre un apprenti au sang, avant de s’enfuir. Et le Clan n’avait toujours aucune nouvelle d’Éclair Fatal. Le guerrier était parti en compagnie d’une patrouille, tentant de localiser Pomme de Pin. La patrouille était rentrée, mais le vétéran, qui allait bientôt rejoindre les anciens, manquait à l’appel. Étoile d'Argent avait dépêché deux patrouilles dans l'espoir de retrouver le vieux matou noir.

Le jeune guérisseur et son ancienne mentor, Nuit d’Encre, avaient longtemps discuté du cas de Nuage Givré en ne mentionnant jamais le nom de Pomme de Pin. Le jeune chat avait peu de chances de reprendre son entraînement de guerrier. Non, la blessure de l’apprenti était trop importante. Ses tendons au niveau de la patte arrière droite s’étaient rompus, laissant le membre totalement flasque, tel un pantin auquel on aurait retiré les articulations. Il devait maintenant en informer sa chef, au risque de ruiner le moral du Clan tout entier.


______________________________________________________



Pomme de Pin se relevait difficilement. Sa longue échappée s’était poursuivie jusqu’aux Hautes Pierres. Le félin tigré se retrouvait à présent devant la Grotte de la Vie. Mais sa fascination pour le Clan des Étoiles, et donc pour cette endroit, s’estompait. Non, il commençait à réellement se poser des questions quant au Clan qui veillait sur eux, de la Toison Argentée. Car lorsque le guerrier s’était fait assommer par Tornade de Jais, il avait rêvé de Lune des Sables. Or sa défunte compagne n’était pas descendue des étoiles. Elle était descendue de la
Lune. Le matou pouvait donc se demander si le choix des Quatre Clans quant à leurs ancêtres défunts n’était pas faux. Si les Clans ne s’étaient pas trompés depuis le début.

Le guerrier s’ébroua, puis se leva difficilement. Il se questionnait sur ce qu’il devait faire, maintenant. Il vivait en paria aux yeux du Clan de l’Ombre, désormais. Et bientôt, à la prochaine Assemblée, tous les Clans connaîtront l’existence du traître qui avait attaqué un apprenti, et qui avait failli tuer un guerrier de son Clan, avant de se repentir, et de s’enfuir. Car même si Pomme de Pin ne s’était pas senti entièrement possesseur de son corps lors de cet événement, ce qui était fait était fait.

Son estomac gargouilla. Pomme de Pin se mit en quête de gibier. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, il débusqua une souris, et se délecta de sa chair. Son maigre repas terminé, il se remit en route, vagabondant, ne sachant où aller.


_______________________________________________________



Pluie de Flocons se réveilla tôt. L’aube se levait à peine. Le jeune guérisseur sorti de son antre, en faisant attention à ne pas réveiller Nuit d’Encre. Il resta allongé sur le petit tapis d’herbe qui recouvrait le sol autour de sa tanière, plongé dans ses pensées. Pourquoi son père en était arrivé là ? Qu’est-ce qui l’avait poussé à commettre un acte aussi… Inattendu ? Le guerrier était respecté par tous les chats du Clan pour ce qu’il avait accompli durant sa vie. Et surtout pour avoir ramené la plante qui avait guéri les clans de leur maladie qui à première vue était incurable. Il avait sûrement été frustré lorsque Etoile d’Argent avait désigné Aurore Boréale et non lui pour succéder à Colère Noire, l’ancien lieutenant du Clan. Mais il avait accepté ce choix. Non, c’est depuis que Pluie de Flocons s’était disputé avec son père que tout était parti de travers. Depuis le rêve du guérisseur…

« Suis ton père, quoi qu’il fasse et où qu’il aille… »


_______________________________________________________



Pomme de Pin se trouvait désormais sur le territoire du Clan du Tonnerre. Plus précisément dans la pinède où il s’était « réveillé », il y a deux nuits de cela. Il cherchait à en savoir plus et était resté longtemps sur le tapis d’aiguilles, contemplant les Pins. Mais soudainement, il entendit des bruits suspects. Les sens aux aguets, il pointa les oreilles vers la direction qui lui semblait suspecte.


-Un guerrier du Clan de l’Ombre !


Il n’en fallait pas plus pour convaincre le matou. Il détala, courant le plus vite possible qu’il put. Heureusement pour lui, son poursuivant était assez lent. Il se retrouva sur le territoire du Clan du Vent, et cela sembla convaincre son agresseur de rebrousser chemin. Cette vie de fuyard allait vite l’exaspérer. Oui, la prochaine fois, au lieu de fuir, il combattra.


_______________________________________________________



Pluie de Flocons ne sut dire ce qu’il faisait. Peut-être par instinct. Peut-être une impulsion. Il courrait. Sur les traces de son père. Il avait peur pour lui. Il avait peur de ce qu’il pouvait faire. Il suivit sa trace. Son odeur se faisait de plus en plus ténue, faute de la pluie. Mais il la sentait. Elle était présente. Son père vagabondait, ici et là, ne sachant trop où aller ; ça se devinait aux zigs et aux zags que le guerrier dessinait à travers la végétation. Le jeune guérisseur ne cilla pas lorsqu’il dut traverser le Chemin du Tonnerre, et se retrouver en territoire ennemi. Il était emporté par une seule pensée : « Suis ton père ; quoi qu’il fasse et où qu’il aille ». Il allait écouter sa mère, pour une fois. La trace l’emportait loin, puis rebroussait chemin à toute vitesse, mêlée à celle d’un guerrier du Clan du Tonnerre, ce qui était un signe que Pomme de Pin était pourchassé. La trace l’emportait sur le territoire du Clan du Vent. Un cri retentit.


________________________________________________________



Le combat faisait rage. Pomme de Pin se mêlait à un guerrier au pelage gris du Clan du Vent, qui avait littéralement sauté sur le félin tigré. Les deux matous roulaient au sol, toutes griffes dehors. Pomme de Pin, qui était plus expérimenté, prenait petit à petit le dessus. Il réussi à retourner son assaillant pour exposer son ventre. En réponse, il se fit déchiqueter son flanc gauche. L’ancien guerrier de l’Ombre avait baissé sa garde. En un geste de rage, il plongea ses crocs dans la nuque de son adversaire, serrant de toute ses forces, cherchant à tuer. Il sentit la vie quitter peu à peu le corps du guerrier du Vent. Le matou gris rendit un dernier souffle. Son corps cessait de s'agiter dans un ultime soupir. Sa vie s'éteignait. Pomme de Pin s’enfuit en titubant. Trop de sang s’échappait de sa blessure. Il perdit peu à peu connaissance. Il s’effondra dans un fracas.


_______________________________________________________



Pluie de Flocons entendit clairement les cris des combats. Il entendit les deux chats hurler à la mort. Puis plus rien. Il se risqua à aller voir le champ de bataille. Un guerrier gris, plutôt jeune, et qui appartenait au Clan du Vent, gisait au sol. Son ventre ne se soulevait pas : la vie l’avait quitté. Mais la trace de Pomme de Pin demeurait : cela signifiait donc que le guerrier était en vie. En suivant l’odeur de son père, Pluie de Flocons remarqua qu’une ligne de sang suivait sa trace. Petit à petit, la ligne gagnait en épaisseur. Le guérisseur craignait le pire. Il tomba sur son père, inconscient. Pris de panique, le félin gris-tigré ne sut que faire. Il suivit son instinct de guérisseur et se mit en quête de toiles d’araignées, pour stopper l’hémorragie. Il en trouva au coin d’un buisson d’ajoncs. Il chercha ensuite des feuilles de souci, pour limiter l’infection. Il trouva un plant dans une petite clairière. Sitôt ces remèdes acquis, il retourna auprès de son père, pour appliquer de suite la toile et les feuilles. Son père se réveillait peu à peu, ses yeux s'ouvraient telle une fleur qui éclos.


______________________________________________________



Pomme de Pin se réveilla dans une petite clairière. Il avait encore rêvé de Lune des Sables. Et toujours les mêmes questions. Mais petit à petit, tous les morceaux s’emboîtaient dans sa tête. Tout était clair. En ouvrant les yeux, il vit Pluie de Flocons le fixer. Il sentit que sa blessure lui faisait moins mal. Son fils, qui avait suivi la formation de guérisseur, avait sûrement du le trouver là, gisant, inconscient, et s’occuper de lui. Le jeune félin gris prit la parole sans attendre que son père se soit totalement réveillé :



-J’ai appliqué des toiles d’araignée sur ta blessure, pour arrêter le sang qui s’en écoulait. J’ai aussi appliqué des feuilles de souci sur ton flanc, pour prévenir toute infection.



Pomme de Pin fut rassuré. Son fils s’était occupé de lui. Mais quelle opinion devait-il se faire de son père, lui qui avait fui le Clan ? Il répondit à ses questions, sans le savoir.



-P’pa, je comprends maintenant maman quand elle me disait de te suivre quoi que tu fasses et où que tu ailles. Tu es un paria, un traître aux yeux du Clan. Mais moi je te suivrais. Quand j’étais un chaton, je n’écoutais jamais maman. Je l’écouterais au moins une fois dans ma vie, même au delà de la Toison Argentée.



L’ancien guerrier du Clan de l’Ombre fut choqué par ces deux derniers mots. « Toison Argentée ».



-Tu te trompes. Nous nous trompons depuis le début, mon fils. Le Clan des Etoiles n’est que futilités. Lune des Sables est aussi venue me voir durant mes rêves. Elle descendait de la Lune. Et lors de mon second rêve, elle m’a clairement dit qu’elle appartenait au Clan de la Lune.



_______________________________________________________



Pluie de Flocons n’en revenait pas. Lui aussi avait rêvé que sa mère venait le voir de la Lune, mais il avait cru subir une illusion d’optique. Mais non. Les Clans s’étaient vraiment trompés ? Les guérisseurs entraient en communion avec le Clan de la Lune ? Les chefs recevaient leurs vies du Clan de la Lune ? Tous se trompaient-ils ? Mais la phrase prononcée par sa mère le hantait. « Suis ton père, quoi qu’il fasse et où qu’il aille ». Il ne pouvait pas s’en défaire. Cette phrase lui collait à la peau. Il ne pouvait pas s’en défaire. Elle ne pouvait pas le quitter.



-Je te crois. Je te suivrais. On vivra en croyant à nos vrais ancêtres. On essaiera de convaincre le plus de chats possibles qu’ils se trompent. Les autres… On les tuera, pour leur prouver qu’ils ont tort. Pour qu’ils rejoignent le Clan de la Lune.


-Bien parlé. Je me nommerais désormais Fléau des Pins, tel que Lune des Sables m’a nommé durant mes deux rêves. Et en cette soirée, je fonde le Clan du Crépuscule, qui croira au vrai Clan qui veille sur nous, en honneur au Crépuscule qui s’abat sur cette forêt en ce moment même. Les chats qui penseront comme nous, ils rejoindront notre Clan. Les autres vont mourir, pour qu’il rejoignent nos vrais ancêtres, qui sont de la Lune. Pour qu’il voient qu’ils sont dans le tort !





Le Crépuscule s’abattait en effet sur la forêt. Rien ne pouvait l’arrêter. Et ce Crépuscule là était particulièrement sombre.





FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 2. La trahison.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chapitre 2. La trahison.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» trahison (citation)
» DOCUMENTAIRE : Mr. Ngbanda le conseiller 0032, La philosophie du mensonge, les crimes et la trahison
» 41e chapitre de l'Ordre de Château-Thierry
» Centralisation VF Jojolion (Chapitre 34 & 35)
» Réchauffement climatique (chapitre 2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans RPG ::  :: Règlement & Histoire :: Contexte-
firefox Forum optimisé pour Mozilla Firefox et pour une resolution de 1280*800 px. © Copyright by "La guerre des Clans RPG", tout droits réservés. Idée originale d'apres "La guerre des clans" d'Erin Hunter. Toute reproduction de textes, d'images et de concepts est strictement interdite. Forum by Ladylemon (Brûlure d'Acide & Rivière Brisée) & Edrakan (Etoile de Cendre). Géré par Ladylemon, Edrakan, Tykasu (Etoile d'Argent), BN (Etoile d'Hiver) & Doddz (Etoile d'Ebène).
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit