Partagez | 
 

 «Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Étoile du Firmament
Chef
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti
<u>3ème personnage</u> ;Horizon Lointain
<u>Rang 3ème personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti

Messages ; : 637
Humeur ; : Kyaaaaaaah !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: «Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»   Lun 11 Mai 2015, 21:58

«Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»

Pirates des Caraïbes.

Pelage d'Etoiles.


C'était la nuit. Rien de plus banal. Enfin, si l'on en croyait le silence qui régnait dans le camp du Clan de la Rivière. La Lune scintillait de mille feux, accompagnée comme tous les soirs des étoiles, aussi lumineuse que leur guide. Pelage d'Etoiles, jeune lieutenant, semblait être le seul à ne pas trouver le sommeil. Il était, comme à son habitude, installé sur le sol, face à l'entrée de camp, la tête dans les étoiles. C'était son seul moment de solitude. Personne ne le jugeait. Il pouvait penser, dire, faire ce qu'il voulait. Avec ses responsabilités de lieutenant, le matou n'avait presque plus de temps pour lui. Pas qu'il regrette d'avoir été choisit par Etoile Céleste ! Non, loin de là ! Cette nomination était sans doute la meilleure chose qui lui était arrivée de toute sa vie. Oh, il avait bien eu une compagne, des enfants... Mais, sans étant d'un ordinaire cruel, Pelage d'Etoiles ne ressentait - ou n'avait jamais rien ressentit d'ailleurs - de l'amour pour sa famille. Pourquoi, me demanderez-vous ? Eh bien... Je pense que personne ne pourrait apporter d'explication. Le chat aux yeux bleus n'était pas fait pour avoir une famille. Il aimait son Clan, de tout son être. Mais dès qu'il était en présence de ses enfants, rien n'apparaissait dans son cœur à part de l'agacement et de la rancœur.

Pelage d'Etoiles avait appris, il y a quelques heures de cela, la mort de sa compagne, Voile d'Azure. Le félin ne connaissait pas réellement les circonstances du décès de celle-ci, mais il avait été tout bonnement bouleversé. Il n'éprouvait aucun amour pour ses enfants, mais pour sa compagne, alors là, il l'avait aimée. Les sentiments n'étaient presque plus présents, mais il l'avait aimée, et de tout son être. Peut-être aurait-il mieux valut que jamais il ne la rencontre. Cela avait été le début de tout ses ennuis... Pelage d'Etoiles se sentait très mal vis à vis de ses enfants. Il savait qu'il ne pouvait rien leur apporter de bon. Les voir le faisait souffrir. Il aurait voulut leur dire qu'il était navré de ne pas avoir rempli son rôle de père, et qu'il ne pourrait jamais remplacer leur mère... mais lorsqu'il avait croisé leur regard embué de larmes, aucun mot n'avait daigné sortir de sa bouche. Sa fille, Nuage Coloré, semblait beaucoup affectée par la mort de sa mère. Qui ne le serait pas ? Nuage Étoilé... A vrai dire, Pelage d'Etoiles n'en savait rien. Il n'avait pas revu son fils cadet. Quant à l'aîné, Nuage d'Horizon... Pelage d'Etoiles avait apprit qu'il était devenu guerrier. Horizon Lointain. Aucune nouvelle depuis... depuis sa naissance. Le chaton roux était le seul à avoir refusé d'intégrer le Clan de la Rivière. Il était resté aux côtés de sa mère jusqu'à la fin.

Pelage d'Etoiles se leva prudemment. Ses heures de sommeil raccourcissaient de plus en plus chaque nuit qui passait. Tous ses tourments, les questions qu'il se posait... Cela l'empêcher de trouver le sommeil.
Le félin ébène chassa ses mauvaises pensées d'un geste de tête et tenta de faire sa toilette. Son long pelage noir tacheté de blanc était maculé de terre sèche. Pelage d'Etoiles passa sa langue râpeuse pour la nettoyer. Maître dans l'art de la propreté, le lieutenant eut en un clin d’œil une robe luisante de propreté.
Une balade. C'était sans aucun doute le meilleur moyen de s'éclaircir les idées. Pelage d'Etoiles sortit rapidement mais pas moins discrètement du camp de la Rivière. Où allait-il se rendre ? Il n'en avait strictement aucune idée.

Les Quatre Chênes. Cela faisait bien longtemps que le lieutenant ne s'y était plus rendu. Le calme qui régnait là-bas l'aiderait à faire le tri dans sa tête.
Pelage d'Etoiles bondit parmi les feuilles mortes et s'élança à toute vitesse.
En autant de temps qu'il faut pour le dire, le félin ébène arriva à destination. Plusieurs fumets se mêlaient à celui du matou aux yeux bleus. Dont l'un était celui d'un lapin, qui devait être récemment passé. Le ventre de Pelage d'Etoiles lança un gargouillis disgracieux. Le félin entreprit de suivre la piste. Il trouva bien vite ce qu'il cherchait, et après une course poursuite effrénée, le lieutenant eut enfin quelque chose à se mettre sous la dent. Heureusement pour lui, la réserve du Clan était bien pleine. Il pouvait donc dévorer la proie toute entière.
C'est à ce moment que Pelage d'Etoiles entendit un craquement derrière lui. Un autre chat. A vue de truffe, il devait être à une queue de renard derrière lui. Pelage d'Etoiles s'assit patiemment sur le sol poussiéreux (salissant en même temps son long pelage fraîchement lavé), et attendit que l'inconnu du Clan de l'Ombre vienne à sa rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Fauve Blanc
Guerrier(e) sans Apprenti
avatar


Messages ; : 28

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»   Jeu 14 Mai 2015, 16:32

La lune était haute dans le ciel sombre remplit d'étoiles. Dehors tout été calme. Dehors oui, mais dans la tanière des guerriers les ronflements étaient si forts que c'était surement eux qui avaient chassé les nuages ... Fauve Blanc était peu être l'un des plus paresseux du clan mais lui au moins savait dormir en silence ! C'était exaspérant d'entendre les ronflements et les autres chuchoter des paroles incompréhensibles dans leurs rêves !
Le guerrier moucheté se leva, en prenant soin de faire le plus de bruit possible histoire de réveiller ses gros patapoufs, et se dirigea vers le centre du camp. Il observa autour de lui les diverses tanières : la pouponnière, la tanière du chef, l'antre du guérisseur, la tanière des apprentis et la bruyante tanière des guerriers ... La réserve de nourriture était pleine, il pourra donc garder les proies qu'il aura chasser. Bien. Le mâle se dirigea vers la sortie, ses coussinets laissant des traces dans le sol humide du camp de l'Ombre.

Fauve Blanc marchait droit devant lui, ses sens aux affûts, guettant la moindre trace de proies. Alors qu'il croyait qu'aucun gibier n'était réveillé, il perçut le fumé d'un campagnol. En moins de deux secondes, le matou était déjà dans la position du chasseur, s'approchant de cette petite bête qui ne se douter de rien ... Mais alors qu'il était près à sauter dessus, un oiseau chante, le campagnol se retourna, le vu et se précipita sur une pente en poussant des cris apeurés. Dans un rictus rageur, le guerrier sauta dessus. Mais une fois dans les airs, il se rendit compte que ce n'était pas une pente lisse mais une pente couverte de cailloux.
Fauve Blanc attrapa sa proie dans sa gueule et glissa sur le sol. En se relevant, un fin filet de sang gouttait de son épaule. Peu importe, il n'avait pas mal, c'était juste une égratignure qui saignait beaucoup. Fière d'avoir attrapé cette proie, qui était assez grosse, le mâle moucheté se dirigea vers les quatre chênes, le territoire neutre le plus proche.

Une fois là-bas, il pensait être tranquille pour pouvoir manger le résultat de sa chasse mais une odeur vint le perturber. Ça sentait le poisson ...

Mais c'est pas vrai, je ne suis jamais tranquille en ce moment !

Fauve Blanc enterra sa proie et se dirigea vers le guerrier de la rivière. Maintenant il pouvait le voir. C'était un mâle ébène moucheté de blanc, un peu comme lui mais en inversant les couleurs. Et ce chat, si ses souvenirs étaient bons, c'était Pelage d'Etoiles, le lieutenant de la Rivière. Il l'avait déjà vu aux assemblées ... Le poissonneux s'assis, visiblement il attendait quelque chose ...

Moi qui pensait aller ailleurs ... Apparemment il m'a remarqué ...

Même s'il était lieutenant, il ne devait pas s'attendre à une salutation polie de la part du guerrier de l'Ombre ...
Fauve Blanc s'avança.

- Bien, tu m'as remarqué ! Moi qui pensait être tranquille !

Il n'engagera pas la conversation, ça s'est sur ! Il prit un sourire narquois et s'éloigna du lieutenant pour aller s’asseoir plus loin, faisant voler la poussière autour de lui ...
Revenir en haut Aller en bas
Étoile du Firmament
Chef
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti
<u>3ème personnage</u> ;Horizon Lointain
<u>Rang 3ème personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti

Messages ; : 637
Humeur ; : Kyaaaaaaah !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re   Lun 25 Mai 2015, 14:46

Pelage d'Etoiles demeura assit. Rien ni personne ne pourrait le perturber. Le lieutenant fronça les sourcils. Une odeur tout à fait désagréable parvint à sa truffe. Le fumet émanait du guerrier du Clan de l'Ombre, qui s'avançait de plus en plus vers lui. Le matou, qui pourrait probablement et dans un futur proche devenir un ennemi, était blanc. Immaculé. Banal. A la seule différence près que ses yeux étaient vairons : l'un, le gauche, était jaune, tandis que l'autre, le droit, était bleu.
Pelage d'Etoiles sourit dans l'ombre. Cette rencontre allait être bien cocasse, il en avait la certitude.

- Bien, tu m'as remarqué ! Moi qui pensait être tranquille ! lança l'autre bruyamment.

Pelage d'Etoiles soupira longuement. Encore un vulgaire félin qui allait troubler son calme intérieur avec ses paroles ne valant pas un babil de bébé. Le lieutenant resta néanmoins dans la position qu'il affectionnait tant, ne voulant pas se montrer telle une menace face au guerrier du Clan de l'Ombre. Occupant un poste important dans son Clan, il se devait de faire face à toute situation avec une incroyable diplomatie et une obéissance sans faille. Il ne valait donc mieux pas se faire des ennemis dans le Clan de l'Ombre. Quoique, dans le pire des cas, peut-être qu'il pourrait s'arranger avec Etoile du Loup, qui était, pour ainsi dire... son ami.
Trêve de stupidités. Pelage d'Etoiles se rabroua mentalement. Il ne se mettrait à dos personne. Et si jamais cela arrivait, ce ne serait en aucun cas de sa faute. Le matou ébène déclara d'une voix neutre une phrase qu'il appréciait tout particulièrement.

-Belle soirée, n'est-il-pas ?

Pelage d'Etoiles se riait d'avance de la réponse de l'autre. Le Clan de l'Ombre avait beau avoir une assez mauvaise réputation dans la forêt de CerfBlanc, cela n'empêchait guère le lieutenant du Clan de la Rivière. Il trouvaient ces guerriers forts et audacieux. On leur reprochait souvent leur manque d'empathie, et leur difficulté à exprimer ce qu'ils ressentaient. Sans pour autant le crier sur tous les toits, Pelage d'Etoiles était secrètement d'accord avec cette philosophie. Pourquoi donc hurler ses émotions alors que l'on peu très bien les garder pour soi ? Enfin, supposait-il, cela dépendait sans doute du caractère de chacun. Et puis, soit dit en passant, cela aurait été très mal vu de demander à Etoile du Loup "Eh mon gars, tu peux me donner des conseils pour ne pas extérioriser mes émotions ? ". De toute manière, jamais Pelage d'Etoiles n'aurait osé, et jamais le chef du Clan de l'Ombre n'aurait répondu.

Le lieutenant vit la mine déconfite de son adversaire - pouvait-il le considérer comme adversaire ? Sans doute valait-il mieux, pour ne pas avoir de faux espoirs. - et sourit une nouvelle fois. L'autre avait l'air de ne pas apprécier l'odeur qui l'entourait. Sentait-il le poisson ? Pour le félin du Clan de l'Ombre, sans aucun doute. Pelage d'Etoiles n'était pas un grand fanatique du poisson, contrairement à ce que l'on pourrait croire, et ne sentait donc pas vraiment comme cette proie. Le fait est que le cliché "les chats de la rivière sentent le poisson" influençaient l'esprit des plus faibles, et leur petite cervelle de moineau assimilait l'odeur inconnue d'un guerrier du Clan de la Rivière à celle du poisson. Enfin bon, tout cela était bien drôle, et même si Pelage d'Etoiles savait qu'il avait raison, cela ne cesserait jamais de l'ennuyer.
Revenir en haut Aller en bas
Fauve Blanc
Guerrier(e) sans Apprenti
avatar


Messages ; : 28

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»   Mer 30 Déc 2015, 23:58

-Belle soirée, n'est-il-pas ?

Fauve Blanc fixa le lieutenant. Ses yeux vairons donnaient souvent l'impression que le félin pouvait voire l'esprit du chat en face, qu'il pouvait passer par dessus l'enveloppe corporelle. Et pourtant, ceci est complètement faux ! Allez savoir qui a lancé cette rumeur dans la camp ! Sûrement un autre boulet à l'imagination débordante ... Ah le lieutenant voulait discuter ? Et bien dommage, ce n'était pas son fort. Discuter, ça fait juste passer le temps, ça n'apporte rien à part une perte de temps. Et chacun de nous manque de temps un jour n'est-ce-pas ?

Il leva quand même la tête vers le ciel, laissant les étoiles se refléter dans ses yeux. C'était beau. Il faut bien l'avouer, il n'y a rien de plus beau qu'un ciel étoilé. Les anciens aiment raconter aux chatons que les étoiles représentent les guerriers de jadis, mais le mâle n'avait toujours pas décidé s'il y croyait ou non. Fauve Blanc rabaissa son regard vers Pelage d'Etoiles et émit un reniflement méprisant.

- Si tu le dis ... Personnellement je trouve cette nuit trop chaude. Et quand il fait chaud le sommeil des guerriers est agité, et franchement ça m'énerve quand ils ronflent et bavent comme des crétins. Va pas croire que je suis pas loyal hein, même s'ils m'énervent profondément, je risquerais ma vie pour mes camarades et j'éliminerais tous ceux qui les menacent.

Il regarda le lieutenant en plissant les yeux.Son épaule avait fini de saigner et son pelage était maintenant taché de sang séché qui lui donné une teinte marron vraiment moche.
Faut vraiment être doué pour se blesser pendant une partie de chasse j'te jure ...
Avec un grognement il se baissa pour nettoyer sa plaie qui faisait tâche sur son pelage blanc tacheté. Deux trois coups de langues bien râpeuse et le tour est joué. Bon, maintenant qu'il y était, autant parler pour éviter la mort. La mort par ennuie total ...

- Et toi, tu fais quoi si loin de ton camp ? Le lieutenant de la Rivière aurait-il une trop grande pression sur ses épaules ?

Fauve Blanc reprit son rictus moqueur qui lui va si bien. Bon d'accord, il cherchait à provoquer le lieutenant mais il ne livrerait pas bataille. Son chef le tuerait s'il provoquait un conflit avec le clan de la Rivière. Mais bon, vu son attitude posée, le mâle ébène n'allait pas attaquer. Y aurait-il un petit chat censé dans cette masse de bêtes qui ont les pattes tachées de sang ? D'ailleurs les siennes aussi étaient rouges mais quelle importance ? Une vie de plus, une vie de moins, pour quatre clans sur cinq, cela importe peu. Et oui, le monde est égoïste et dur et seul les plus forts peuvent protéger ceux qu'ils aiment.
Revenir en haut Aller en bas
Étoile du Firmament
Chef
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti
<u>3ème personnage</u> ;Horizon Lointain
<u>Rang 3ème personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti

Messages ; : 637
Humeur ; : Kyaaaaaaah !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re   Jeu 31 Déc 2015, 11:17

Pelage d'Etoiles attendait avec une légère impatience la réponse de son compagnon de fortune. Il pré-sentait une réplique bien cocasse, digne d'un grand matou de l'Ombre.

- Si tu le dis ... Personnellement je trouve cette nuit trop chaude. Et quand il fait chaud le sommeil des guerriers est agité, et franchement ça m'énerve quand ils ronflent et bavent comme des crétins. Va pas croire que je suis pas loyal hein, même s'ils m'énervent profondément, je risquerais ma vie pour mes camarades et j'éliminerais tous ceux qui les menacent.

Le lieutenant ébène ne put s'empêcher de sourire. Il avait vu juste. Malgré sa curiosité, qui venait tout juste d'être piquée par cet étrange et nouveau personnage, Pelage d'Etoiles ne répondit pas tout de suite. La nuit était chaude, c'était exact. Néanmoins, Pelage d'Etoiles supportait très bien la chaleur, pour la simple et bonne raison qu'il était assez frileux. Oh, bien entendu, il n'était pas tel un chaton apeuré à la venue des neiges glaciales, non. Il avait seulement plus froid que la moyenne. Mais, en tant que mâle qui se respecte, jamais il n'avait tressailli. C'aurait été comme perdre son honneur. Et il avait beaucoup trop d'ego pour cela.

- Et toi, tu fais quoi si loin de ton camp ? Le lieutenant de la Rivière aurait-il une trop grande pression sur ses épaules ?

Tiens ? Mais c'est que l'autre s'impatientait ! Pelage d'Etoiles continua de sourire, mais cette fois-ci, avec plus de gentillesse. Il avait beau essayé de se contrôler, sa nature assez snobinarde reprenait vite le dessus.

-Une trop grande pression sur les épaules ? Eh bien, je te remercie tout d'abord de te soucier de mon état physique, mais tout va bien.

Pelage d'Etoiles élargit encore plus son sourire. Cette discussion s'annonçait bonne. Le matou ébène n'allait pas s'ennuyer. Un peu d'interaction avec ses semblables n'allait pas lui faire de mal !

-Oh, et puis tu sais, je ne suis pas si loin de mon camp. Un peu de marche pour se dégourdir, il n'y a rien de tel. C'est très bon pour la santé.

Pelage d'Etoiles cessa brusquement de sourire. Il continua sur sa lancée, non sans se départir de son ton posé et amical.

-Et toi, mon jeune ami ? Que viens-tu faire ici ? Je ne t'ai jamais croisé auparavant !

Le lieutenant du Clan de la Rivière se leva un instant, avant de se rasseoir tout aussi calmement. Sa position n'était pas vraiment confortable ; une sorte d'ancien nid d'oiseau avait étalé sa garniture sur le sol, et Pelage d'Etoiles s'était pas mégarde assis dessus.

Pendant un instant, Pelage d'Etoiles songea à sa sœur. Elle avait été destituée de ses fonctions. Le matou n'en savait pas plus. Elle avait disparu pendant un temps. Etait-elle revenue ? Il n'en savait rien.
Ses yeux bleus s'obscurcirent un instant, lorsqu'un nuage gris passa au dessus d'eux. Le voile de tristesse qui venait tout d'un coup de l'envelopper parti aussi vite qu'il n'était apparu. Ce n'était ni le lieu, ni le moment de se lamenter. Pelage d'Etoiles était fort, il ne pouvait pas se permettre un tel relâchement.
Revenir en haut Aller en bas
Fauve Blanc
Guerrier(e) sans Apprenti
avatar


Messages ; : 28

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»   Mar 05 Avr 2016, 18:57

-Une trop grande pression sur les épaules ? Eh bien, je te remercie tout d'abord de te soucier de mon état physique, mais tout va bien.

Oh non, mister lieutenant est bien parti pour discuter, super ... Son état physique ? Et puis quoi encore, il peut bien mourir j'en ai rien à faire de ce chat ...

-Oh, et puis tu sais, je ne suis pas si loin de mon camp. Un peu de marche pour se dégourdir, il n'y a rien de tel. C'est très bon pour la santé.
-Et toi, mon jeune ami ? Que viens-tu faire ici ? Je ne t'ai jamais croisé auparavant !


Fauve Blanc laissa échapper un grognement. Mon jeune ami ? Pff. Le guerrier pouffa quand il vit ce qui se trouvé sous l'arrière train du lieutenant. Et, garda un méchant sourire quand il vit passer, très vite d'accord, un voile de tristesse sur le visage du mâle ébène. Alors, ce chat qui se force à paraître insensible depuis tout à l'heure a quand même une petite faiblesse. Ne reste plus qu'à la trouver. Fauve Blanc renifla fière de lui puis prit un air plus inquiétant.

- Mon jeune ami ? Je suis désolé, je n'ai pas de telle chose ! Les amis, c'est juste un mot qui permet de regrouper les faibles qui ne savent pas se débrouiller seuls ! Et que viens-je faire ici ? Je me dégourdi les pattes également, Fauve Blanc baissa la voix, et j'en avait marre de supporter les ronflements des autres blaireaux ... Il reprit une voix assurée, tu ne m'as jamais vu ? Ça l'ancêtre, c'est parce que je viens de passer guerrier ...

Bon, allez, voyons si ce chat est si calme et sage qu'il le laisse paraître ...

- Et dit moi ... Pelage d'Étoiles c'est bien ça ? Tu es calme et n'importe qui, en te voyant, penserais que tu es un chat sans tracas et sans soucis mais avec moi ça ne marchera pas. Fauve Blanc prit un sourire narquois. C'est bien toi le frère d'Étoile de la Mort non ?


Et oui tu vois mon gars, ma spécialité à moi c'est de repérer les expressions des autres et de les utiliser contre eux. J'arrive parfaitement à détecter les faiblesses ... Alors voyons, si tu t'énerves, tu as perdu. Si tu restes calme, tu gagnes mon respect ... A toi de jouer lieutenant, sache que personne à part le chef n'a mon respect ...

Fauve Blanc s'assit, queue autour des pattes et la tête légèrement penchée sur le coté, comme un chaton qui attend impatiemment l'accord de sa mère pour aller jouer ...
Revenir en haut Aller en bas
Étoile du Firmament
Chef
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti
<u>3ème personnage</u> ;Horizon Lointain
<u>Rang 3ème personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti

Messages ; : 637
Humeur ; : Kyaaaaaaah !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re   Mar 05 Avr 2016, 20:54

- Mon jeune ami ? Je suis désolé, je n'ai pas de telle chose ! Les amis, c'est juste un mot qui permet de regrouper les faibles qui ne savent pas se débrouiller seuls ! Et que viens-je faire ici ? Je me dégourdi les pattes également, et j'en avait marre de supporter les ronflements des autres blaireaux ... tu ne m'as jamais vu ? Ça l'ancêtre, c'est parce que je viens de passer guerrier ...

Pelage d'Etoiles contempla un instant l'autre, avant d'éclater de rire. Mais diantre, c'est qu'il était comique celui-ci ! Enfin un peu de distraction dans ce monde.

- Et dit moi ... Pelage d'Étoiles c'est bien ça ? Tu es calme et n'importe qui, en te voyant, penserais que tu es un chat sans tracas et sans soucis mais avec moi ça ne marchera pas. C'est bien toi le frère d'Étoile de la Mort non ?

Le félin arborait un rictus qui ne plaisait pas à Pelage d'Etoiles. Oh, bien sûr, il n'allait pas s'énerver. Du moins... Pas pour le moment. Sinon, ce serait pour son compagnon d'infortune que la chance allait tourner.
Le lieutenant était ce genre de félin à garder tout son calme, extrêmement facilement, tout en déstabilisant l'autre. Pelage d'Etoiles observa attentivement le félin qui se trouvait en face de lui. Hmm... Une blessure à l'épaule ? Ce serait là qu'il commencerait par attaquer, si le besoin s'en faisait sentir. Mais bon, ils étaient civilisés non ? Pourquoi devoir forcément recourir à la violence ? Pelage d'Etoiles arrêta de rire et arbora quant à lui un sourire des plus enjôleurs et déclara d'une voix mielleuse :

"Oui, je suis le frère d'Etoile de la Mort. Cela te pose-il un problème quelconque, mon jeune ami ?"

Pelage d'Etoiles détacha les dernières syllabes avec une pointe de sarcasme. Le chat qui était en face de lui semblait vouloir le tester. Le lieutenant adorait ce genre de petits jeux. La vraie guerre n'était pas seulement physique, il s'agissait aussi de repousser ses limites mentales. Oh, bien entendu, ce n'était pas une guerre, loin de là ! Mais un petit exercice comme celui-ci faisait énormément plaisir au félin ébène, qui était réputé pour sa répartie à toute épreuve.

"Je ne suis pas sans tracas, mais j'estime que mon rôle n'est pas d'exposer à tous les chats de la forêt mes petits tourments passagers. Vois-tu, quand tu auras un peu mûris, peut-être que tu le comprendras !"

Pelage d'Etoiles décocha un sourire narquois. Il commençait vraiment à s'amuser ! Quoique, il devait se restreindre, pour ne pas faire fuir l'autre félin. Le lieutenant du Clan de la Rivière devait également se contenir ; il était certes de bonne humeur, mais pour le coup, son côté taquin reprenait le dessus. Il pouvait parfois se montrer méprisant, et cela pourrait nuire à son Clan. Pelage d'Etoiles reprit, plus calmement.

"Je n'ai aucune nouvelles de ma sœur, et je prie le Clan des Etoiles pour qu'elle se porte bien. Néanmoins, nous sommes tous les deux indépendants, et avons suivit chacun notre voie. Je n'ai donc rien à dire."

Pelage d'Etoiles se leva et tourna quelque instants autour de l'autre matou. Il était tout jeune, certes, mais ne pouvait certainement pas se permettre d'attribuer le sobriquet d'"ancêtre" au lieutenant encore jeune. Ses yeux bleus brillèrent d'un éclat dangereux. Dans la nuit sombre, on ne distinguait que ses prunelles couleur d'océan et ses tâches blanches qui parsemaient son pelage semblable au ciel. Pelage d'Etoiles se rassit et leva de nouveau la tête vers les étoiles. Il contempla pendant de long instants la Lune, tout en réfléchissant. Cet étrange jeunot deviendrait-il un ennemi, ou serait-il plutôt dans le camp des ami ? Le lieutenant se passa la langue sur les lèvres et sourit de plus belle.
Revenir en haut Aller en bas
Fauve Blanc
Guerrier(e) sans Apprenti
avatar


Messages ; : 28

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»   Mar 05 Avr 2016, 23:48

"Oui, je suis le frère d'Etoile de la Mort. Cela te pose-il un problème quelconque, mon jeune ami ?"

Fauve Blanc ricana doucement. Le lieutenant le cherchait et ça, c'était quelque chose qu'il n'aimait vraiment pas ...

"Je ne suis pas sans tracas, mais j'estime que mon rôle n'est pas d'exposer à tous les chats de la forêt mes petits tourments passagers. Vois-tu, quand tu auras un peu mûris, peut-être que tu le comprendras !"


Le guerrier moucheté de noir ne put retenir un sourire qu'il se dépêcha d'effacer. C'était quoi ce regard sur son épaule blessée ? Master lieutenant veut se battre ?

"Je n'ai aucune nouvelles de ma sœur, et je prie le Clan des Etoiles pour qu'elle se porte bien. Néanmoins, nous sommes tous les deux indépendants, et avons suivit chacun notre voie. Je n'ai donc rien à dire."

Le lieutenant lui tourna autour plusieurs fois mais le guerrier de l'Ombre avait décidé de ne pas attaquer en premier, heureusement pour Pelage d'Étoiles qui avait baissé, ne serait-ce qu'un petit peu, sa garde.

Et bien et bien, lui il commence à me distraire !

Fauve Blanc rigola doucement.

- Ouf, merci de m'épargner toute ta petite vie, passionnante je n'en doute pas, mais qui m'est complètement égale ! Un chat qui déballe sa vie est une proie facile à manipuler, et celui qui ne dit rien n'est plus une proie ! Alors s'il te plaît l'ancêtre, ne regarde pas mon épaule comme ça. C'est juste une griffure, rien de grave, merci de t'inquiéter !

Le mâle rigola de nouveau. Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas amusé comme ça ! C'est qu'ils peuvent être drôle les poissonneux ! La lune était presque pleine et elle éclairait les Quatre Chênes de se lumière blanche, se reflétant dans le regard vairon de Fauve Blanc. Le soleil pointait à l'horizon, les arbres de la forêt bloquant sa lumière mais pas sa chaleur ! Ce qu'il faisait chaud ! Le jeune guerrier grogna, lança un regard exaspéré à Pelage d'Étoiles comme si c'était lui la cause de cette chaleur. Il laissa glisser son sourire et reprit son air inquiétant, pareil à celui du tigre.

- Bon et bien je commence à m'ennuyer ! Propose donc un jeu qui pourra distraire le chat immature que je suis !
Revenir en haut Aller en bas
Étoile du Firmament
Chef
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti
<u>3ème personnage</u> ;Horizon Lointain
<u>Rang 3ème personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti

Messages ; : 637
Humeur ; : Kyaaaaaaah !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re   Lun 18 Avr 2016, 08:05

Pelage d'Etoiles esquissa un sourire, sans pour autant se départir de son snobisme habituel. Pas qu'il se sentait au dessus des autres, non. C'est tout simplement que cet air supérieur faisait partie de ses mimiques. Il semblerait même qu'il ne s'en soit jamais rendu compte. Et puis, tout compte fait, ce n'était pas si mal ! Avec cela, on savait bien à qui l'on avait à faire ; ce sourire narquois était presque devenu sa marque de fabrique.
Le mâle qui était en face de Pelage d'Etoiles intriguait quelque peu le lieutenant. Il était extrêmement arrogant, et mériterait bien une petite correction. Malgré tout, qui était Pelage d'Etoiles pour se permettre de punir un guerrier d'un autre Clan que le sien ? Personne. Le félin aux yeux bleus aurait bien pu faire un rapport à Etoile du Loup, mais il n'était pas sans-défense à ce point ! Et puis, sans mauvais jeux de mots, son ami avait d'autres chats à fouetter.
Si cela tournait au vinaigre, Pelage d'Etoiles trouverait bien le moyen de calmer le jeune guerrier. Le chat noir ne put s'empêcher d'éclater de rire. Il était un peu pareil, au même âge. Soudainement, Pelage d'Etoiles cessa de rire. Il n'était pas si vieux ! Pourtant, il parlait déjà comme un Ancien... Par le Clan des Etoiles, la vieillesse le guettait...

- Ouf, merci de m'épargner toute ta petite vie, passionnante je n'en doute pas, mais qui m'est complètement égale ! Un chat qui déballe sa vie est une proie facile à manipuler, et celui qui ne dit rien n'est plus une proie ! Alors s'il te plaît l'ancêtre, ne regarde pas mon épaule comme ça. C'est juste une griffure, rien de grave, merci de t'inquiéter !

L'autre riait toujours. Pelage d'Etoiles s'interrogea longuement sur l'état de l'esprit de son compagnon d'infortune. Si il était fou, cela expliquait énormément de choses.

- Bon et bien je commence à m'ennuyer ! Propose donc un jeu qui pourra distraire le chat immature que je suis !

Ah. Très bien. Il n'était pas fou, il était totalement dénué d'intelligence. Une sorte d'escargot. Enfin, cela n'avait rien de désagréable, pour une fois, d'être avec une huître. Ce fut au tour de Pelage d'Etoiles de rire comme un dégénéré. Sa métaphore lui plaisait beaucoup.
Proposer un jeu à Pelage d'Etoiles... Voilà qui était bien imprudent ! Enfin, ce jeune arrogant l'apprendrait à ses dépens. Ce n'était pas dit qu'il en ressortirait indemne.

"Un jeu ? Eh bien, mon jeune ami, tu ne manques pas de culot ! Ton assurance - ou plutôt, ton arrogance sans limite - me surprend quelque peu. Puis-je te demander en quel honneur je prendrais de mon temps pour concocter un jeu à la mesure de ton esprit ? lança le lieutenant du Clan de la Rivière.

Bien que très fort physiquement, Pelage d'Etoiles avait toujours préféré livrer bataille par les mots. C'était vraiment quelque chose qui lui plaisait, que de déstabiliser son adversaire, et de prendre l'avantage discrètement. C'était une sorte de... Une sorte de cheval de Troie, oui, tout à fait !
La température commençait à monter. Pourtant, la Lune était encore haute dans le ciel, bien qu'elle déclinait à vue d’œil. Pelage d'Etoiles observa rapidement son environnement. Les Quatre Chênes. Un lieu idéal pour une partie de chasse, de grimpette dans les arbres, ou encore de combat en corps à corps. Quel "jeu" pourrait donc distraire un jeune fou ? Oh, et puis d'ailleurs, cet arrogant avait totalement oublié de se présenter. Par le Clan des Etoiles, quelle jeunesse...

"Oh, et puis, mon jeune ami, quel est ton nom ? Je ne t'ai jamais remarqué auparavant. déclara Pelage d'Etoiles d'une voix chaleureuse.

Un jeu... Comme il avait l'air d'en manquer, un jeu d'esprit ne ferait pas de mal à cet idiot. C'était une bonne idée ! Enfin, Pelage d'Etoiles ne pouvait pas se permettre de juger l'intelligence d'autrui. Cela dit... En ce moment même, il jugeait totalement son adversaire. De la tête aux pieds. Et le constat était toujours le même : force physique importante, muscles,... Mais lorsque l'on remontait un peu... Cervelle de moineau en perspective.
Le jour pointait. Le lieutenant respira longuement puis sourit. Rien de tel que d'être dehors aux premières lueurs de l'aube.
Revenir en haut Aller en bas
Fauve Blanc
Guerrier(e) sans Apprenti
avatar


Messages ; : 28

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»   Sam 23 Avr 2016, 11:00

"Un jeu ? Eh bien, mon jeune ami, tu ne manques pas de culot ! Ton assurance - ou plutôt, ton arrogance sans limite - me surprend quelque peu. Puis-je te demander en quel honneur je prendrais de mon temps pour concocter un jeu à la mesure de ton esprit ?

Fauve Blanc sourit. Ce matou était fort ! Ce n'était pas les débiles habituels que l'on croise très souvent dans la forêt. Ces mêmes débiles que le guerrier de l'Ombre évitait à tout pris, de peur de perdre son sang froid et de tuer sur un coup de tête. Un chat de plus, un chat de moins, à ses yeux, ce n'est pas dramatique ... Mais le problème, c'est les sentiments de la famille et des amis après une perte. Les larmes, l'impression de vide, les souvenirs douloureux qui remontent ...
Fauve Blanc ne les connaissaient que trop bien. La mort d'un être cher, c'est pire que la torture et pour certains faibles, c'est la mort d'un partie d'eux même. Et une telle douleur, le mâle ne voulait pas la faire subir.
Tiens tiens, quand on parle de souvenirs douloureux ... Un voile de tristesse passa rapidement ses yeux vairons et s'en alla aussi vite. Le passé, c'est le passé. Quoi que tu fasse, quoi que tu dises, il ne peut pas être changé. Fauve Blanc releva la tête et repris son air arrogant.

"Oh, et puis, mon jeune ami, quel est ton nom ? Je ne t'ai jamais remarqué auparavant.

Le guerrier moucheté de noir élargit un peu plus son sourire. Le Lieutenant ébène et lui jouait déjà au même jeu. Le premier à être déstabilisé par l'autre a perdu.

"Oh pardon l'ancêtre, je vois maintenant que tu es très occupé ! Laisse tomber l'idée du jeu si tu veux, c'est peut être trop complexe pour toi ..."

Fauve Blanc laissa tomber son sourire. L'aube pointa son museau et des lueurs orangées et roses glissèrent sur les deux chats de clan opposés. Cette lumière ... Elle donnait à l'oeil jaune du mâle blanc un éclat enflammé, comme la pleine lune donnait à son oeil bleu la couleur des océans les plus vastes ... Le guerrier tourna la tête. Là-bas, il y avait un monde à explorer, de nouveaux territoires, de l'aventure ... Mais surtout un aller simple pour la mort au chat insuffisamment entrainé ... Pourtant, Fauve Blanc le sait, il doit protéger ses camarades et son clan ... Alors, ce monde si vaste, il le découvre déjà, dans ses rêves ... Quand les boulets me laisse dormir ...

"Mmmh ? Mon nom ? Tsss, j'évite de le donner à tous les chats qui passent tu vois ... Mais bon, toi, t'es pas tous les chats l'ancêtre ... Le plus souvent on m'appel le fou, le solitaire, mais mon vrai nom, c'est Fauve Blanc ... Tu ne m'as jamais remarqué ? Je t'ai déjà donné la raison l'ancêtre, je suis passé guerrier il y a peu, ne radoterais-tu pas ...? répondit Fauve Blanc.

Cette fois, le sourire que le mâle blanc lança au lieutenant n'était ni narquois ni moqueur, c'était un sourire normal. D'ailleurs, il disparut vite, son sourire ... Le chat en face de lui le jugeait de la tête aux pattes ...

"Et toi ? Désolé, je ne me rappel pas de ton nom, lieutenant de la Rivière ... Peux- tu éclairer ma lanterne l'ancêtre ?" lança le guerrier aux yeux vairons d'un ton neutre.

Dans sa dernière question, le lieutenant avait peut être pris un ton chaleureux mais il devra prouver que Fauve Blanc pouvait lui rendre la pareil ... Hors de question de baisser sa garde devant un chat presque aussi imprévisible que lui ...
Revenir en haut Aller en bas
Étoile du Firmament
Chef
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti
<u>3ème personnage</u> ;Horizon Lointain
<u>Rang 3ème personnage</u> ;Guerrier(e) sans Apprenti

Messages ; : 637
Humeur ; : Kyaaaaaaah !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re   Sam 23 Avr 2016, 12:40

"Oh pardon l'ancêtre, je vois maintenant que tu es très occupé ! Laisse tomber l'idée du jeu si tu veux, c'est peut être trop complexe pour toi ..."

Le lieutenant du Clan de la Rivière adressa un grand sourire à son compagnon d'infortune. Il avait vraiment décidé de l'énerver. C'était sans aucun doute un jeu pour lui. Pelage d'Etoiles riait intérieurement. La jeunesse n'était pas aussi mal élevée de son temps. Lorsqu'il parlait comme ça, il se sentait comme un Ancien... Enfin, là n'était pas la question. Pelage d'Etoiles exécrait les félins tels que celui qu'il avait en face de lui. Aucune limite, aucune censure. Pas de raffinement, de bonnes manières. Juste de la violence et de l'arrogance mal placée.

"Mmmh ? Mon nom ? Tsss, j'évite de le donner à tous les chats qui passent tu vois ... Mais bon, toi, t'es pas tous les chats l'ancêtre ... Le plus souvent on m'appelle le fou, le solitaire, mais mon vrai nom, c'est Fauve Blanc ... Tu ne m'as jamais remarqué ? Je t'ai déjà donné la raison l'ancêtre, je suis passé guerrier il y a peu, ne radoterais-tu pas ...?" déclara l'autre.

Pelage d'Etoiles partit dans un éclat de rire. Ce bruit était délicieux. Un rire sincère, clair comme une cascade, s'écoulant le long de la gorge de matou noir, pour partir résonner jusqu'aux oreilles des guerriers de jadis.
Ce... Fauve Blanc était vraiment un comique. "Le fou" ? "Le solitaire" ? Il s'était sans doute lui-même attribué ces patronymes ridicules pour se sentir supérieur aux autres.
Le lieutenant décida de ne pas prêter attention au sobriquet dont le chat blanc l'avait affublé. Pelage d'Etoiles s'était assagi, depuis sa jeunesse. Il n'était plus aussi fougueux qu'avant, plus aussi tête brûlée - si jamais il l'avait été un jour. Malgré tout, ses principes fondamentaux, qui faisaient de lui ce qu'il était à présent, n'avaient pas changés d'un poil. Les manières, la politesse, et l'intelligence étaient les piliers principaux de l'être respectable. Oh, bien entendu, il fallait être fort. Cela, Pelage d'Etoiles le savait pertinemment. Et, pour cela non plus, il n'était pas en reste. Malgré tout, tout ce qui avait forgé le caractère du lieutenant du Clan de la Rivière semblait faire défaut à ce guerrier du Clan de l'Ombre.

Pelage d'Etoiles cessa un instant de rire. Il leva de nouveau la tête vers le ciel. Un nombre incalculable de guerriers avaient été très surpris de ce tic qu'avait le félin aux yeux bleus. En effet, il ne pouvait pas se passer de contempler le firmament. C'était pour lui la pureté. Vivre sans le ciel était impossible. Pelage d'Etoiles avait d'ailleurs souvent essuyé des railleries auprès de ses camarades, pour la simple et bonne raison que depuis qu'il était apprenti, il dormait la plupart du temps dehors. Sur le sable, dans la boue, peu importait. Dormir sur le dos, fermer les yeux après avoir pu observer les astres à s'en lasser, était, incontestablement, le plus grand plaisir que pouvait avoir Pelage d'Etoiles dans sa vie. Malheureusement, ces derniers temps, il avait dû regagner sa tanière, pour cause de ses responsabilités. La brise soufflant sur sa robe ébène, lui fermant petit à petit les yeux, lui manquait. Mais cela n'était pas à l'ordre du jour. Pelage d'Etoiles reposa ses yeux d'un bleu déstabilisant sur Fauve Blanc. Celui-ci n'avait pas bougé d'une queue de renard, et son regard était toujours allumé d'une arrogance sans limite.

"Loin de moi l'idée de te forcer à te servir de ton encéphale, mais j'ai un jeu à te proposer." Pelage d'Etoiles marqua une pause. Il voulait laisser le temps à l'autre de comprendre ses paroles. A cette pensée, le félin ébène sourit de toutes ses dents.

L'aube pointait. Le vent frais remua les moustaches du lieutenant, avant de s'aventurer dans les hauts arbres. Les Grands Chênes bruissaient, et semblaient se répondre entre eux. Leurs feuilles voltigeaient, et certaines allaient se déposer avec une délicatesse merveilleuse sur le sol. Pelage d'Etoiles contempla ce spectacle des plus banal avec la joie d'un jeune chaton. Ces petites promenades avec pour seuls compagnons le vent et les arbres le ravissait.
Le regard de Pelage d'Etoiles tomba sur Fauve Blanc. Celui-ci semblait avoir eu le temps d'intégrer ses paroles. Avec une voix douce, mais légèrement sèche dans le fond, le lieutenant déclara :

"Que dirais-tu d'un jeu d'énigmes ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: «Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»   

Revenir en haut Aller en bas
 

«Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» «Mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés !»
» Gel ou liquide nettoyant mains fait maison ?
» Installation d'un lave-mains dans le WC
» Nouvelle galère santé > mains crevassées
» ls amis de Bernay

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans RPG ::  :: Neutre :: Quatre Chênes-
firefox Forum optimisé pour Mozilla Firefox et pour une resolution de 1280*800 px. © Copyright by "La guerre des Clans RPG", tout droits réservés. Idée originale d'apres "La guerre des clans" d'Erin Hunter. Toute reproduction de textes, d'images et de concepts est strictement interdite. Forum by Ladylemon (Brûlure d'Acide & Rivière Brisée) & Edrakan (Etoile de Cendre). Géré par Ladylemon, Edrakan, Tykasu (Etoile d'Argent), BN (Etoile d'Hiver) & Doddz (Etoile d'Ebène).
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com