Partagez | 
 

 Cours au gré du vent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nuage du Temps
Apprenti(e) avec Mentor
avatar


Messages ; : 163

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Cours au gré du vent.   Mar 04 Avr 2017, 21:26

Nuage du Temps courrait à toute allure. Ses pattes lui brulaient tant il avait parcourut de distance. Deux chiens. Deux énormes chiens le pourchassaient. Cela faisait seulement quelques minutes - sans doute pas plus de cinq - qu’il fuyait pour sa vie, et il avait l’impression que son coeur allait exploser tant il battait.
Derrière lui, à seulement quelques longueur de queue, la gueule baveuse des molosses prêts à l’attraper brutalement et le secouer dans tous les sens. Des yeux vides de toute conscience prêts à le faire souffrir aussi longtemps que possible avant de lui arracher cette misérable vie. Cette pitoyable vie de chat réduite à un vulgaire jouet sur patte pour deux chiens de chasse plus forts et endurants que le pauvre animal à trois pattes incapable.
Il avait envie d’hurler, mais l’effort asséchait sa gueule et aucun son ne pouvait en sortir. D’ailleurs, il avait peur d’exciter les chiens davantage.
Ses pattes foulaient le sol d’une telle violence que ses griffes retournaient le sol, emportant avec lui la terre et les feuilles qui y reposaient, envoyant même parfois quelques débris dans les yeux des canidés. Lorsque cela arrivait, il émettaient un grognement sévère, avalant plus encore de rage dans leur coeur, et d’envie de tuer le félin qu’ils pourchassaient. De ses petites oreilles plaquées et à l’affut de toute autre âme, Nuage du Temps pouvait les entendre murmurer « tuer, tuer tuer » dans leur halètement.

Quel ne fut pas son malheur lorsqu’il constata qu’il venait de franchir la frontière du Clan du Vent, quittant la forêt, toujours poursuivi par les deux grands chiens noirs. Ici, plus de potentielle cachette autre que des trous à lapin. Sur ces plaines vastes, il n’y avait que peu d’arbres ou bondir et se percher, et surtout, il y avait tout un Clan. Un Clan rempli d’anciens, de chatons, de reines, de guerriers et d’apprentis. Un Clan où il ne pouvait laisser deux énormes prédateurs fous pénétrer le camp, et peu importait qu’il s’agisse d’un Clan rival ou non.
En fait, c’était la première fois qu’il rencontrait des chiens. Dans les montagnes où il vivait habituellement, les prédateurs étaient plutôt des pumas et des aigles. Pas moins féroces, mais… différents. Et surtout, la montagne n’était pas une plaine. Entre les rochers il y avait de nombreux endroits où se cacher, afin de fuir ces horribles mâchoires. C’était donc la première fois que l’apprenti du Clan du Crépuscule courrait aussi vite, toutes griffes dehors, les pupilles larges un jour si ensoleillé.
Quand enfin, lorsque l’un des chiens manqua de l’attraper par la queue, un son daigna sortir de sa gueule. Un « à l’aide » puissant et désespéré. Ce fut la seule chose qui lui vint à l’esprit. Mais qui serait assez stupide pour risquer sa vie afin de sauver un chat étranger, et surtout, de deux énormes bêtes assoiffées de sang et de violence? Un autre chat, il l’espérait. Il n’avait qu’une petite lueur d’espoir, mais il en avait tout de même qui persistait chez lui, bien qu’il sentait ses muscles se tétaniser sous l’effort.

Lorsqu’il se sentit faiblir, un voile noir sombrant sur ses yeux, il aperçu un petit terrier de lapin assez grand pour le petit félin qu’il était. Ni une ni deux, il se jeta à l’intérieur. Recroquevillé au fond du petit terrier, Nuage du Temps était forcé de se presser davantage contre la paroi fragile de terre pour que la gueule des molosses ne puissent l’atteindre. Leur haleine était putride et sentait la charogne. Il avait si peur qu’il tremblait de tout son corps et cru s’évanouir lorsque le museau humide de l’un d’entre eux vint toucher sa joue. Soudainement, un son grave et fort retentit dans la plaine, comme appelant les deux bêtes. Celles-ci s’exécutèrent, laissant le petit chat noir seul, livré à lui même en plein territoire ennemi. Et même lorsqu’elles furent bien éloignées, il n’osa pas sortir du petit terrier. Son coeur refusait de battre moins vite, et ses pattes d’arrêter de trembler. Terroriser, des larmes coulaient toutes seules sur ses joues sans même qu’il puisse s’en apercevoir. Il attendait qu’un chat vienne le chercher, tout petit dans le trou d’un lapin.
Revenir en haut Aller en bas
http://guerredesclansrpg.bb-fr.com/t11856-nuage-du-temps
Étoile Songeuse
Chef
avatar


Messages ; : 259

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Cours au gré du vent.   Mer 05 Avr 2017, 20:22

Lorsqu’elle avait sorti le bout du nez hors de son antre, Étoile Songeuse avait immédiatement su que ce serait une journée mouvementée. Était-ce dû aux gros nuages grisâtres couvrant le soleil ? Ou à la cacophonie qui s’entendait même à partir du promontoire ? Peu importe la raison, l’impression de problème à venir était venue à elle avec une facilité déconcertante.

Cela étant dit, la bagarre qu’elle vit au milieu du camp ne fit que confirmer ses doutes.

« C’est ta faute, cervelle de souris ! », crachait une guerrière au pelage sable, Pelage de Sable, les yeux lançant des éclairs. « Si tu ne t’en étais pas mêlé, nous ne serions pas revenu les pattes vides ! »

Les oreilles plaquées contre son crâne, la grande féline aperçut Pierre de Soleil, un grand mâle au pelage bicolore, s’arc-bouté face aux reproches. Il semblait vraisemblablement se battre avec lui-même pour conserver son sang-froid. Or, ses moustaches frémissantes de rage le trahissaient.

« Comment aurais-je pu savoir que tu l’avais pris en chasse la première ? », demanda-t-il patiemment.

« Tu sais à quoi ça sert, des yeux et un nez ? À regarder et à sentir s’il y a des chats tout près ! Je peux pas croire que tu sois passé guerrier ! », hurlait-elle maintenant, se montrant clairement en spectacle.

Avant que le mâle perde son calme et se jette sur Pelage de Sable, la meneuse crut bon d’intervenir. D’un bond, elle atterrit souplement entre ses deux guerriers. Puis, sa voix, forte, résonna dans tous le camp :

« Il suffit ! »

Son agacement devait se voir, car les deux félins pris en faute baissèrent la tête.

« N’avez-vous pas honte de vous disputez ainsi, comme des chatons ? », clama-t-elle en les observant tour-à-tour.

Avant que Pelage de Sable n’intervienne, elle lança, coupant court à tout discours :

« Quel modèle offrez-vous aux plus jeunes, dites-moi ? Qu’il est acceptable de se crier dessus pour un oui ou pour un non ? C’est ça que vous voulez transmettre à nos apprentis ? »

Sa queue fouettant l’air avec irritation, les poils de son cou hérissés, elle semblait réellement de mauvaise humeur. Pour être honnête, elle en mettait plus qu’autre chose. Oui, la situation l’agaçait particulièrement. Cependant, cela ne l’énervait pas plus que ça. Ce genre de chose se voyait assez régulièrement. Or, en tant que chef du Clan du Vent, elle devait veiller férocement à ce que le respect soit maintenu au sein de sa troupe.

« Il a fait fuir ma proie », souffla faiblement Pelage de Sable.

« Alors retournez immédiatement à la chasse. La température est idéale pour regarnir le tas de gibiers. Mangez, puis amenez vos apprentis à la chasse. Cela leur servira d’entraînement par la même occasion. »

Puis, Étoile Songeuse mit fin à la discussion d’un mouvement sec de la queue. Du coin de l’œil, elle vit Pelage de Sable s’en aller en grognant vers le tas de gibier et Pierre du Soleil se diriger, la queue basse, vers la tanière des apprentis. Elle le connaissait assez bien pour savoir qu’il reviendrait vers elle un plus tard dans la journée pour s’excuser. Ainsi, elle cessa de se préoccuper d’eux pour se diriger vers son compagnon et lieutenant, Éclat d’Opale.

Ensemble, ils formèrent les patrouilles pour la journée. Œil de Faucon, Nuage de la Vérité, Lune Rouge, Cœur de Chêne... Les noms s’enchaînaient naturellement, comme s’il avait appris par cœur ce discours. Finalement, ils préparèrent la patrouille du matin qu’elle mènerait. Elle refila la patrouille du midi à Éclat d’Opale, lui demandant d’aller avertir les concernés. Avant qu’il ne parte, elle lui donna un coup de langue affectueux sur l’épaule, tentant de lui donner du courage par ce geste. Après tout, elle savait bien que son poste le stressait à l’occasion –voire souvent- et qu’un rien le tracassait. Alors...

D’une démarche assurée, la meneuse du Clan du Vent se dirigea vers la tanière des guerriers. Les éclats de voix semblèrent avoir éveillé plusieurs félins, car, lorsqu’elle passa la tête dans la tanière, elle vit plusieurs paires de yeux se tourner dans sa direction. Au moins, elle n’aurait pas à s’embarrasser à réveiller ses camarades.

« Toile de Soie et Papillon Bleu, vous formerez la patrouille de ce matin. Choisissez chacun un apprenti à apporter avec vous et rejoignez-moi dans une demi-heure à l’entrée du camp. »

Sur ces mots, elle leur fit un petit sourire amical, leur montrant ainsi qu’il ne devait pas se presser comme des fous, qu’elle les attendrait, puis elle fit volte-face.

La journée commençait.

(Ellipse)

Entourée par les chats choisis un peu plus tôt, la meneuse du Clan du Vent dirigeait sa troupe la tête haute. Elle avait légèrement ralenti l’allure pour permettre à l’unique apprenti, Nuage d’Iris, de bien pouvoir la suivre. Après tout, avec ses grandes pattes, même ses guerriers peinaient parfois à garder le rythme.

Longeant la frontière, la femelle au long pelage tigré écoutait distraitement ses guerriers discuter entre eux. Elle était davantage concentrée sur leur environnement pour se préoccuper de leur discussion. Nuage d’Iris, intimidée par ses compères, n’osait dire un mot. Étoile Songeuse avait échangé quelques mots avec la petite mais, rapidement, l’apprentie s’était murée dans son silence. Elle n’avait pas insisté.

Soudainement, un son perçant parvint aux oreilles d’Étoile Songeuse. Au début, elle continua à avancer comme si de rien n’était. Or, plus le bruit s’amplifiait, plus elle commençait à s’inquiéter. Elle reconnaissait, malheureusement, ce son.

« Des chiens !», s’écria, terrorisée, Papillon Bleu.

Lui intimant le silence d’un regard sévère, elle fit signe au groupe de s’arrêter. Il était difficile de repérer la provenance exacte du bruit, mais elle en avait une bonne idée.

La plaine rocheuse.

Rapidement, elle ordonna à l’apprentie de retourner au camp sur le champ et d’avertir le lieutenant de la situation. La petite fila alors, ventre à terre. Pendant ce temps, le petit groupe reprit son avancé avec prudence. Un appel à l’aide raisonna et elle pressa le pas. Toutefois, pensant à ses camarades avant tout, elle leur demanda de rester en arrière.

Soudainement, les bruits se firent plus lointains. Malgré l’odeur de chiens encore très vivace, Étoile Songeuse s’imagina que les bêtes étaient repartis d’où elle venait. Cela dit, alors qu’ils arrivaient sur les lieux, rien ne laissait présager qu’il y avait eu un combat. Pourtant, elle n’avait pas imaginé cette voix ! De plus, l’odeur de peur était toujours très présente. C’était-il caché ?

Puis, elle vit un petit trou dans la terre. Probablement un terrier de lapin. Elle s’en approcha doucement et constata rapidement qu’il n’était pas habité par un rongeur. L’odeur de peur qu’il s’en dégageait laissait tout à croire que c’était un jeune mâle.

Elle s’adressa donc à ses guerriers :

« Patrouillez le territoire et assurez-vous que ces bêtes sont bels et bien partis. Revenez par la suite me faire votre rapport au camp. »

D’un hochement de tête commun, les deux guerriers prirent le chemin emprunté par les chiens un peu plus tôt. Une fois éloignés, Étoile Songeuse s’assit calmement devant le terrier et miaula d’une voix qu’elle voulait rassurante :

«Tu peux sortir, maintenant. Les chiens sont partis. »

Elle réfléchirait à la manière d’aborder le sujet de son intrusion au sein du territoire du Clan du Vent une fois le petit calmé.

Revenir en haut Aller en bas
Nuage du Temps
Apprenti(e) avec Mentor
avatar


Messages ; : 163

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: Cours au gré du vent.   Sam 08 Avr 2017, 03:47

« Tu peux sortir, maintenant. Les chiens sont partis. »

Il reconnaissait cette odeur, bien que la voix lui était inconnue. C’était celle du Clan du Vent, la même que portait Tornade d’Illusion, son vieil ami autrefois nommé Nuage d’Illusion. D’ailleurs, il se demandait ce que ce dernier devenait, la peur se dissipant peu à peu, grâce à la présence d’un autre félin. Si elle était là sans crainte à attendre qu’il sorte de ce ridicule terrier de lapin, c’est que le danger n’était plus présent. Sa voix était plutôt douce et calme. Du moins, c’est ce qu’il en pensait. Et c’était un élément plutôt rassurant.
Comme il devait avoir l’air pathétique! Il représentait, au sein de la forêt, le Clan du Crépuscule. Et le voilà tapi dans le trou d’un rongeur, devenu la proie l’espace d’un temps. Il était supposé être le prédateur!
Le poil toujours dressé sur son échine et leur coeur battant, Nuage du Temps se décida à quitter sa cachette, bien que seule sa tête s’échappa du terrier.
Ce fut une grande femelle qui se dessina devant lui. Elle lui semblait grande, forte et puissante, une certaine autorité émanant de cette personne. Mais aussi… une sorte de douceur. Ce n’était là évidement que la première impression qu’il portait sur cette féline inconnue, mais l’apprenti au pelage noir de jais doutait fortement se tromper totalement. Il en avait rencontré, dans sa courte vie, des chats cruels sans foi ni loi, et savait à priori les reconnaitre. Et si l’on était jamais à l’abri d’une éventuelle « surprise », il ne l’imaginait certainement pas pouvoir l’assassiner de sang froid parce qu’il avait accidentellement traversé la frontière en fuyant des chiens et la mort. D’ailleurs, les frontières.

Il lui devait certainement une explication, bien que celle-ci soit plutôt logique. Chiens. Courir. Frontière. Manque d’attention. C’était tout. Il ne l’avait pas vue ni sentie dans sa fuite, et s’était retrouvé perdu ici, dans un territoire qui n’était pas le sien. Enfin, aucun territoire n’était le sien en ces lieux. Mais qu’importe le fait que tout le monde pouvait comprendre une telle histoire, il lui devait des excuses. Et surtout, comment s’était-il empêtré dans une situation pareille?
Il se mit alors à fouiller dans ses souvenirs, bien que récents, mais encore englués dans un sentiment de panique et d’incompréhension.
Nuage du Temps chassait sur le territoire du Clan du Tonnerre. Il chassait un écureuil quand les molosses avaient surgi de nulle part. Non. De derrière un buisson. Depuis combien de temps étaient-ils là, à le traquer? En se remémorant la scène, il se rendit compte que cette petite haie bougeait bel et bien lorsqu’il s’était positionné pour bondir sur sa proie. Mais il l’avait ignoré, mettant cela sur le compte d’un autre animal inoffensif qui vivait sur ses lieux. Terrible erreur!
Cette fois-ci, il retiendrait la leçon. Jamais plus il ne détournerait son attention d’un élément suspect, quand bien même cela pourrait être quelque chose d’insignifiant. Pire encore, tout était de sa faute! Heureusement qu’il n’y avait eu aucun blessé, il s’en serait voulu à en mourir.
S’étirant pour essayer de lisser son pelage à nouveau, il se décida finalement à sortir du terrier de lapin pour s’asseoir à côté de la guerrière inconnue. Combien de temps avait-il passé dans ce trou? Quelques minutes seulement sans doute, mais assez pour que ses muscles et ses os lui soient douloureux!

Malgré tout, il s’inclina face à elle, en guise de remerciement. Sa présence était d’une grande aide à l’apprenti pour l’aider à se calmer. Les chiens, il n’en avait pas l’habitude, mais ce n’était définitivement pas son truc. La voix encore rendue roque par l’effort et le besoin de s’hydrater, il parvint néanmoins à s’exprimer de manière claire, la tête toujours penchée.

« Je vous remercie d’être venue m’aider, et je tiens à m’excuser pour ma présence sur vos terre, commença-t-il. Lors de ma fuite, je n’ai malheureusement pas prêté attention à votre frontière, je veillerai à être plus vigilant à l’avenir. »

Enfin, il se redressa, afin de pouvoir poursuivre tout en regardant le chat qui lui tenait compagnie. Il se sentait tellement plus à l’aise lorsque ses yeux pouvaient croiser ceux de son interlocuteur. Cela lui permettait de savoir si ses mots étaient juste, en fonction de la réaction de l’autre.

« Je m’appelle Nuage du Temps, je suis un apprenti du Clan du Crépuscule. N’ayez crainte, je ne suis pas un espion ou combattant pour le compte de mon Clan comme beaucoup le pensent à l’entente de ces mots. Je suis juste venu dans la forêt en apprendre davantage sur mon Clan, ses origines et surtout sur ma propre personne. »
Revenir en haut Aller en bas
http://guerredesclansrpg.bb-fr.com/t11856-nuage-du-temps
Étoile Songeuse
Chef
avatar


Messages ; : 259

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Cours au gré du vent.   Sam 08 Avr 2017, 23:59




En apercevant une petite tête noire sortir du terrier, Étoile Songeuse retint un ronronnement amusé. Le pauvre petit avait dû avoir une sacrée frousse ! En même temps, qui n’aurait pas été effrayé par ces immondes bêtes ? Les chats, claniques ou non, craignaient les canidés depuis la nuit des temps. Même le plus courageux des guerriers y réfléchissait deux fois avant de combattre l’un de ces cabots. Même elle, pourtant excellente combattante, doutait pouvoir faire fuir un chien sans perdre l’une de ses neuf vies.

Pendant quelques instants, elle pensa à l’apprenti qu’elle avait renvoyé au camp. Son lieutenant, Éclat d’Opale, serait sans doute rapidement averti de la situation. En fait, à l’heure actuelle, il devait être au courant. Elle se demanda ce qu’il ferait avec cette nouvelle. Après tout, son compagnon était nouveau à ce poste et n’avait jamais fait face à ce genre de cas.

La grande chatte leva la tête vers les cieux, vaste demeure du Clan des Étoiles. Elle avait confiance en lui; il prendrait sans aucun doute la meilleure décision pour le Clan. À défaut d’être extraverti, c’était un guerrier réfléchi et mature. Elle n’aurait pu choisir meilleur lieutenant.

Le mouvement de tête du petit novice ébène la ramena à la réalité. Il s’inclina pour montrer sa gratitude. Le regard d’Étoile Songeuse s’adoucit. Il ne semblait pas leur vouloir de mal. Cependant, quelque chose la tarauda : elle avait de la difficulté à reconnaître l’odeur qu’il dégageait. Ce n’était pas le Clan du Tonnerre, ni celui de la Rivière ou de l’Ombre. Elle avait déjà senti cette odeur auparavant, mais c’était tout de même assez flou. Elle savait qu’il y avait un cinquième Clan, le Clan du Crépuscule. Mais ce Clan était très mal vu. Des rumeurs couraient sur la violence et la haine qui ressortaient de ces guerriers.

Le miaulement du mâle de jais interrompit ses pensées :

« Je vous remercie d’être venue m’aider, et je tiens à m’excuser pour ma présence sur vos terre. Lors de ma fuite, je n’ai malheureusement pas prêté attention à votre frontière, je veillerai à être plus vigilant à l’avenir. »

Devant ces paroles pleines de modestie, la meneuse hocha doucement de la tête. Elle enroula sa queue autours de ses pattes blanches, ne bronchant pas. Il semblait vouloir poursuivre : elle le laissa donc s’exprimer de nouveau.

«Je m’appelle Nuage du Temps, je suis un apprenti du Clan du Crépuscule. N’ayez crainte, je ne suis pas un espion ou combattant pour le compte de mon Clan comme beaucoup le pensent à l’entente de ces mots. Je suis juste venu dans la forêt en apprendre davantage sur mon Clan, ses origines et surtout sur ma propre personne.»

Le Clan du Crépuscule, bien sûr. Elle avait donc raison. Ce petit provenait de cette troupe de meurtriers. Elle garda le silence un petit moment, soutenant calmement le regard de l’apprenti. Il ne semblait pas leur vouloir de mal, comme il l’avait affirmé. Cependant, elle serait une bien mauvaise meneuse d’accepter ces paroles sans broncher ! Elle préférait laisser aller les choses et se faire graduellement une idée. Elle verrait au fil de la conversation à qui elle a réellement à faire.

«Tu ne me sembles pas avoir de mauvaises intentions. », affirma-t-elle au bout d’un moment. «Je comprends également ton désir d’en apprendre davantage sur tes origines. J’étais une solitaire, avant d’être la meneuse du Clan du Vent. Alors, je sais à quel point notre passé peut influencer notre avenir. »

Elle lui lança quelques secondes pour absorber l’information, puis reprit :

«En tant que chef du Clan du Vent et en tant qu’ancienne solitaire, j’en ai entendu, des rumeurs et des ouï-dire. Si mes connaissances peuvent t’aider à te connaître un peu plus, n’hésite pas à me demander.»

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours au gré du vent.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cours au gré du vent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Séjour linguistique / Cours de polonais en Pologne
» Un pti cours de Photo !
» Régularisation des diplômés en cours de carrière
» menus noel en video du cours de cuisine de vendredi dernier
» Exigeons des cours de Normand.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans RPG ::  :: Vent :: Plaine rocheuse-
firefox Forum optimisé pour Mozilla Firefox et pour une resolution de 1280*800 px. © Copyright by "La guerre des Clans RPG", tout droits réservés. Idée originale d'apres "La guerre des clans" d'Erin Hunter. Toute reproduction de textes, d'images et de concepts est strictement interdite. Forum by Ladylemon (Brûlure d'Acide & Rivière Brisée) & Edrakan (Etoile de Cendre). Géré par Ladylemon, Edrakan, Tykasu (Etoile d'Argent), BN (Etoile d'Hiver) & Doddz (Etoile d'Ebène).
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit