Partagez | 
 

 «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Feuille de Framboisier
Guérisseur(se)
avatar


Messages ; : 73
Humeur ; : What do you think ? That I'm happy ? Lies !

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider   Dim 21 Déc 2014, 01:30



Don't tell me that I need to work

Avec Spider


Le jour se levait tranquillement, du moins, l’aube. Les oiseaux commençaient à chanter et moi, je tentais de me rendormir. Je ne voulais pas me lever, faire ma toilette et tous ces gestes qui devenaient monotone à force de les faire. Je voulais simplement me reposer, pour être plus en forme et ne pas traîner de la patte. Je crois que je me sentais encore l’âme d’un chaton et pourtant, quelque chose me frappa de plein fouet. Un rappel mental en fait. Et il me disait clairement que je devais me lever. Pourquoi? Parce qu’aujourd’hui allait avoir lieu mon premier entraînement en tant qu’apprentie guérisseuse. Je me doutais fort bien que ça allait être différent des entraînements que les autres avaient. Je n’allais sûrement pas apprendre à chasser ou à me battre, mais plus à reconnaître les odeurs des plantes, leur fonction, les remèdes et comment les administrer. Enfin’, je n’en savais rien, mais c’était des suppositions.

À contrecœur, j’ouvris les yeux et les refermai aussitôt pour les rouvrir deux secondes plus tard en les laissant s’adapter à la lumière. Je soupirai. Quelque part au fond de moi, j’aimerais que mon baptême ait été reculé, parce qu’après tout, se reposer le temps que l’on voulait était tellement plus agréable que devoir se lever pour être entraîné, mais j’avais des obligations et je devais servir mon Clan. Après un ultime soupir, je m’assis et regardai autour de moi. Je ne vis pas Jolie Pivoine ni l’autre guérisseuse dont je n’avais pas retenue le nom. Et puis, je n’avais retenu le nom de pas grand monde tellement je ne me mélangeai pas à ces félins-là qui composaient mon Clan et je suis persuadée qu’eux-mêmes ne savaient pas qui j’étais. Si on venait leur demander ce qu’ils pensaient de moi, ils demanderaient probablement qui je suis et ça m’étonnait même que le chef se soit souvenu que j’existais. Mais bon.

J’étais désormais une apprentie. Et une apprentie se devait de se lever. De se lever et d’aller avec son mentor quand bien même ça ne lui tente pas. Et ça ne me tentait réellement pas d’aller me faire apprendre des trucs aujourd’hui. Je bâillai puis j’entrepris soigneusement de faire ma toilette. Je me devais tout de même d’être présentable, non? Je regardai distraitement mon pelage puis me fis la réflexion que tout était prêt. Je me levai donc, secouai la tête n’étant point motivée à aller me faire apprendre des choses pour devenir guérisseuse et m’avançai en traînant de la patte. Lorsque je sortis dehors, la force du soleil me fit reculer d’un pas. Comme ça aurait été bien de demeurer dans l’antre où je me reposai au lieu de sortir et de me blesser les yeux!

J’errai longuement dans le camp en tentant de repousser l’inévitable, mais bientôt j’en vins à tourner en rond et m’étourdir. Je n’avais donc pas le choix de trouver Jolie Pivoine. Malheureusement. Je demandai à beaucoup de chats et je finis par la retrouver. Je la regardai au loin avant de m’approcher d’elle. Lorsque je fus à sa hauteur, je m’assis et la regardai de nouveau en plein dans les yeux avec mon regard rouge qui valait à l’instar de mon pelage, mon nom.

«Bonjour. C’est aujourd’hui mon premier entraînement?»




Revenir en haut Aller en bas
http://guerredesclansrpg.bb-fr.com/t11025-12298un-eclair-la-deci
Étoile des Araignées
Chef
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Guérisseur(se) Solitaire
Messages ; : 383
Humeur ; : princesse du flood

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider   Dim 21 Déc 2014, 19:13



Jolie Pivoine se leva tôt se matin là, comme tous les matins d'ailleurs. Elle était loin d'être paresseuse, toujours la tête dans ses plantes, toujours prête à aider les autres... Toujours la première levée. En se réveillant, elle vit son ancienne mentor, Comptine du Démon. Celle qu'elle considérait un peu comme la mère qu'elle n'avait jamais eue. Près de la chatte au pelage tricolore, une litière vide : la sienne. La nouvelle guérisseuse prit un instant pour s'asseoir et se remémorer sa première journée en tant qu'apprentie guérisseuse. Son mentor l'avait durement rabrouée, elle qui trépidait d'impatience et qui avait attendu ce jour toute sa vie, connaissant déjà tout son devoir et les plantes par cœur à 4 (et non pas 6) lunes. Mais elle même ne savait pas quel âge elle avait actuellement, et à cause de sa taille, on lui avait donné deux lunes de plus à son arrivée dans le clan.

Elle observait toujours les deux litières, quand elle sa réflexion sur son enfance la poussa a penser qu'elle avait maintenant aussi une apprentie ! Elle trouvait le prénom Nuage Sanglant un peu glauque et lourd et espérait que la gamine ne serait pas du type de Comptine du Démon.

Sans attendre quoi que ce soit, sans même souhaiter une bonne journée à sa camarade, la jeune intrépide sorti dehors. N'importe quel autre chat aurait eu de la neige jusqu'au poitrail, mais elle, elle en avait à peine jusqu'à la moitié des pattes. Si elle s'était rendue à une assemblée (ce qui n'arriverait jamais, vu son statut de guérisseuse), elle aurait facilement dépassé tout le monde de deux têtes et on aurait pu dire d'elle qu'elle était la plus grande féline de tout CerfBlanc. Peut-être que certaines personnes auraient été gênées de recevoir ce genre de titre imposant, de posséder une taille aussi grande et d'être vu par tout le monde. Mais ça ne dérangeait pas la magnifique, la splendide Jolie Pivoine.

Elle plaça une patte, deux pattes doucement dans un banc de neige. Elle laissa chaque poil de celles si se frotter contre le froid, elle sentit ses coussinets se geler contre la glace. Elle sourit finalement, avant de se donner un élan et de courir jusqu'à la sortie du camp. En passant celle-ci, elle salua les deux autres chats réveillés, Charme Éternel, sa meilleure amie, accompagnée d'Araignée du Matin, une femelle arrogante et solitaire. Une fois dans la forêt, elle se dirigea vers le premier gros arbre qu'elle vit. Elle nota au fond de sa mémoire qu'elle devrait donner à son apprentie les endroits où on peut toujours trouver de la mousse, car en hiver, soulever la neige devant tous les arbres s'avèrerait un peu complexe, épuisant mais surtout long et déplaisant.

Cependant, Jolie Pivoine connaissait tout de la forêt, âgée de seulement 12 (mais tout le monde, elle y compris croyait 14) lunes. La jeune femme plongea ses griffes profond dans la neiges, plus profond encore jusqu'à sentir sous celles-ci une épaisse couche de mousse, protégée par le froid. Elle l'arracha en donnant de petits coups frénétiques et en ressortit une grosse boule. Elle la plaça dans sa gueule avec quelques feuilles de menthe glacée trouvées au passage et se redirigea vers sa tanière. Elle constata à son arrivée que plusieurs des chats du clans étaient debout. Elle croisa d'ailleurs Comptine du Démon et elle prit soin de lui souhaiter une excellente journée.

Puis, elle passa quelques minutes à étaler soigneusement la mousse qui servirait de couche à son apprentie et elle y plaça quelques unes des feuilles de menthes. Non seulement tout le monde aimait leur odeur, mais en plus elle savait que le souvenir de cette plante très pratique resterait gravé dans sa mémoire à jamais car elle l'aurait vu en premier. Une fois cela fini, elle allait commencer à préparer un cataplasme lorsqu'elle vit une petite silhouette flamboyante à l'air endormi de diriger vers elle. La guérisseuse ne pût cacher un sourire de satisfaction, espérant être à la hauteur de cette gamine qui, il y a encore quelques jours, jouait devant la pouponnière avec ses amis.

Quand la petite Nuage Sanglant mit les pattes dans son nouveau chez elle, l'apprentie ne sembla pas faire attention au lieu, mais plutôt à son mentor, ce qui surpris cette dernière.
Elle semblait particulièrement calme : pas froide comme Comptine du Démon, pas joyeuse comme Jolie Pivoine.

- Bonjour. C'est aujourd'hui mon premier entraînement ?

La femelle au pelage charbonneux sourit. Elle pointa du bout u museau la litière de mousse rebondie, vert clair, qu'elle entait tout juste d'installer.

- Assieds-toi un peu ici avant. Tu sembles fatiguée et je ne te connais pas encore. Peut-être que parler un peu nous apprendrait à qui nous avons affaire, non ?

Dit la guérisseuse avant d'éclater d'un rire doux et cristallin. La novice au regard rouge intriguait sa mentor au plus haut point, elle qui avait les prunelles turquoises comme le ciel. Elle n'avait jamais rien vu de tel, mis à part peut-être une petite albinos, la fille de la chef du clan.
Elle regarda la petite se diriger vers sa litière de mousse.
Revenir en haut Aller en bas
Feuille de Framboisier
Guérisseur(se)
avatar


Messages ; : 73
Humeur ; : What do you think ? That I'm happy ? Lies !

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider   Lun 22 Déc 2014, 00:03



Don’t tell me that I have to work

Avec Spider


Jolie Pivoine était joyeuse. Elle me semblait même intrépide et débordante d’énergie, mais je ne la connaissais pas. Je ne pouvais pas juger les gens lorsque j’ignorais totalement comment ils étaient. Et c’était l’obstacle auquel je faisais face concernant mon mentor. Je ne pouvais me fonder d’avis puisque jamais avant aujourd’hui je ne lui avais réellement parlé. N’importe qui aurait remarqué le contraste. Le comportement joyeux de la guérisseuse laissait croire qu’elle avait beaucoup d’ami, ou tout du moins des gens avec qui parler et moi, j’étais excessivement calme et solitaire. Toujours en retrait, toujours discrète. Voir même trop discrète. Du bout de museau, elle me montra une litière de mousse vert clair qui donnait l’impression d’être installé depuis peu. Elle devait sûrement avoir terminé de l’arranger avant que j’arrive. Et je me demandais si elle était pour moi ou pour elle.

«Assieds-toi un peu ici avant. Tu sembles fatiguée et je ne te connais pas encore. Peut-être que parler un peu nous apprendrait à qui nous avons affaire, non ? » miaula Jolie Pivoine, jovialement.

J’inclinais la tête, dubitative et ne réagis pas au rire de la chatte. S’attendait-elle réellement à ce que je me mette à étaler ma vie? Ne me connaissait-elle donc pas un minimum ne serait-ce que par les murmures que les chats plaisaient à répandre dans tout le Clan lorsqu’un chaton sortait de la norme? De plus, je n’avais pas manqué d’attirer l’attention avec mon pelage qui semblait prendre feu au soleil et mes yeux qui brillaient dans la nuit, sombres témoins des guerres d’antan par leur couleur rouge sang. Ce rouge qui avait donné mon nom. Ce rouge qui provoquait constamment des réactions. Ce rouge qui ne laissait personne indifférent. Qui surprenait, qui horrifiait ou dégoutait. Je me questionnai sur la réponse que j’allais lui donner. Je savais qu’il me fallait me montrer gentille ou un terme qui ressemblait à cela. Je savais qu’il me fallait me montrer respectueux. C’était mon mentor. Elle était plus vielle que moi. Elle méritait que je la respecte. Pas la vénérer non, mais simplement lui témoigner tout le respect qui lui revenait de droit.

Pourtant, rien en elle ou en les autres chats ne m’inspirait cette réaction, ce sentiment auquel on s’attendait de ma part. Je n’étais pas gentille, douce, respectueuse. Je n’étais pas l’apprentie idéale. Et je ne le serais jamais. Je ne changerais pas pour les autres et si Jolie Pivoine ne souhaitait pas m’avoir, moi, Nuage Sanglant, la chatte au regard étrange. La chatte agressive, solitaire. La chatte bien trop calme et peu motivé qui ne regardait pas le lieu, mais s’intéressait à la personne. Et bien, elle n’avait qu’à refuser de m’enseigner. Je pouvais comprendre, mais je ne me montrerais sûrement pas tolérante envers sa réaction. Car ce serait ridicule de refuser d’apprendre quelqu’un simplement parce que le félin à qui on doit enseigner se montre peu coopératif. Dans la vie, il faut persévérer. Et j’espère qu’elle persévérera.

«Parler? Mais pourquoi? » rétorquais-je au bout de quelques minutes de silence.





Revenir en haut Aller en bas
http://guerredesclansrpg.bb-fr.com/t11025-12298un-eclair-la-deci
Étoile des Araignées
Chef
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Guérisseur(se) Solitaire
Messages ; : 383
Humeur ; : princesse du flood

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider   Lun 22 Déc 2014, 03:16

- Parler ? Mais pourquoi ?

La petite semblait offusquée et un peu désorientée. On aurait dit que la joie dont faisait preuve sa mentor lui déplaisait. La frustrait. Jolie Pivoine eut un sourire en comparant sa nouvelle apprentie à son ancienne mentor. Elle le vit tout de suite, après deux phrases prononcées par Nuage Sanglant dont les répliques était justement cinglantes. Elle ressemblait énormément à Comptine du Démon, malgré qu’elle soit peut-être plus discrète que celle-ci.

Une question germa soudain dans l'esprit de la guérisseuse. Peut-être que son apprentie n'avait pas envie d'être là. Elle n'avait peut-être pas choisi la voie de guérisseuse par elle même. Peut-être que c'était une blessure qui l'avait mené à arrêter un entrainement habituel. Ou alors un malentendu. Une chose était sure, elle ne semblait pas enthousiasmée de la situation une seule seconde. Son avenir, servir son clan, mettre de la joie dans la vie des gens, tout ça ne représentait donc rien pour elle ?

La jeune chatte avait beau réfléchir, fouiller dans son esprit, elle ne trouvait aucune réponse au comportement agressif de la future guérisseuse. Mais, si certains auraient repoussé cet apprentie vu son caractère et son physique, dans le cas de Jolie Pivoine, c'était tout le contraire. Elle voulait comprendre comment réfléchissait celle-ci, elle voulait tisser des liens avec elle et elle voulait lui montrer le beau coté des choses.

- Nous ne sommes pas obligées de "parler".
lui répondit la nouvelle mentor avec un léger sourire au coin des lèvres, un sourire doux et amical.
- Cependant nous allons passer au moins les 12 prochaines lunes en tant que mentor et apprentie. Sans compter que, si Comptine du Démon part, du deviendras mon aide guérisseuse jusqu'à ce que je me retire, ce qui ne risque pas d'arriver de si tôt. Il serait donc agréable de se connaître. Par exemple, je peut voir, en te parlant, que tu ne sembles pas très heureuse d'être ici ce matin, je me trompe ?

La nouvelle guérisseuse - et mentor - se surpris elle même en parlant avec un naturel qu'elle ne se serait pas crue capable d'employer habituellement. Les mots coulaient parfaitement, elle savait de nature comment agir. Malgré tout, elle ne laissa pas paraître cet heureux comportement une seconde.

-Tu sais, c'est difficile, être guérisseuse. On voit des chats très braves dans les moments les plus durs de leur vie... et parfois... dans les derniers moments aussi. On se doit de rassurer leurs proches lorsqu'ils sont décédés... nous sommes ceux qui font toute la différence dans un clan.
Elle eut soudain peur d'avoir heurté la fillette avec des propos aussi durs, se rappelant à quel point cela l'avait troublée lorsque son propre mentor lui avait annoncé qu’elle devrait, plus tard, être responsable de la mort de plusieurs des siens. Elle vit la petite, encore innocente et pas totalement consciente de son comportement. Elle ne pouvait pas lui montrer seulement le coté dur de la chose...
-... Mais c’est aussi nous qui sauvons des vies et qui communiquons avec le clan des Étoiles !

Ajouta la guérisseuse aux longues pattes avant de proposer à son apprentie la chose suivante.
-- Comme tu ne sembles pas avoir envie de parler, tu veux bien pousser la pierre qui est là sur le coté ? Il y a plusieurs plantes en dessous, les garder sous-terre les protège du froid. Essaies de me sortir de la lavande et de la camomille. Si tu ne les trouves pas, ce n’est pas grave. Je reviens dans un instant.

Et la jeune mentor sortit chercher trois petits glaçon, sur le coté de la tanière, laissant la novice travailler seule quelques instants.
Revenir en haut Aller en bas
Feuille de Framboisier
Guérisseur(se)
avatar


Messages ; : 73
Humeur ; : What do you think ? That I'm happy ? Lies !

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider   Lun 22 Déc 2014, 04:34

Nuage Sanglant a écrit:


Don’t tell me that I have to work

Avec Spider


Le sourire qui vint effleurer les babines de Jolie Pivoine fut plein de mystères à mon égard. Je ne voyais sincèrement pas ce qui pouvait la faire sourire dans cette situation et avec mon arrogance, mais je devinai aisément que je n'aurais sans aucun doute jamais la réponse et donc, cessai de me poser cette question. J'attendis donc qu'elle réagisse. N'importe quoi. Un geste de la queue, du museau, des yeux. Un geste pouvant m'indiquer ce que l'on ferait par la suite. Ou alors qu'elle parle. Même si je ne saisissais pas l'utilité de parler. La parole, c'était quelque chose de futile pour moi. D'éphémère. Et malgré les secondes qui me semblaient interminables, j'attendais. J'étais si patiente lorsqu'il s'agissait de quelque chose se rapportant de près ou de loin de mon éducation, mon apprentissage. Je fus néanmoins surprise lorsqu'elle me répondit qu'on n'était pas obligé de parler. Vraiment? Pourtant, elle semblait bien enthousiasme à l'idée de discuter avec moi.

«Cependant nous allons passer au moins les 12 prochaines lunes en tant que mentor et apprentie. Sans compter que, si Comptine du Démon part, du deviendras mon aide guérisseuse jusqu'à ce que je me retire, ce qui ne risque pas d'arriver de si tôt. Il serait donc agréable de se connaître. Par exemple, je peux voir, en te parlant, que tu ne sembles pas très heureuse d'être ici ce matin, je me trompe ? » continua-t-elle après un court moment de silence.

Agréable de se connaître? Qui me connaissait réellement? Je ne voulais pas que l'on me connaisse. Je n'étais pas une chatte à connaître. J'étais le produit d'un viol, un enfant non-désiré. Et ma mère me l'avait très bien fait comprendre. En me reniant, en me rejetant. Et pour couronner le tout, c'était par erreur que j'avais appris que j'étais le fruit d'un viol. Elle ne me l'aurait jamais dit et j'ai toujours feint de ne pas le savoir. Et...heureuse d'être là? Pour ce point, elle tombait à pic. Je n'étais réellement pas heureuse d'être ici, mais après tout, c'était bien normal. Je n'avais pas choisi de devenir apprentie-guérisseuse. C'était la décision du Clan des Étoiles et je l'avais su lorsque le chef avait voulu me rencontrer pour m'expliquer son choix. Lorsque j'étais chatonne, j'avais été témoin d'un signe de ce Clan vénéré et admiré sans même en avoir eu conscience et personne n'avait cru bon de me le dire. Et ce signe stipulait que je devais être guérisseuse plus tard. Mais pourquoi? J'avais toujours pensé qu'Ils souhaitaient me punir en me reléguant à ce poste.

Ok. C'était un poste important. J'allais sauver des vies, être témoin de beaucoup de morts. La vie de mes confrères allait parfois, voir souvent, être entre mes mains. Entre les remèdes que j'administrais. Les doses et les plantes choisies. Je pourrais donner la mort, rendre la santé à un chat de notre Clan, mais si un jour -bien que cela m'étonnerait fort- j'avais envie d'avoir un compagnon, des chatons? Sous prétexte que j'étais guérisseuse, je n'allais pas en avoir le droit? C'était fort injuste. Et je n'adhérais vraiment pas à cette règle du code du guerrier et peut-être que je serais prête à la transgresser. Et la simple idée que le Clan des Étoiles souhaitait me punir du fait d'être l'enfant d'un viol, d'être différente avec mon regard sanglant, d'être le rejeton, la solitaire, l'agressive, me tourmentait constamment. Et me voilà, d'un ton morne mais cinglant, d'une patte traînante. Je n'avais pas choisi d'être là.

Ça avait été prévu peu après ma naissance. Et je n'en avais été au courant qu'à mon baptême d'apprentie. Et je m'étais sentie que plus différente. De ne pas avoir été classée en tant qu'apprentie normale, apprentie-guerrière. On semblait prendre un point d'honneur à souligner ma différence et ça me révoltait. J'écoutais d'une oreille distraite Jolie Pivoine qui m'expliquait ce que je savais déjà. Que nous sauvions des vies. Rassurions les proches des défunts. Que nous abrégions certaines souffrances et que nous voyions les guerriers dans leurs plus braves moments. Et lorsqu'elle me parla de communication avec le Clan des Étoiles, intérieurement, j'eus un rire ironique. Je ne souhaitais pas communiquer avec ceux qui voulaient me punir. Pourquoi le voudrais-je? J'étais tout ce qu'Ils semblaient détesté. Et je leur en voulais beaucoup. En même temps, j'avais besoin d'en vouloir à quelqu'un et ça me semblait légitime que ce soit eux. La chatte adulte me demanda de déplacer la pierre en m'expliquant pourquoi on gardait les plantes sous terre et de rechercher des plantes spécifiques. Et en effet, je lui avais bel et bien montré que je ne souhaitais pas parler en gardant le silence après chacune de ses répliques.

Pourtant, après avoir déplacé cette pierre et cibler la lavande qui avait à mon souvenir une odeur très agréable, cette odeur qui emplissait le pelage de ma mère et n'ayant pas trouvé la camomille, j'attendis que ma mentor revint. Elle ne tarda pas. Et je me fichais complètement de ce qu'elle était allée faire. J'inclinai la tête, inspirai longuement, expirai et remis ma tête droite. Jolie Pivoine n'allait sûrement pas comprendre pourquoi j'avais fait cela et peu importe, ça ne me dérangeait pas.

«Serais-tu contente d'être quelque part où tu n'as pas choisis d'être? D'avoir été sujette d'un signe des Étoiles peu après ta naissance et que personne n'ait daigné t'en parler alors que ça ne faisait que souligner ta différence ? Serais-tu contente? » lui demandais-je de ma voix singulière, voilée.





Revenir en haut Aller en bas
http://guerredesclansrpg.bb-fr.com/t11025-12298un-eclair-la-deci
Étoile des Araignées
Chef
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Guérisseur(se) Solitaire
Messages ; : 383
Humeur ; : princesse du flood

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider   Lun 22 Déc 2014, 05:14

- Serais-tu contente d'être quelque part où tu n'as pas choisis d'être? D'avoir été sujette d'un signe des Étoiles peu après ta naissance et que personne n'ait daigné t'en parler alors que ça ne faisait que souligner ta différence ? Serais-tu contente?

Oui, ça Jolie Pivoine le voyait bien, son élève n'en avait rien à faire de ses remèdes, de ses croyances, de tout ce qui venait d'elle, et, de l'aperçu du caractère de la petite qu'elle venait d'avoir, il n'y avait surement pas grand chose qui devait être capable de la calmer ou de l'intéresser. Mais la fait qu'elle s'en prenne à elle personnellement la blessa profondément. Elle ne voulait qu'une chose : le bonheur de tous. Certes, cela peut sembler un peu extrême comme vision des choses, un peu trop parfait. Mais imaginez : aucune souffrance, aucun conflit... La façon dont son apprentie parlait à Jolie Pivoine lui faisait tant de peine, car elle sentait qu'en fait, Nuage Sanglant avait un bon fond. Elle voulait croire en elle, la sortir de cette chose qui la rendait si boudeuse, si féroce. Elle n'avait tout de même pas compris quelque chose : elle faisait allusion à sa différence.. Mais de quelle différence parlait-elle ? Son physique? Son caractère ? Son passé peut-être ? Tout le monde était différent, en quoi cela était-il mal ? De toute façon, elle était encore trop frustrée pour lui poser quelque question que ce sot et rétorqua plutôt :

- En effet jeune fille je me trouverais bien malheureuse d'être à ta place, mais moi je réfléchirais avant de cracher sur ceux qui veulent m'aider.

La mentor de Nuage Sanglant avait répondu sur un ton qu'elle même ne se connaissait pas. Un ton dur, sec, le genre de ton qui vous rentre dedans, le genre de réplique que vous n'oubliez pas, que vous entendez encore dans votre esprit 20 lunes plus tard.
Qu'est-ce qu'elle voulait réellement, cette petite fille ? Voulait-elle devenir guérisseuse ? Non, visiblement pas. Guerrière alors ? Jolie Pivoine s'assit un instant devant elle, la contempla de la tête aux pieds de ses grands yeux turquoises. Elle comprit vite que la petite ne respectait aucunement le clan des Étoiles et que, si on le lui proposait, elle prendrait surement volontiers le chemin des Solitaires, qui pour plusieurs, rimait avec liberté. Mais ce n'était pas le cas pour Jolie Pivoine. Dans son clan, elle était libre de soigner comme elle le voulait, libre de donner son avis. Et le fait de ne pas avoir de petits, de compagnons, elle avait choisi ces restrictions en demandant à Comptine du Démon de devenir son apprentie, 8 lunes auparavant. Mais elle, elle en avait fait le choix. Pas son apprentie. Comment pourrait-elle l'aider ?

Peut-être, en effet, que la petite arrogante avait un don de guérisseuse, elle connaissait d'ailleurs déjà la lavande, un plant fort utile. Mais peut-être que pour lui faire accepter sa vocation, il faudrait du travail, des sacrifices de la part de la novice... Mais peut-être qu'elle n'était tout simplement pas faite pour cela. Après tout, les anciennes guérisseuses aussi avaient dû accepter le genre de problèmes que toutes les chamanes subissaient. Pas de compagnon, de petits.. sans famille, on manque parfois d'amour. Elles comprendraient que la novice souffre trop et qu'elle ne peut accepter cette vocation.

Dans les yeux sanglants de son apprentie, c'est ce que la douce guérisseuse voyait : de la déroute, de la tristesse et un grand, très grand manque d'amour. Elle avait tellement envie de l'enlacer, de lui faire un petit bisou sur le museau, pour lui montrer qu'au fond elle la comprenait.. Mais elle savait que son apprentie, elle, ne comprendrait pas et qu'elle trouverait surement quelque chose à lui reprocher dans son geste. Alors elle se retint. Dans un soupir, elle proposa :


- Je comprends, tu sais. Je me mets à ta place et je vois que tu est aux prises avec des décisions qui ne sont pas les tiennes et.... enfin, je ne vais pas te raconter une situation que tu connais déjà bien plus que moi. Maintenant, il te reste trois choix. Le premier, tu es guérisseuse et tu acceptes les sacrifices qui viennent avec. Cependant, ce n'est pas entièrement négatif : si le clan des Étoiles t'a choisie toi, c'est parce que tu as quelque chose de magnifique à offrir, tu ne crois pas ? Sinon, tu peux toujours te ficher de ce que nos ancêtres te suggèrent et devenir soit guerrière, soit solitaire si vraiment tu es contre le clan des Étoiles. Mais tu dois prendre une décision, et accepter pleinement les conséquences de celle-ci.

La guérisseuse s'assit devant elle. Elle avait été claire et ferme ; cette fois elle voulait une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Feuille de Framboisier
Guérisseur(se)
avatar


Messages ; : 73
Humeur ; : What do you think ? That I'm happy ? Lies !

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider   Mar 23 Déc 2014, 22:31

Nuage Sanglant a écrit:
Nuage Sanglant a écrit:


Don’t tell me that I have to work

Avec Spider


Ce n’est pas que je n’en avais rien à faire du poste de guérisseur, des croyances ou des remèdes. Certes, c’est que mon attitude communiquait aux autres, mais ce n’était pas ça. Ils ne savaient pas la bonne histoire, la bonne version et personne ne venait à me le demander. J’aurais pu le leur dire, moi. J’aurais pu leur dire que je ne supportais pas les regards qui se posaient sur moi. La pitié qu’on lisait et la faiblesse que l’on avait vue en moi lorsque j’étais chaton. Lorsque je perdais conscience. Et si…et si c’était à cause de ça qu’on avait décidé de me reléguer au poste de guérisseuse? Je ne comprenais juste pas.

Non. Je ne voulais pas être guerrière. Voir les chats mourir au front ou être avec eux ne me tentaient pas plus que ne me retrouver dans une rivière, à nager et risquer de me noyer. Mais je refusais le fait que je sois faîte pour ce poste, celui qui ne faisait que me démarquer encore plus. Je voulais…je voulais que l’on cesse de me voir comme celle que j’avais été. Je n’étais plus frêle. Je n’étais plus sur le point de perdre conscience à chaque contrariété ou alors à chaque moment qui me rappelait qui j’étais, de qui je venais. Qui était mon père. Pas celui que l’on prétendait, mais mon vrai. Mon biologique. Bien que je ne sache rien de lui réellement, je savais qu’il n’était pas commode, pas gentil et qu’il ne suivait pas le code du guerrier. J’avais blessé Jolie Pivoine, ça se voyait. Je commençais bien mon entraînement hein? Je réprimai un soupir et la regardai. Sa réponse ne se fit pas attendre, dure, cinglante. Comme moi. Mais justement. C’était comme moi. Ça ne m’atteignait donc pas.

Je m’en fichais, au fond, de ne pas pouvoir avoir d’enfants, de compagnon. Si c’était pour les traiter comme ma mère l’avait fait avec moi, à quoi bon? Avait-elle été plus douce avec ma sœur dont le nom était…Attendez. Je m’en souviens plus. Nuage, ça c’est sûr. Elle a été nommée apprentie en même temps que moi. Nuage. Nuage de. Nuage du? Je hais les trous de mémoire. Nuage de. Voilà. Et la dernière particule de son nom? Ça commence par un C, il me semble. Ou un A ? Je n’en suis plus sûre… C. C’est un C. Et le reste? C…a? Oui, c’est ça. Euh. Nuage Calciné? Non. Pas du tout ça. Ah, je le tiens! Nuage de Capucine. Voilà, c’est ça. Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais ce n’est rien. Ce n’est pas grave. C’est ma mère qui avait choisis. Ou le meilleur ami de ma mère. Mais je manquais d’amour. Et avoir un compagnon m’aurait peut-être aidé à avoir ce qui me manquait. J’avais tout perdu. Mon seul ami, je l’avais perdu. J’avais perdu l’affection de mon amie, au féminin. Tout m’avait été retiré. On m’avait puni pour tout. Pour avoir été l’enfant d’un viol. Pour avoir les yeux du diable. Pour tout. Et aujourd’hui, on me punissait encore. Mais cette fois-ci, c’était le Clan des Étoiles qui me punissait.

J’écoutais attentivement ce que Jolie Pivoine me dit. Des talents de guérisseuse? Je savais juste que je connaissais quelques plants. L’herbe à chat, la lavande. Je connaissais aussi la cataire. Je savais que la cataire et l’herbe à chat soignait les mal vert et blanc. Peut-être le mal noir aussi. Mais je ne savais pas comment je savais tout ça. Je le savais, c’était aussi simple que ça et me casser la tête à deviner comment ne me tentait pas. Mais je ne trouvais pas que j’avais un quelconque talent spécial m’ayant fait devenir apprentie-guérisseuse et ayant fait dire au Clan des Étoiles que là était ma place.

Maintenant, ma mentor me disait de faire un choix. Un choix entre les trois options s’offrant à moi. Accepter les sacrifices de mon poste, devenir guerrière en me fichant du choix de nos ancêtres. Ou solitaire. Mentalement, je passai ces choix en revue. Guerrière? Non. Décidément. Je ne voulais pas risquer de me faire tuer au premier coup avec mon physique si frêle. Je me ferais écraser à la première occasion. Solitaire? Non. Je n’étais pas contre le Clan des Étoiles. Je n’adhérais simplement pas à tout ce qu’Il faisait. Et soudain, quelque chose en moi flancha. J’eus l’impression qu’un mur s’effondra, qu’un masque craqua, qu’une glace se fissura. Mes yeux se remplirent de larmes. Dur était de les empêcher de couler. Je regardai Jolie Pivoine.

«Je ne comprends juste pas pourquoi on cherche tout le temps à me punir! C’est pas ma faute moi, si je suis différente! C’est pas moi faute à moi si je suis l’enfant d’un tyran! C’est pas ma faute…Et pourtant, on a toujours fait comme si! Comme si j’avais choisi! Et là…et là… c’est comme si le Clan des Étoiles me punissaient aussi! » miaulai-je, la voix chargée de larmes retenues.






Revenir en haut Aller en bas
http://guerredesclansrpg.bb-fr.com/t11025-12298un-eclair-la-deci
Étoile des Araignées
Chef
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Guérisseur(se) Solitaire
Messages ; : 383
Humeur ; : princesse du flood

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider   Jeu 08 Jan 2015, 02:02

Hors Rp:
 

La petite apprentie eut soudain un air différent. Ses yeux se mirent à osciller de gauche à droite, comme si ils cherchaient leur chemin dans toutes ces émotions. Les lèvres serrées, la gorge nouée, le souffle court de la novice parvenait jusqu'à Jolie Pivoine qui fixait cette dernière de ses prunelles turquoises. Elle observait au bord de ses yeux les perles salées vaciller. Menacer de tomber à chaque instant. Pour tremper sa joue. Pour descendre jusqu'à ses lèvres. Pour glisser sur son menton et s'écraser sur le sol gelé. Mais les larmes restaient là, au bord du néant. Elle les retenait. Dur était, malheureusement, de tout retenir. Entre les pleurs et les paroles, ce sont ces dernières qui sortirent d'abord. Elle les cracha,
d'un coup. Les paroles, déchaînées, déboulèrent sa langue, claquèrent sur son palais. Elles culbutèrent sur ses lèvres. L'espace d'un instant, elles volèrent dans l'air chargé de sentiments, puis atterrirent dans les oreilles grisonnantes de la mentor, à peine plus âgée que son apprentie. Elles auraient pu être sœurs. Ces paroles, elle devait les ruminer depuis tellement longtemps. Elle devait les retenir cachées loin depuis tant de temps...


- Je ne comprends juste pas pourquoi on cherche tout le temps à me punir! C’est pas ma faute moi, si je suis différente! C’est pas moi faute à moi si je suis l’enfant d’un tyran! C’est pas ma faute…Et pourtant, on a toujours fait comme si ! Comme si j’avais choisi! Et là…et là… c’est comme si le Clan des Étoiles me punissaient aussi !

Et alors, alors la petite pleura. Elle pleura doucement comme l'aurait fait un petit ruisseau qui se délivre de la glace au printemps. Le petit ruisseau, calme, qui retrouve l'air léger, les tulipes et les coccinelles. Les petites gouttes ruisselantes le long de son visage étaient les larmes les plus chargées d'émotions que la guérisseuse avait vues après celles de sa mère au moment de l'abandonner.

Aucune parole n'aurait servi. Ce n'est pas nécessaire de le préciser, je crois. Mais je le fais, sinon vous vous demanderiez peut-être pourquoi rester silencieuse face à cette enfant.

Jolie Pivoine resta silencieuse, au risque de passer pour quelqu'un la prenant en pitié, au risque de ne pas choisir les bons mots.

Elle regarda Nuage Sanglant. Nuage Sanglant la regarda. Le rouge de reflétait dans le bleu, s'y mêlait. La chatte au pelage gris s'approcha, posa sa tête contre celle de son apprentie. Elle enroula son corps beaucoup trop long autour de cette dernière et l'invita à se coucher. Elle l'enveloppait comme une mère aurait enveloppé son petit. Lovées l'une contre l'autre, ni l'apprentie ni le mentor ne broncha. Elles ne dirent mot, laissant leurs respirations se synchroniser, laissant leurs esprits se connecter et laissant toute cette discussion lourde derrière. Une dernière larme roula, tomba sur la patte de Jolie Pivoine.

Et toutes deux sombrèrent dans le sommeil le plus doux, le cœur léger et vidé de toute émotion triste.
Revenir en haut Aller en bas
Feuille de Framboisier
Guérisseur(se)
avatar


Messages ; : 73
Humeur ; : What do you think ? That I'm happy ? Lies !

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider   Dim 22 Mar 2015, 02:32

Ma mentor était devant moi. Elle me regardait. Et je la regardai. Je ne faisais rien de plus que de la regarder, mon regard détruit plongé dans le sien. J'avais laissé des paroles s'échapper. Des paroles...crachées n’attendant absolument et définitivement aucun retour, juste un silence. Un silence pour dire que tout était accepté. Que tout était également compris dans la mesure où les paroles pouvaient être comprise. Et le silence m’était offert. Bien heureusement. Parce que dans le silence, toute la tristesse accumulée était libérée. Comme pardonnée. Dans le silence, mes yeux cherchaient quelque chose pour s’y accrocher. Tandis que les larmes s’écoulaient doucement sur mes joues, laissant des petites traînées, le silence tentait d’apaiser mon cœur meurtri. Mais quel était l’apaisement suffisamment long pour tant de douleurs et de souffrance réunies en six lunes? J’en avais marre. D’un peu de tout. D’avoir le sentiment que le Clan des Étoiles m’en voulait, de ne pas pouvoir faire ce que je souhaitais faire, mais surtout de ne pas savoir ce que je voulais réellement. Tout ce que j’avais enfoui depuis le temps éclatait dans tout mon être jusqu’à rendre mes membres tremblants. Et je demeurai là, immobile, mon regard sanglant se plongeant dans celui de ma mentor aux yeux bleus. Un bleu qui me rappelait le ciel. Mais le ciel s’assombrissait toujours. Et le silence qui venait présentement rendait mon cœur lourd. Comme si toute la tristesse du monde venait de s’y loger. Le silence était mon antidote, mais il était à la fois le poison qui coulait dans mes veines et m’asphyxiait. J’étouffais. Mon regard devint vide un court instant avant de reprendre sa clarté d’origine.

Et elle s’approcha doucement de moi. Nos regards ne communiquaient rien de plus que la compréhension et pourtant, à mes yeux, c’était suffisant. Parce qu’il me semblait trouver quelque part la garantie que mon destin n’était pas que punition…seulement, je n’avais point su à cet instant ce que plus tard allait m’offrir. Autrement, je n’aurais pas laissé ma mentor poser sa tête sur la mienne dans le simple but de m’apaiser et me rassurer… Me rassurer que tout allait bien maintenant, qu’elle était là. Que rien ne sera plus aussi compliqué à traverser puisque je ne serais plus seule. Voilà ce qu’elle semblait désirer me dire. Et je l’écoutai. À cet instant, je me blottis contre elle lorsque de son long corps, elle m’entoura. Aussi étrange que cela puisse paraître, après ce comportement instable et désagréable, je me sentais bien. Mon cœur était plus léger, comme si on venait de lui soutirer des souvenirs bien trop lourds et la tristesse peu à peu s’évaporait. Tout semblait plus accueillant quand je fermai les yeux. Le monde me semblait plus doux.

Et je laissai doucement le sommeil m’envahir quand la dernière larme coula. Cette dernière larme marqua la dernière marque de tristesse pour ce jour. Nous laissions un spectacle attendrissant pour tous les chats qui allaient passer, mais cela ne nous traversa pas l’esprit et nous plongeâmes ensemble, en même temps, dans les méandres d’un sommeil apaisant bien mérité. Et avant que toute conscience ne me quitte, je pensai un mot. Un mot qui laissa toute la souffrance s'évaporée désormais, pour ne laisser aucun sentiment dans mon cœur, le rendant encore plus léger qu'il ne l'était déjà. Désormais, s'il n'était pas dans mon corps, il aurait pu s'envoler au vent et ne plus jamais revenir, comme certaines feuilles mortes durant la saison annonçant la saison des neiges. Ce mot était doux. Amer. Et il disait tout. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
http://guerredesclansrpg.bb-fr.com/t11025-12298un-eclair-la-deci
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: «Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider   

Revenir en haut Aller en bas
 

«Don't tell me that I need to work» | Pv. Spider

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cherche équivalent zapp avec confort et pliage facile
» Reportage photos Speedi HAUCK
» Pull Spiderman !
» Mythologie Amérindienne
» Jessica Drew ou Spider-Woman [EN COURS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans RPG ::  :: Ombre :: Camp de l'Ombre-
firefox Forum optimisé pour Mozilla Firefox et pour une resolution de 1280*800 px. © Copyright by "La guerre des Clans RPG", tout droits réservés. Idée originale d'apres "La guerre des clans" d'Erin Hunter. Toute reproduction de textes, d'images et de concepts est strictement interdite. Forum by Ladylemon (Brûlure d'Acide & Rivière Brisée) & Edrakan (Etoile de Cendre). Géré par Ladylemon, Edrakan, Tykasu (Etoile d'Argent), BN (Etoile d'Hiver) & Doddz (Etoile d'Ebène).
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit