Partagez | 
 

 Contemplation de l'aurore à deux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Coeur Marin
Ancien(ne)
avatar


Messages ; : 256
Humeur ; : Joyeux et plein d'entrain !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Contemplation de l'aurore à deux   Ven 27 Juin 2014, 23:36

« Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. »

Je me lève péniblement les muscles ankylosés. La chaleur est étouffante dans ce dortoir une minute de plus et je meurs asphyxié. Et comme si ce n'était pas suffisant voilà Baies sauvages qui en rajoutent avec ses gaz dégoûtants. Je soupire et me dirige vers la sortie quand j'écrase accidentellement la queue d'un guerrier. Après avoir reçu un nombre incroyable de remarque blessante sur mes origines, le matou retourne s'écraser sur sa couchette. Une fois dehors, je laisse l'air frais pénétrer mes poumons. Soulagé, j'ouvre les paupières et constate étonné que le soleil n'est pas encore levé. Je descends silencieusement et regarde la vigie qui s'est encore endormie. Ah vraiment et puis après on me reproche de roupiller pendant mes gardes ! Je donne un coup de museau sur l'épaule du guerrier amusé. Le mâle s'éveille, un petit peu étourdie puis baissent les yeux penauds devant mon regard accusateur. Je miaule d'un ton rassurant :

-« T'inquiète je ne le dirait à personne ! »

Sur ces belles paroles, je quitte le pauvre chat désemparé et me mets à courir. Je cours, je cours sans raison, peut-être est-ce pour sentir l'herbe pleine de rosées sous mes pattes, ou simplement m'éloigner des terres connus pour goûter un peu à de nouvelles sensations ? Dans tous les cas, mes voies respiratoires sont en feu, ma fourrure est trempée, et bon sang que j'ai chaud ! Je m'arrête finalement devant une drôle de tanière fait d'une matière semblable à l'écorce du bois mais n'ayant pas tout à fait la même texture. Une bonne inspiration m'indique la présence d'un mulot. Je le repère plus loin derrière une plante en train de manger une graine. Accroupi au sol, je m'approche en silence et bondis. Il se met à fuir et après une poursuite maladroite je lui broye la nuque. Je m'installe tranquillement au milieu de la place sans me soucier que je pourrais me faire attaquer. Le goût savoureux et l'odeur exquise du mulot m'obnubilent tellement que je n'ai pas remarqué l'odeur d'un chat du clan du vent. Je me lèche les babines et enterre les os une fois mon repas fini avant de me retourner et de me retrouver face à face avec... Une jolie chatte du clan du vent. Je m'empresse de prendre la parole :

-« Salutation guerrière du clan du vent ! Cela s'annonce comme une belle journée aujourd'hui pas vrai ?»


Le ciel avait pris une belle couleur violette et l'aurore commençait à pointer le bout de son nez.


Dernière édition par Coeur Marin le Sam 28 Juin 2014, 23:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nuit de Libellules
Guerrier(e) avec Apprenti
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Chaton
Messages ; : 668

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Sam 28 Juin 2014, 23:37


La plaine était venteuse, la pluie tombait drue et la tempête faisait rage. La femelle grise rayée luttait contre les éléments de la nature qui avaient choisit de se déchaîner en cette fin d'après midi. Elle tentait désespérément de rentrer au bercail, quand un blaireau surgit de nul part l'attaqua, une soif de sang brillait dans ses yeux. Déjà épuisée par sa journée de chasse et par la tempête, la femelle eut à peine la force de se défendre contre lui si bien qu'il la secoua dans tous les sens avant qu'un éclair blanc arrive comme un boulet pour percuter le blaireau. Nuage de l'Arctique, ami et âme sœur de Nuage de Libellule. Elle n'avait plus la force de se lever et l'apprenti n'était pas de taille contre se blaireau gigantesque. Il joua un peu avec lui puis l’assomma d'un coup de patte avant de lui briser la nuque. Nuage de Libellule entendit avec horreur tous les os craquer.

- Noooooooooooooooooon !

La femelle grise se réveilla en sursaut dans la tanière des guerriers, transpirant et haletant. Encore ce rêve. Elle ne faisait pas forcément toujours le même cauchemar, mais le sujet restait le même. Après toutes ces lunes, elle était incapable d'oublier la mort de son ancien ami, Nuage de l'Arctique. Sa mort avait certes été causée par un blaireau mais elle ne l'avait pas vu. Alors qu'il était venu la sauver, elle étai retournée au camp chercher des renforts, et à son retour, il n'y avait plus personne sur la plaine en tempête. Juste un peu de sang qui commençait à être lavé par la pluie, mais plus ni chat, ni blaireau. Les recherches avaient duré des lunes dans l'espoir qu'on retrouve le corps du jeune chat, en vain. Elle ne l'avais jamais oublié. Et elle pensait toujours à lui, même si elle avait fréquenté un moment Nuage d'Onyx, un apprenti de l'ombre, qui avait finit par partir de son clan. Elle ne l'avait jamais revu non plus. Il y a peu elle s'était fait un nouvel ami apprenti, Nuage d'Horizon, qui semblait l'apprécier également. Elle ne voulait surtout pas tirer de conclusions hâtives et attendre de le connaitre mieux avant de pouvoir dire si elle l'aimait ou non. Le temps le lui dira.

La femelle, après avoir repris ses esprits, sortit de la tanière. Il faisait assez clair dehors mais le soleil n'était pas encore levé. Elle décida alors de sortir du camp prendre l'air. Des larmes coulèrent sur ses joues et ses moustaches pendant un instant de marche, puis se calmèrent. Elle était arrivée aux quatre chênes. Elle observa un instant leur ramure puis dirigea ses pas vers le territoire de la rivière. Non pas qu'elle ai envie d'enfreindre les règles, mais ayant une subite envie de découvrir la cabane à couper le bois, elle était obligée d'y passer. De toute manière elle ne pensait pas qu'il y aurait quelqu'un de patrouille alors que l'aube n'était pas encore là. De toute façon elle ne faisait que traverser, elle ne comptait pas voler de proie et attirer des ennuis à son clan.

Elle longea donc la rivière et arriva sans encombre à la cabane à couper le bois, où elle y découvrit un matou aux longs poils blancs entrain de dévorer une proie. Ne voulant pas le déranger, elle attendit patiemment qu'il est terminé et qu'il sente sa présence. Il faillit lui rentrer dedans.

-« Salutation guerrière du clan du vent ! Cela s'annonce comme une belle journée aujourd'hui pas vrai ?»

Son ton était enjoué et dépourvu de haine. Il n'en avait d'ailleurs aucune raison puisque ce territoire n'appartenait à aucun clan. Elle lui rendit poliment son salut en s'inclinant légèrement.

- Salutation, oui on dirait qu'il fera beau aujourd'hui, répondit-elle en levant la tête au ciel. Elle le contempla quelques instants et observa son interlocuteur. Il avait de magnifiques yeux bleu océan. Et son pelage blanc semblait soyeux et bien entretenu. Elle devinait à son odeur de poisson qu'il venait du Clan de la Rivière. Elle ne savait trop quoi dire afin d'essayer d'engager la conversation. Vous venez souvent par ici?

Revenir en haut Aller en bas
Coeur Marin
Ancien(ne)
avatar


Messages ; : 256
Humeur ; : Joyeux et plein d'entrain !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Mar 01 Juil 2014, 12:30

« Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. »

-« Salutation, oui, on dirait qu'il fera beau aujourd'hui »

Je détaille rapidement la jeune chatte, sans m'attarder non pas qu'elle n'est pas jolie. Oh non-bien au contraire, j'ai rarement vu une femelle aussi belle croyez-moi. Avec son magnifique pelage gris et ses prunelles vertes à couper le souffle, elle possède tous les atouts pour attirer les mâles de son clan.

-« Vous venez souvent par ici ? »


J'essaie de me rappeler si je l'ai déjà vu quelque part. Aux assemblées peut-être ? Non, au nombre de fois que j'y suis allée, je m'en souviendrais probablement. En effet, chaque fois qu'il se passe ce genre d'évènement, je suis toujours celui qui monte la garde à l'entrée. Du coup, je n'ai que très rarement la chance d'être choisit. Je prends la parole d'un ton doux :

-« Pour être tout à fait honnête, c'est la première fois que je mets les pattes ici ! D'ailleurs, cet endroit outre son territoire giboyeux ne semble pas dépourvu d'intérêt en soi.»


Je m'assois tranquillement et commence la toilette de ma patte avant, absorbée dans mon occupation, je me perds dans mes pensées. Très peu en dehors de mon clan me connaissent, à quelque part bénéficier de l'anonymat n'est pas si mal. Je laisse les grands exploits et la célebrité à ceux qui la veulent bien. De toutes manières, je ne dois pas attirer l'attention sur moi, pas avec le lourd secret que je porte. Le risque serait bien trop grand que quelqu'un le découvre et les petits seront victimes des mêmes remarques que moi tous les jours de leurs vies et s'attireront la haine des autres membres. Hors de question ! Pas tant que je suis encore en vie croyez-moi ! J'ai promis d'emporter jusque dans la mort le secret d'Étoile de la Mort et je le ferais. Quelques jours auparavant mon amie Étoile de la Mort m'avait demandé de veiller sur ses petits et de les élever comme si c'était les miens. Ainsi, je ramenais les deux jeunots au camp et leur avait trouvé une reine pour s'en occuper. Personne n'en sut jamais rien. Outre que je les ai trouvés sur le territoire et que moi et cette reine les ont pris sous nos ailes assumant bien malgré nous le rôle de '' parents '' pour eux. Pas de doute sur le fait que je suis un père bien pathétique n'ayant moi-même jamais vraiment reçu de modèle, j'ai tous les peines du monde à m'imaginer dans ce rôle. Revenant à la réalité, je remarque pour la première fois le bouleversement chez mon interlocutrice. Pas que c'est voyant non, c'est peut-être l'éclat inhabituel de ses yeux qui m'a alerté ? Je me rapproche d'elle peut-être un peu trop qui sait ? Avant de miauler :

-« Puis-je savoir votre nom ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nuit de Libellules
Guerrier(e) avec Apprenti
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Chaton
Messages ; : 668

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Mer 02 Juil 2014, 21:46


Après de légères salutations, chacun étudia l'autre afin de retenir son physique pour une peut être future rencontre. Le matou ivoire s'attaqua à sa toilette en se léchant une patte tout en semblant perdu dans ses pensées, trop absorbé par sa tâche pour sembler remarquer que la femelle grise était toujours là. La jeune guerrière ne savait trop quoi faire, l'ignorer et aller explorer cette fameuse cabane à l'aspect à la fois semblable et différent de l'écorce d'un arbre, ou bien attendre gentiment qu'il ai terminé de se nettoyer pour tenter de discuter avec lui afin de faire sa connaissance? Hmm c'était un choix difficile, même si l'exploration était tentante, il était toujours bon de découvrir de nouvelles personnalité et se faire peut être un ami, ou bien étudier son ennemi pour mieux l'attaquer ensuite. Mais elle n'était pas là pour espionner, au contraire, après son rêve de cette nuit, elle avait bien besoin de se détendre un peu. Elle ignorait pourquoi elle rêvait sans cesse de Nuage de l'Arctique. Certes il avait été son premier amour, mais elle ne rêvait pas de Nuage d'Onyx, quoi que juste une ou deux fois en plusieurs lunes. Peut être était-ce dû à sa mort atroce, probablement broyé par les mâchoires un blaireau assoiffé de sang de jeune chat? Si elle avait été plus forte, peut être aurait-elle pu le sauver plutôt que partir lâchement chercher de l'aide pendant qu'il combattait. Quitte à mourir, ils auraient été ensembles pour l'éternité. Le pelage blanc du matou en face d'elle lui rappellait un peu celui de son camarade disparu, en fait on pouvait juste leur rapprocher leur blancheur éclatante, car la longueur n'était pas du tout la même. De plus, il avait des yeux bleus marins tandis que son amant avait des yeux ambrés comme le miel. Malgré le fait qu'elle ne connaisse encore très peu ce matou blanc comme neige, il lui rappelait un peu Arctique, probablement par ses belles paroles, il semblait avoir un esprit noble même s'il n'était surement pas considéré comme un prince dans son clan.

Perdue dans ses pensées, le regard flou, elle regardait le sol sans vraiment le voir. Surtout sans voir que son interlocuteur s'approchait de plus en plus d'elle pour on ne sait quelle raison. De l'admiration devant son pelage soyeux? Une étude profonde de sa carrure féminine? Mystère et boule de mousse. Ce ne fut que lorsqu'elle vit une tache blanche devant sa truffe qu'elle sursauta, revenant à ses esprits, en voyant le mâle si proche d'elle. Aussitôt sa fourrure se hérissa et elle sentit son cœur battre plus vite, une intense chaleur lui envahissant le crâne. Il s'approcha encore, et Libé rabattit ses oreilles en arrière, commençant à gronder. L'ignorant délibérément, trop absorbé par... par quoi d'ailleurs? Son observation? Il lui demanda :

-« Puis-je savoir votre nom ? »

Et il se rapprocha encore d'un centimètre. Nom d'un écureuil volant, mais il n'était pas assez proche comme ça? Pour toute réponse, la guerrière feula férocement avant de donner un vilain coup de patte griffue sur l'oreille droite du guerrier matou, lui entaillant légèrement, avant de reculer d'au moins deux longueurs de queue, le poils en bataille et crachant.

- Bas les pattes matou poissonneux! Ce n'est pas ainsi qu'on salue une dame! Mon nom est Nuit de Libellules, guerrière du Clan du Vent, et ce n'est pas parce que je suis guerrière que depuis quelques lunes que je vais me laisser approcher par le premier mâle qui passe! Aucun de vous n'a un minimum de bon sens? Vous les mâles nous sautez dessus dès que vous croisez une jolie femelle! J'ai horreur de ça! Si vous m'approchez encore je risque de vous faire bien plus qu'une entaille à l'oreille! feula-t-elle.

Elle s'assit, le poil encore légèrement hérissé et le bout de sa queue trahissant sa colère, tenant à l’œil son Don Juan.

- Une rose a des épines, souvenez vous-en. Maintenant c'est à vous de vous présenter convenablement, quel est votre nom?

Revenir en haut Aller en bas
Coeur Marin
Ancien(ne)
avatar


Messages ; : 256
Humeur ; : Joyeux et plein d'entrain !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Mar 08 Juil 2014, 18:55

« Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. »

- « Bas, les pattes matou poissonneux ! Ce n'est pas ainsi qu'on salue une dame ! Mon nom est Nuit de Libellules, guerrière du Clan du Vent, et ce n'est pas parce que je suis guerrière que depuis quelques lunes que je vais me laisser approcher par le premier mâle qui passe ! Aucun de vous n'a un minimum de bon sens ? Vous les mâles nous sautez dessus dès que vous croisez une jolie femelle! J'ai horreur de ça ! Si vous m'approchez encore, je risque de vous faire bien plus qu'une entaille à l'oreille »

Amusé, je regarde la femelle de mon regard le plus troublant avant de me reculer et de m'incliner avec respect. Je suis certes un tombeur, mais, je sais reconnaître un vrai guerrier quand j'en vois un. Comme quoi mon charme n'est pas infaillible ! Alors que je m'apprête à miauler la jeune guerrière me devance :

- « Une rose à des épines, souvenez-vous-en. Maintenant, c'est à vous de vous présenter convenablement, quel est votre nom ? »

Décidément, cette Nuit de Libellules m'intrigue de plus en plus... Je miaule d'un ton empreint de respect :

-« Mille excuses, jolie fleur ! Il est vrai que je me suis comporté comme un truand, et que je ne mérite pas votre pardon. Toutefois en ce qui concerne mes semblables, il est fort probable qu'ils aient agi de façon inconvenante avec vous, ils faut leur pardonner les mâles sont ainsi faits. La différence voyez-vous entre eux et moi, c'est que malgré mes tendances à m'emporter devant les jolies damoiselles, je préfère la discussion à la violence contrairement à certains mâles. »

Oui oui parfois, j'aime penser que je suis un gentleman ! Qu'est-ce qu'un gentleman ? Ah oui, j'oubliais que vous n'aviez pas erré durant la moitié de votre enfance en compagnie de ces charmants bipèdes. C'est mon père qui m'avait expliqué que les gentlemen étaient des personnes honnêtes bien soignées au service de ses dames et toujours prêts à se lever pour défendre ses convictions. Pas comme la plupart de ses coqs qui ne soucies guère de ce que pensent les autres, qui se pavanent et exhibent leurs exploits guerriers et qui possèdent la plupart du temps une moralité douteuse. N'empêche que cette chatte doit avoir beaucoup souffert de la gent masculine pour avoir autant de rancœur à leur adresse.

-« Marin, Cœur Marin du Clan de la Rivière. Ravi de faire votre connaissance ! »

Ni plus ni moins je me glisse derrière elle et viens me poster à ses côtés avant de lancer d'un ton moqueur :

-« Alors, milady que diriez-vous de venir avec moi explorer cette drôle d'habitation là-bas ? Honnêtement, je suis curieux de voir ce qui se cache à l'intérieur ! À moins que vous ne vouliez continuer à discuter tranquillement en ma modeste compagnie.»

Je plonge mes prunelles bleu marine dans les siennes, avant de fixer de nouveau le ciel qui tire maintenant vers le lavande.
Revenir en haut Aller en bas
Nuit de Libellules
Guerrier(e) avec Apprenti
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Chaton
Messages ; : 668

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Dim 13 Juil 2014, 19:25

Alors que le matou blanc s'approchait de plus en plus de la guerrière grise, celle-ci, en ayant assez lui donna un bon coup de griffe sur l'oreille, lui entaillant légèrement avant de feuler et d'exprimer son mécontentement.

- Bas les pattes matou poissonneux! Ce n'est pas ainsi qu'on salue une dame! Mon nom est Nuit de Libellules, guerrière du Clan du Vent, et ce n'est pas parce que je suis guerrière que depuis quelques lunes que je vais me laisser approcher par le premier mâle qui passe! Aucun de vous n'a un minimum de bon sens? Vous les mâles nous sautez dessus dès que vous croisez une jolie femelle! J'ai horreur de ça! Si vous m'approchez encore je risque de vous faire bien plus qu'une entaille à l'oreille! feula-t-elle.

Ses paroles semblèrent avoir eu de l'effet puisque le mâle recula en la regardant, comme troublé, avant de s'incliner, comme pour exprimer son regret. Avant qu'il n'ai pu ouvrir la gueule pour miauler, elle continua en lui lançant un dernier avertissement :

- Une rose à des épines, souvenez-vous-en. Maintenant, c'est à vous de vous présenter convenablement, quel est votre nom ?

Sa réponse ne se fit pas attendre, bien qu'il ne répondit pas directement à la question posée.

-« Mille excuses, jolie fleur ! Il est vrai que je me suis comporté comme un truand, et que je ne mérite pas votre pardon. Toutefois en ce qui concerne mes semblables, il est fort probable qu'ils aient agi de façon inconvenante avec vous, ils faut leur pardonner les mâles sont ainsi faits. La différence voyez-vous entre eux et moi, c'est que malgré mes tendances à m'emporter devant les jolies damoiselles, je préfère la discussion à la violence contrairement à certains mâles. »

La femelle remua un peu les oreilles en entendant ses expressions peu communes. Du moins, elle ne les entendait pas souvent de la part des autres. "Jolie fleur", "truand", "damoiselles"... De bien grands mots, peu utilisés par le commun des matous. Elle avait eu raison en pensant qu'il avait un esprit noble. Un peu perdue dans ses pensées, elle se rendit compte qu'il ne lui avait toujours pas dit son nom. Alors qu'elle allait le lui demander une nouvelle fois, il répondit enfin.

-« Marin, Cœur Marin du Clan de la Rivière. Ravi de faire votre connaissance ! »

Coeur Marin... un joli nom, allant bien à la fois avec son clan, et avec ses yeux océan dans lesquels on pourrait presque voir des vagues déferler. Sans qu'elle ai le temps de réagir, le guerrier immaculé se glissa derrière elle avant de se poster à ses côtés. Il n'allait tout de même pas recommencer? Alors qu'elle pensait devoir lui donner un autre coup sur la tête afin de lui remettre ses idées en place, il engagea une conversation.

-« Alors, milady que diriez-vous de venir avec moi explorer cette drôle d'habitation là-bas ? Honnêtement, je suis curieux de voir ce qui se cache à l'intérieur ! À moins que vous ne vouliez continuer à discuter tranquillement en ma modeste compagnie.»


Milady? Ce mot la fit sourire. Décidément ce mâle était plein de surprises! Que ce soit par sa grandeur d'esprit ou son vocabulaire très... soutenu? Inhabituel? Elle ne trouvait pas vraiment les mots pour décrire ses paroles. Elle tourna son regard vers lui au même moment qu'il tourna le sien vers la guerrière aux yeux émeraudes. Aussitôt gênée, elle détourna rapidement le regard. Un petit regard en coin lui indiqua qu'il ne la regardait plus elle mais le ciel, et bizarrement elle se sentait soulagée qu'il ne l'observe pas. Ses yeux avaient quelque chose d'unique qui la dérangeait, mais elle ne saurait dire quoi. Elle a pourtant l'habitude de souvent regarder les autres dans les yeux pour bien leur faire comprendre ce qu'elle veut leur dire. Elle observa la drôle de tanière brune qui se tenait devant eux. Que pouvait il y avoir dedans? Il n'y avait qu'une seule façon de le savoir...

- Très bien, déclara-t-elle en se levant, allons visiter cette étrange maison, autant en avoir le cœur net sur ce qu'il s'y cache à l'intérieur.

Elle se dirigea vers ce qui semblait être l'entrée de la cabane, la porte était entrouverte et on pouvait avoir un léger aperçu de l'intérieur. Il n'y faisait pas très clair, peu de lumière y entrait, vu comme ça l'endroit faisait un peu froid dans le dos. Elle prit une grande inspiration et poussa de ses pattes antérieurs l'énorme porte qui s'ouvrit en un grincement un peu sinistre. Ou bien n'était-ce qu'une impression?
Revenir en haut Aller en bas
Coeur Marin
Ancien(ne)
avatar


Messages ; : 256
Humeur ; : Joyeux et plein d'entrain !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Mer 16 Juil 2014, 03:59

« Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. »


-« Très bien, allons visiter cette étrange maison, autant en avoir le cœur net sur ce qu'il s'y cache à l'intérieur.»

Je suivis Nuit de Libellules vers l'habitation dévoré par la curiosité, la chatte poussa la porte et nous entrâmes à l'intérieur. Avec l'impression de me jeter tout droit dans la gueule du loup, j'avance fessant bien attention à l'endroit où je mets les pattes. Soudain, mes yeux se posent sur une chose énorme. Un machin d'apparence métallique muni de crocs d'argent l'encerclant au complet. Étrangement, la chose qui possède des crocs semble fixée à une planche. Mais alors comment fait t'elle pour se nourrir ? Impulsif, je pose ma patte sur ses dents et reste impassible lorsqu'un liquide pourpre vient souiller mon pelage. J'admets que ce n'était pas très intelligent de poser ma patte à cet endroit en sachant très bien que ça allait me blesser. Moi Mazo ? Non bien sûr que non ! Je suis un gentleman moi qu'allez-vous penser ! Je me retourne et cherche à attirer l'attention de la chatte :

-« Psssst ! Milady ! Venez par ici j'ai quelque chose à vous montrez ! »

Je croise son regard de nouveau, et feint de ne pas remarquer le trouble que je décèle en elle. Je lui fais un clin d'œil aguicheur et retourne à l'endroit où se trouve l'objet. Je barre volontairement la route de la demoiselle avec ma patte ensanglantée. Je lance d'un ton protecteur :

-« Pardonnez-moi ma colombe, mais je ne peux vous laissez allez plus loin ! »


Un peu plus sérieux je rajoute :

-« Ce genre de bidules sont imprévisible d'un coup ils vous semblent inoffensifs et une fois que vous approchez de trop près POW ils vous happent et c'en est fini de vous !»


Tandis que je discours, je me déplace sans regarder où je mets les coussinets et ma patte se pose sur un champignon rouge. Soudain, la créature derrière moi, se met à bouger et à produire un horrible son :

-« NIIIIIIIIIIIIIIIIIIH »


Le poil hérissé, je recule et glisse. Je tombe et m'écrase magistralement sur le sol. Sonné, je me relève et m'avance dans le but de rejoindre Nuit de Libellules, mais avant que je puisse concrétiser ma volonté, je suis fait prisonnier d'un contenant métallique. L'air m'est limité, il fait sombre, et autour de moi il y a comme une odeur de Bran de Scie. Je miaule le plus fort possible pour être sûr que je ne sois pas étouffé par les parois du seau :

-« Je crois bien que je viens de perdre le peu de crédibilités que j'avais déjà auprès de vous n'est-ce-pas? Hahaha, je suis vraiment un incapable ! Je tente de vous mettre en garde et peu après je suis moi-même pris au piège ! »

Un gentleman garde son calme en toute situation même si son orgueil est GRIÈVEMENT atteint.
Revenir en haut Aller en bas
Nuit de Libellules
Guerrier(e) avec Apprenti
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Chaton
Messages ; : 668

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Sam 27 Sep 2014, 19:34

Les deux félins entrèrent dans l'étrange cabane sentant le bois coupé. Chacun partit de son côté examiner cette étrange tanière. Nuit de Libellules resta au sol, à avancer prudemment et à renifler de partout, se méfiant de tout. Cœur Marin lui sauta sur une plateforme en hauteur. La femelle grise jetait des coups d’œils à tous les objets entreposés par terre ainsi qu'à de grandes formes rectangulaires de couleur brun sablé ayant des motifs plus foncés à certains en droits. Il y a avait des formes circulaires et des lignes ondulées. Une planche quoi. Rien de plus banal pour un humain, mais beaucoup plus mystérieux pour un chat sauvage. Elle posa une patte dessus et la fit glisser en suivant une ligne brune puis retira brusquement sa patte lorsque quelque chose de pointu lui piqua les coussinets. Elle observa sa patte et y découvrit une écharde qu'elle enleva immédiatement avec ses crocs puis lécha sa blessure superficielle. Elle comprit que c'était du bois, mais sous une forme différente. Une forme que lui avait donné les bipèdes. Quelle idée de transformer le bois ainsi... Les bipèdes étaient vraiment fous. Alors qu'elle était perdue dans ses pensées, elle sursauta lorsque le mâle blanc l'interpella.

-« Psssst ! Milady ! Venez par ici j'ai quelque chose à vous montrez ! »

Elle croisa son regard et se sentit immédiatement gênée. Qu'est-ce qui lui arrivait? Elle n'était pourtant pas amoureuse, mais ce félin là générait en elle un grand trouble qu'elle ne saurait expliquer. Peut être parce qu'il était charmeur. Elle se promit d'essaye d'y réfléchir plus tard. Se dirigeant vers la table de travail, Nuit de Libellules s'accroupit pour prendre de l'élan puis sauta d'un bon gracieux en rejoignant le matou. Alors qu'elle commençait à s'approcher pour voir l'étrange objet métallique derrière lui, celui-ci lui barra la route d'une patte d'où perlait quelques gouttes de sang. Ses pupilles s'élargirent. S'était il blessé?

- Vous saignez!

Ignorant totalement la remarque de la jeune guerrière, le matou blanc lança d'un ton protecteur :

-« Pardonnez-moi ma colombe, mais je ne peux vous laissez allez plus loin ! »

*Colombe?*

-« Ce genre de bidules sont imprévisible d'un coup ils vous semblent inoffensifs et une fois que vous approchez de trop près POW ils vous happent et c'en est fini de vous !»

Elle ouvrit la bouche comme pour répondre mais n'eut pas le temps d'exprimer le moindre son que le félin poissoneux en déplaçant activa la mise en route de la scie circulaire derrière lui. Un bruit aigu et horrible suivit la marche de la mécanique. Cœur Marin tomba a terre et Nuit de Libellules bondit de la table le poil hérissé et alla se poster près de la porte, recroquevillée, le cœur battant, prête à sortir s'il le fallait.Ses yeux émeraude étaient grand ouverts et ses pupilles dilatées. Heureusement la machine ne se déplaçait pas et restait sur place à tourner dans un vacarme assourdissant. Elle reporta alors son attention sur le guerrier de la rivière qui commençait tout juste à se remettre sur pattes, surement sonné par sa chute. Il n'eut même pas le temps de faire un pas qu'un récipient circulaire métallique lui tomba dessus ainsi que tout un tas de poudre beige qui vola dans tous les sens. On aurait presque dit de la neige. Alors que la tempête de bran se scie se calmait elle s'approcha à pas feutré du sceau où il était emprisonné. Seul sa queue en ressortait par un petit renforcement.

-« Je crois bien que je viens de perdre le peu de crédibilités que j'avais déjà auprès de vous n'est-ce-pas? Hahaha, je suis vraiment un incapable ! Je tente de vous mettre en garde et peu après je suis moi-même pris au piège ! »

Malgré le fait qu'il soit enfermé, il semblait assez calme avec tout de même un peu de tension dans la voix. Nuit de Libellule ne répondit rien pour l'instant. Elle tourna alors autour du seau pour voir s'il n'y aurait pas un moyen de le faire sortir. Et si elle le laissait un peu croupir à l'intérieur? Après tout, elle pourrait très bien le laisser là et laisser un bipède le découvrir. Mais ce serait trop cruel. Et puis elle n'aurait pas la conscience tranquille si elle le laissait là. Elle leva la tête vers la table de travail où la machine était toujours en route. Elle aimerait bien que ça s'arrête mais elle ne savait pas vraiment comment. Elle retourna à l'extrémité de la table et sauta dessus, la scie tournant juste en face d'elle. Elle enfonça ses griffes dans le bois et tenta de ne pas céder à la panique. Il devait bien y avoir un moyen d'arrêter cet engin de malheur. Il dormait lorsqu'ils étaient arrivés, Cœur Marin avait dû faire quelque chose pour la réveiller. Il fallait chercher quoi. Ses yeux allaient et venaient sur tout la longueur de la table sans trouver d'indices. Une sorte de champignon rouge attira son attention et elle rampa doucement vers celui-ci. Est-ce que le guerrier avait appuyé dessus sans regarder afin de mettre en route l'engin? Elle hésita avant d'appuyer dessus, se demandant si ça n'actionnerait pas autre chose qui pourrait la blesser. Il fallait essayer. Ce vacarme était horrible. Toute tremblante de peur de se blesser avec la scie, elle approcha sa patte vers le rond rouge et appuya sèchement dessus avant de retirer vivement sa patte sous elle. La machine fit alors un bruit un peu plus grave avant de ralentir pour finalement s'arrêter complètement. Libé soupira de soulagement, et ses oreilles l'en remerciait. Elle se rappela alors que la matou blanc était toujours coincé et qu'il l'interpellait pour savoir si elle était toujours là. Elle observa le seau de son perchoir puis sauta dessus avec un grand BOUM métallique. Tranquillement, elle s'assit, non pressée de libérer le don juan aux yeux bleus.

- Je suis là. Juste au dessus de vous. Elle sourit puis continua : J'aimerai bien vous laisser un peu mijoter là dedans pour vous punir de vos avances envers moi. Et aussi pour vous apprendre à regarder où vous mettez les pattes. Cet endroit est dangereux! On ne connait rien de cette tanière à bipède et vous vous permettez de flâner la truffe en l'air en prenant de grands airs. J'ai eu la peur de ma vie quand cette machine s'est mise en route, j'étais prête à m'enfuir d'ici le plus vite possible. Mon instinct me disait de courir mais je ne pouvais pas vous abandonner. Je suis peut être trop gentille... Après tout je ne vous connais pas et vous ne faites pas parti de mon clan. Je ne sais même pas pourquoi je suis encore là. Qu'en pensez vous? Souhaitez vous revoir la lumière du jour ou est-ce que je vous laisse ici jusqu'à ce que quelqu'un vous trouve?
Revenir en haut Aller en bas
Coeur Marin
Ancien(ne)
avatar


Messages ; : 256
Humeur ; : Joyeux et plein d'entrain !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Lun 13 Oct 2014, 23:53

« Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. »

Il fait noir terriblement noir, je dirais même plus, carrément totalement de A à Z... Noir. Le bruit qu'émettait la créature cessa soudainement et un bruit au-dessus de moi attira mon attention. Inquiet de cet abrupt changement, je me retrouve rassuré lorsqu'un miaulement familier s'éleva :

- « Je suis là. Juste au dessus de vous.»

Elle continua :

-« J'aimerai bien vous laisser un peu mijoter là-dedans pour vous punir de vos avances envers moi. Et aussi pour vous apprendre à regarder où vous mettez les pattes. Cet endroit est dangereux ! On ne connait rien de cette tanière à bipède et vous vous permettez de flâner la truffe en l'air en prenant de grands airs. J'ai eu la peur de ma vie quand cette machine s'est mise en route, j'étais prête à m'enfuir d'ici le plus vite possible. Mon instinct me disait de courir, mais je ne pouvais pas vous abandonner. Je suis peut-être trop gentille... Après tout, je ne vous connais pas et vous ne faites pas partie de mon clan. Je ne sais même pas pourquoi je suis encore là. Qu'en pensez-vous ? Souhaitez-vous revoir la lumière du jour ou est-ce que je vous laisse ici jusqu'à ce que quelqu'un vous trouve ? »

Ouf, elle va bien ! Tout va bien... Si on oublie le fait que je suis dans un seau bien entendu.

-« Me punir !? Mais ne savez-vous donc pas que c'est un crime d'être aussi belle milady ? Il est vrai que je n'ai pas été très prudent. Vous auriez pu être blessé et j'en suis profondément désolé. Bien que j'aime bien sentir de nouveau la chaleur du soleil sur mon pelage, je vous rappelle que c'est vous qui êtes maitresse de la décision pas moi. Cependant autant vous mettre en garde, même si vous me laissez ici, je sais que j'occuperais toutes vos pensées.»

Suspendant ma phrase délibérément ma phrase sachant que ça allait ajouter de l'huile sur le feu avant de continuer :

-« Ainsi est faite la conscience, vous serez tourmenté et dans votre esprit, vous vous poserez sans cesse la même question : mais qu'est donc devenu Cœur Marin ? Et puis les remords suivront et patati et patata. Au final entre vous et moi celle qui souffrira le plus c'est vous. Vous vous donnez l'image d'une louve féroce, mais nous savons tous les deux que c'est votre moyen à vous protéger. Pour ne plus souffrir. Je suis peut-être un idiot, mais je le vois bien que vous n'êtes pas vilaine, la preuve, vous êtes encore là. »

Le silence fut ma seule réponse. Soudainement, mon nez se met à piquer et avant même que j'ai le temps de formuler les mots : oh non ! Je me mets à éternuer sans arrêt. Les yeux qui me piquent, le museau qui dégouline, sans compter mon pelage souillé de bran de scie je me demande quel sorte d'allure j'aurais en sortant d'ici. Si jamais je sors...
Revenir en haut Aller en bas
Nuit de Libellules
Guerrier(e) avec Apprenti
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Chaton
Messages ; : 668

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Sam 18 Oct 2014, 11:37

Nuit de Libellules avait réussi à arrêter la machine qui leur vrillait les tympans tant bien que mal. Une fois le vacarme finit, la femelle descendit de la table en sautant sur le seau métallique où était emprisonné le Don Juan de la Rivière. Elle ne savait pas encore trop quoi faire avec lui. Le laisser ici ou le libérer? Elle essayait de réfléchir tandis qu'ils discutaient.

-« Me punir !? Mais ne savez-vous donc pas que c'est un crime d'être aussi belle milady ? Il est vrai que je n'ai pas été très prudent. Vous auriez pu être blessé et j'en suis profondément désolé. Bien que j'aime bien sentir de nouveau la chaleur du soleil sur mon pelage, je vous rappelle que c'est vous qui êtes maitresse de la décision pas moi. Cependant autant vous mettre en garde, même si vous me laissez ici, je sais que j'occuperais toutes vos pensées.»

Un crime d'être belle? Quel culot il avait de lui parler ainsi! Même si elle bouillonnait de rage et que son poil s'était hérissé, elle se sentait tout de même légèrement gênée. Et ça l'énervait encore plus.

-« Ainsi est faite la conscience, vous serez tourmenté et dans votre esprit, vous vous poserez sans cesse la même question : mais qu'est donc devenu Cœur Marin ? Et puis les remords suivront et patati et patata. Au final entre vous et moi celle qui souffrira le plus c'est vous. Vous vous donnez l'image d'une louve féroce, mais nous savons tous les deux que c'est votre moyen à vous protéger. Pour ne plus souffrir. Je suis peut-être un idiot, mais je le vois bien que vous n'êtes pas vilaine, la preuve, vous êtes encore là. »

La guerrière piétinait sur place, la queue battante. Ses paroles tournaient dans sa tête. "L'image d'un louve féroce..." "Pour ne plus souffrir...". Il l'avait percé à jour. Des larmes montèrent en sentant les souvenirs affluer. Un matou blanc aux yeux dorés, ils étaient proches depuis l'enfance. L'amour les avait encore plus rapprochés et la mort les avait séparés. Par sa faute. Un soir de tempête, elle avait traîné à rentrer au camp pour rapporter sa proie. Elle s'était faite surprendre par un blaireau assoiffé de sang. Elle avait pensé mourir ce soir là quand une boule de poil blanche avait foncé sur le monstre pour le détourner d'elle. Blessée, elle n'avait pu l'aider et il avait péri aux griffes du blaireau. Son cœur ne s'était jamais remis de cette blessure. Elle avait mis au moins une lune avant de pouvoir continuer l'entrainement de son apprentissage. Quelques lunes plus tard, elle avait fait la rencontre d'un apprenti charbon avec des yeux émeraude intensément verts. Il disait d'être égaré sur le territoire du vent. Elle aurait pu le chasser à coup de griffes mais elle l'avait raccompagné aux Quatre Chênes. Ils s'étaient liés d'amitié et l'amour les avait à nouveau rapprochés. Mais ce jeune chat répondant au nom de Nuage d'Onyx était un rebelle de nature et n'aimait pas qu'on lui donne des ordres. Avant même d'avoir son baptême de guerrier il quitta la forêt pour ne jamais revenir. Cette nouvelle disparition rouvrit une blessure encore plus grande dans le cœur de la jeune chatte. Même si leur relation avait été interdite par le code du guerrier, leur amour avait été sincère. Elle n'avait plus jamais connu l'amour depuis ce jour. Plusieurs avaient essayé de la conquérir, mais elle les avait tous rejetés, à coup de griffes et de crocs pour certains. Elle n’était pas sûre de vouloir connaitre à nouveau l'amour. A quoi bon aimer quand la vie est cruelle avec nous et nous sépare de ceux qu'on aime? Les larmes que Libé retenait jusques là coulèrent alors sur ses joues et ses moustaches. Elle était complètement dépitée. Oui, elle se faisait louve, pour ne pas être dévorée comme une simple brebis sans défense. Alors qu'elle réprimait quelques sanglots, elle sursauta en entendant Cœur Marin éternuer sans cesse. Elle se rappela alors qu'elle bloquait sa sortie possible. Elle ne pouvait le laisser là. Elle sauta du saut, se mis dos à lui, jeta un regard en arrière puis l'envoya valser de ses deux pattes arrière, de la même manière qu'un cheval ruerait, libérant ainsi le félin blanc couvert de poussière brune qui n'en pouvait plus d'éternuer. Elle n'attendit pas qu'il reprenne ses esprits, elle fila par la sortie et sa queue disparue dans l'embrasure de la porte juste au moment où Cœur Marin regardait dans cette direction.
Nuit de Libellules était sortie en courant, et elle ne s'arrêta qu'une fois assez éloignée de plusieurs longueurs de queue de l'étrange cabane à bipède. Là elle s'allongea et se mit une patte sur les yeux, sanglotant, son corps secoué de spasmes.

- Oh Nuage d'Arctique pourquoi es-tu parti?

Revenir en haut Aller en bas
Coeur Marin
Ancien(ne)
avatar


Messages ; : 256
Humeur ; : Joyeux et plein d'entrain !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Dim 21 Déc 2014, 23:39

« Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. »

Je sens un mouvement au-dessus de moi, et puis le retour puissant de la lumière vient m'aveugler. Le temps que mes prunelles s'ajustent à la luminosité j'étais seul dans la cabane. Inquiet je sors du bâtiment et mes yeux se mettent à scruter les ombres. Dans le ciel en haut de moi se propageait des couleurs tous plus merveilleuses les unes que les autres. Normalement je me serais assis pour admirer l'aube naissante, seulement tandis que j'avance vers les taillis toutes mes pensées n'étaient orientées que vers une et une seule personne : Nuit des Libellules. L'avais-je blessée ? Raaaaah maudit soit moi et mes discours à la noix. Suis-je donc incapable au point de ne pas savoir lire l'atmosphère ? C'était évidant que ce sujet était sensible et moi pauvre idiot que je suis, je dois absolument aborder le sujet ! Je repère finalement tapis sur le sol la silhouette étendue de la guerrière au pelage gris. Voyant ses épaules s'agiter dans un sanglot mon inquiétude n'en 'est encore que plus accentuée. J'entendis soudainement un murmure à peine inaudible, tellement doux que si l'on y prêtait pas attention l'on aurait pu le confondre avec le souffle du vent :

- « Oh Nuage d'Arctique pourquoi es-tu parti? »

Pendant un moment j'hésite. Est-ce que je suis mon coeur et prends le risque de me faire décapiter ? Où bien je m'assure de rester en vie ? Bon bah tant pis hein ! Je serai mort en parfait gentlemen. Lentement je m'approche de la guerrière et dans un geste réconfortant passe ma queue sur son dos .

-« Pardonne moi j'ai été un idiot, j'ai visiblement ramené quelque chose de douloureux à la surface. Parfois je parle sans réfléchir et j'ignorais que te blesserais avec celles-ci. Si tu le désires je peux m'en aller je comprendrais que tu ne veuilles plus me revoir !»

Je recule et m'assois avant de continuer un peu amer :

-« J'ai des airs de charmeur au premier regard mais, la vérité c'est que je ne compte plus les fois où je me suis fait jeter. Et chaque fois ça m'a fait un mal de chien. Je me sens comme l'être le moins désiré sur la planète. Je veux dire à peine chaton mon père m'a abandonné. Dans le fond je ne suis qu'un pauvre matou en manque d'attention et qui a des moyens peu recommandables de combler ce besoin. »

Je baisse la tête un peu honteux, avant de continuer en murmurant :

-« Tu vois moi aussi j'ai une façade ... Au fond on n'est pas si différent. »
Revenir en haut Aller en bas
Nuit de Libellules
Guerrier(e) avec Apprenti
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Chaton
Messages ; : 668

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Mer 24 Déc 2014, 13:58

Après avoir délivré le matou blanc de sa prison de fer conique, la femelle grise légèrement striée sortit en trombe de la cabane à bipèdes et s'arrêta une fois à plusieurs longueurs de queue de l'entrée. Elle s'effondra sur le sol et pleura la disparition des êtres qui lui étaient chers, le corps secoué de spasmes. Pourquoi la vie était-elle si dure avec elle? Elle n'avait rien demandé. Elle entendit des bruits de pas d'approcher et devina que Cœur Marin était sorti la rejoindre. Ses sanglots se calmèrent et elle retira sa patte de ses yeux mais resta couchée au sol, ses yeux se réhabituant à la luminosité, passant de la nuit totale au début de l'aube. Elle sursauta légèrement en sentant la queue du félin blanc sur son dos.

-« Pardonne moi j'ai été un idiot, j'ai visiblement ramené quelque chose de douloureux à la surface. Parfois je parle sans réfléchir et j'ignorais que te blesserais avec celles-ci. Si tu le désires je peux m'en aller je comprendrais que tu ne veuilles plus me revoir !»

- Non ne pars pas...

Il recula, s'assit, et continua.

-« J'ai des airs de charmeur au premier regard mais, la vérité c'est que je ne compte plus les fois où je me suis fait jeter. Et chaque fois ça m'a fait un mal de chien. Je me sens comme l'être le moins désiré sur la planète. Je veux dire à peine chaton mon père m'a abandonné. Dans le fond je ne suis qu'un pauvre matou en manque d'attention et qui a des moyens peu recommandables de combler ce besoin. »

Pour finir, il murmura :

-« Tu vois moi aussi j'ai une façade ... Au fond on n'est pas si différent. »

Nuit de Libellules renifla et d'une voix chevrotante répondit :

- Je suis vraiment désolée pour toi Cœur Marin. Moi même je n'ai pas connu mon père même si ma mère m'en a beaucoup parlé quand j'étais petite. Elle me donnait des éloges de lui en disant que c'était un beau mâle au pelage gris argenté et épais, avec des yeux ambrés limite orangés. Je crois également me souvenir que son nom était Croc Argenté, et qu'il faisait parti autrefois du Clan du Crépuscule... Non, c'était le Clan du Tigre. Ce devait être avant la création du Crépuscule. Concernant ma vie amoureuse, elle est assez compliquée. C'est pour ça que je rejette tous ceux qui me font des avances, bien qu'ils ne m’intéressent pas forcément, de peur de leur faire du mal... et de les perdre eux aussi. A quoi bon se faire des liens quand tous vos amis disparaissent un à un? Nuage d'Arctique a été tué par un blaireau alors que j'avais été attaquée par ce dernier. J'aurais du mourir à sa place. Quant à Nuage d'Onyx, il a quitté la forêt pour ne plus jamais revenir. Même ma demi-sœur a quitté le clan car elle ne supportait pas Etoile du Démon, un ancien solitaire qui était devenu chef du clan. Ma mère m'a quitté également pour rejoindre le chemin du Clan des Etoiles et mon père l'a surement rejointe même si je ne l'ai jamais connu...

Son chagrin semblait s'être envolé à mesure qu'elle parlait à Cœur Marin. Au fond, parler ça faisait du bien parfois... Elle émit un petit rire en se remémorant la dernière phrase chuchotée par le guerrier de la Rivière. « Au fond on n'est pas si différent »

- C'est vrai, on peut dire qu'on a des points communs, car tout le monde est différent de tout le monde. Même des jumeaux peuvent être plus différents qu'on ne le croit. Mais n'utilise pas ça comme prétexte pour prétendre que nous sommes faits l'un pour l'autre, en lui faisant un clin d’œil taquin. Tu as déjà vu ce que ça faisait quand on s'approchait trop de moi sans mon accord, lui rappela t-elle en lorgnant la cicatrice fraîche sur l'oreille du chat aux yeux d'un bleu profond.
Revenir en haut Aller en bas
Coeur Marin
Ancien(ne)
avatar


Messages ; : 256
Humeur ; : Joyeux et plein d'entrain !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Lun 05 Jan 2015, 18:45

« Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. »

J’entends Nuit des Libellules renifler un peu avant de miauler :

-« Je suis vraiment désolée pour toi Cœur Marin. Moi-même je n'ai pas connu mon père même si ma mère m'en a beaucoup parlé quand j'étais petite. Elle me donnait des éloges de lui en disant que c'était un beau mâle au pelage gris argenté et épais, avec des yeux ambrés limite orangés. Je crois également me souvenir que son nom était Croc Argenté, et qu'il faisait parti autrefois du Clan du Crépuscule... Non, c'était le Clan du Tigre. Ce devait être avant la création du Crépuscule. Concernant ma vie amoureuse, elle est assez compliquée. C'est pour ça que je rejette tous ceux qui me font des avances, bien qu'ils ne m’intéressent pas forcément, de peur de leur faire du mal... et de les perdre eux aussi. A quoi bon se faire des liens quand tous vos amis disparaissent un à un? Nuage d'Arctique a été tué par un blaireau alors que j'avais été attaquée par ce dernier. J'aurais dû mourir à sa place. Quant à Nuage d'Onyx, il a quitté la forêt pour ne plus jamais revenir. Même ma demi-sœur a quitté le clan car elle ne supportait pas Etoile du Démon, un ancien solitaire qui était devenu chef du clan. Ma mère m'a quitté également pour rejoindre le chemin du Clan des Etoiles et mon père l'a surement rejointe même si je ne l'ai jamais connu...»

Soulagé de voir de nouveau ma nouvelle amie s'amuser, je me permets de relaxer un peu et m'étends sur le sol aux cotées de la guerrière du Clan du Vent.

- «C'est vrai, on peut dire qu'on a des points communs, car tout le monde est différent de tout le monde. Même des jumeaux peuvent être plus différents qu'on ne le croit. Mais n'utilise pas ça comme prétexte pour prétendre que nous sommes faits l'un pour l'autre.»


Je pouffe un peu en entendant sa réplique … Bon d’accord j’allais peut-être sortir quelque chose du genre. Mais vous ne pouvez pas m’en vouloir ! Casanova un jour, Casanova toujours !

-« Tu as déjà vu ce que ça faisait quand on s'approchait trop de moi sans mon accord ! »


Je ronronne amusé avant de lancer :

-« Mon père était un chat errant, ma mère est morte en me donnant naissance. Je ne suis pas né ici, j'ai vu le jour aux bords des flots d'un océan aux limites qui dépassent la grandeur de l'imagination. Mon paternel et moi avons voyagé ... et voyager jusqu'aux abords d'une forêt que tu connais sous le nom du territoire du clan du Tonnerre. Nous l'avons traversé et il m'a laissé sur le bord de la rivière. Des guerriers m'ont trouvé et ramené au clan de la Rivière. Les gens vont et viennent dans nos vies comme dans une valse. Et une fois que la danse est terminée ils nous quittent, nous laissant seul dans l'espace. Ça fait mal de se séparer d'une personne que l'on aime ... On se sent seuls, on voudrait être réconfortés, aimer et parfois même on en veut à la personne qui nous a quittés. On pense sans arrêt ; Comment vais-je survivre ? La vie me semble si terrifiante et cruel sans toi ! Et puis d'une manière ou d'une autre, la vie continue et on va de l'avant. Ce que tu fais en t'empêchant d'aimer et en éloignant les autres c'est de blesser ton entourage et les gens qui t'aiment et qui se font du souci pour toi. Est-ce que tu crois que ton Nuage d'Arctique aurait aimé que tu te prives de vivre les plaisirs de la vie à cause de lui ? Moi je te dis que tu devrais aller de l'avant et profiter de ce que la vie t'offre car, toutes les fleurs finissent par faner un jour, mais les souvenirs heureux ils restent.»

Je me lèche la patte avant de continuer :

-« Ohohnonhonhn je n'ai pas besoin de prétexte pour clamer que nous étions destiné à nous rencontrer. »

Je poursuis un peu penaud :

-« Tu n'es pas la première à avoir cette réaction. »
Revenir en haut Aller en bas
Nuit de Libellules
Guerrier(e) avec Apprenti
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Chaton
Messages ; : 668

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Dim 11 Jan 2015, 13:49

Se sentant un peu mieux après avoir séché ses larmes, Nuit de Libellules se confia au matou blanc qui était assit à une longueur de queue d'elle, comme s'il avait peur qu'elle le frappe à nouveau et qu'il établissait un périmètre de sécurité. Elle parla de sa vie, de sa famille, son père qu'elle n'a jamais connu, sa mère, Sombre Romance arpentant désormais le sentier du Clan des Etoiles, ses amourades Nuage d’Arctique et Nuage d'Onyx qui n'étaient plus là à ses côtés, et sa demi-sœur qui était partie du clan à jamais elle aussi.

Vers la fin de son récit, Cœur Marin sembla se détendre et s'allongea aux côtés de la femelle cendrée. Il pouffa lorsqu'elle lui dit qu'il ne devait pas se servir du prétexte qu'ils avaient des points communs pour crier partout qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Même s'il pouvait être un bon ami, il avait déjà une famille et de toute manière elle n'était pas intéressée par le mâle au pelage couleur neige.

-« Tu as déjà vu ce que ça faisait quand on s'approchait trop de moi sans mon accord ! »

Le mâle de la rivière ronronna, amusé, puis se lança dans son propre récit :

-« Mon père était un chat errant, ma mère est morte en me donnant naissance. Je ne suis pas né ici, j'ai vu le jour aux bords des flots d'un océan aux limites qui dépassent la grandeur de l'imagination. Mon paternel et moi avons voyagé ... et voyager jusqu'aux abords d'une forêt que tu connais sous le nom du territoire du clan du Tonnerre. Nous l'avons traversé et il m'a laissé sur le bord de la rivière. Des guerriers m'ont trouvé et ramené au clan de la Rivière. Les gens vont et viennent dans nos vies comme dans une valse. Et une fois que la danse est terminée ils nous quittent, nous laissant seul dans l'espace. Ça fait mal de se séparer d'une personne que l'on aime ... On se sent seuls, on voudrait être réconfortés, aimer et parfois même on en veut à la personne qui nous a quittés. On pense sans arrêt ; Comment vais-je survivre ? La vie me semble si terrifiante et cruel sans toi ! Et puis d'une manière ou d'une autre, la vie continue et on va de l'avant. Ce que tu fais en t'empêchant d'aimer et en éloignant les autres c'est de blesser ton entourage et les gens qui t'aiment et qui se font du souci pour toi. Est-ce que tu crois que ton Nuage d'Arctique aurait aimé que tu te prives de vivre les plaisirs de la vie à cause de lui ? Moi je te dis que tu devrais aller de l'avant et profiter de ce que la vie t'offre car, toutes les fleurs finissent par faner un jour, mais les souvenirs heureux ils restent.»

Il enchaina :

-« Ohohnonhonhn je n'ai pas besoin de prétexte pour clamer que nous étions destiné à nous rencontrer. Tu n'es pas la première à avoir cette réaction. »


Sa dernière phrase fit sourire la femelle des landes. Elle resta quelques instants silencieuse, à réfléchir à les dernières paroles du félin. « Est-ce que tu crois que ton Nuage d'Arctique aurait aimé que tu te prives de vivre les plaisirs de la vie à cause de lui ? » En y réfléchissant bien, la réponse était surement négative. Marin avait raison, elle ferait mieux de tourner la page et de continuer à vivre sa vie pleinement. Peut être même trouver un nouveau compagnon? Même si elle pensait en avoir trouvé un, suite à la rencontre hasardeuse de Nuage d'Horizon aux Quatre Chênes. Ils avaient fait connaissance et après avoir passé plusieurs heures ensembles, s'étaient avoués des sentiments profonds. Nuage d'Horizon, un joli mâle roux aux yeux émeraude comme les siens. Cette pensée la fit rougir jusqu'aux oreilles. Voyant que Cœur Marin l'observait étrangement, elle détourna la tête, un peu gênée, et se racla la gorge en respirant un bon coup.

- Si je ne suis pas la première a avoir cette réaction tu devrais apprendre de tes expériences et ne pas répéter tes erreurs ou tu finira avec les oreilles en lambeaux. Elle observa l’éraflure qu'elle lui avait faite. Au moins comme ça tu aura un souvenir de moi lui dit-elle en lui faisant un clin d’œil.

Nuit de Libellules se leva puis s'étira. Elle se dirigea vers le matou blanc et s'assit à côté de lui en posant sa queue sur les larges épaules du mâle.

- En tout cas Cœur Marin, je pense qu'une fois qu'on te connait tu peux être un bon ami, ainsi qu'un bon confident. Surtout ne répète à personne notre aventure, surtout la partie où je n'étais pas bien. J'ai une sorte de réputation à tenir... Et... merci d'avoir été là. Rapidement, elle lui fit une petite léchouille sur la joue droite puis se leva et fit quelques pas droit devant elle en laissant sa queue frotter le pelage épais du félin à mesure qu'elle avançait, frôlant son cou puis son menton avant de retomber dans le vide. Une fois à plusieurs longueurs de queue, elle se retourna.

- Alors, qu'elle est la suite du programme Monsieur le Don Juan?
Revenir en haut Aller en bas
Coeur Marin
Ancien(ne)
avatar


Messages ; : 256
Humeur ; : Joyeux et plein d'entrain !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Mer 18 Mar 2015, 15:05

« Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. »

Un moment d'un paisible silence vint nous envelopper. Pas de doutes Nuit des Libellules est bel et bien amoureuse de quelqu'un, mais la question reste de qui ? Je reconnais cet éclat qui brille dans ses yeux, je l'ai vu à maintes reprises notamment chez Étoile de la Mort. L'amour. Un drôle de sentiment bien complexe qui vous met dans tous vos états. Plus je la regarde et plus je suis convaincu de ne pas me tromper. Pas de doutes Nuit des Libellules est bel et bien amoureuse de quelqu'un, mais la question reste de qui ?

- « Si je ne suis pas la première à avoir cette réaction, tu devrais apprendre de tes expériences et ne pas répéter tes erreurs où tu finiras avec les oreilles en lambeaux.»

Je pouffe un peu devant cette déclaration, elle est pas complétement fausse la petite. Il y a longtemps que j'aurais dû apprendre, mais, bon les vieilles habitudes meurent difficilement.

-« Au moins comme ça, tu auras un souvenir de moi. »

Je ronronne amusé et incapable de me retenir plus longtemps décide de répliquer avec humour :

-« C'est vrai qu'avec les oreilles déchiquetées, je risque d'être plutôt impopulaire auprès de la gent féminine.»


La jeune chatte s'étira et posa sa queue délicate sur mes épaules. Je mentirais si je disais que je n'apprécie pas cette attention.

-« En tout cas, Coeur Marin, je pense qu'une fois qu'on te connaît, tu peux être un bon ami, ainsi qu'un bon confident. Surtout ne répète à personne notre aventure, surtout la partie où je n'étais pas bien. J'ai une sorte de réputation à tenir... »

Mon regard s'adoucit immédiatement en entendant ses mots. Jamais je n'aurais cru pouvoir dire une chose pareille, mais je crois que si jamais quelqu'un venait à faire du mal à la venteuse, je serai hors de moi. Et pourtant, c'est insensé, je viens de la rencontrer et elle n'est encore qu'une étrangère pour moi. Mais, j'ai le sentiment que nous chemins devait se croiser.Je laisse échapper un ronronnement appréciateur malgré moi lorsque la guerrière vint poser une léchouille sur ma joue.

-« Je ne suis pas un guerrier à la renommée flamboyante en fait, je suis plus un sentinelle qu'autre chose, mais, si jamais il vous arrivait quelque chose sachez que je serais le premier à me jeter dans la mêlée. Peu m'importe que nous soyons issus de clan différent et ennemi , je veux que vous soyez consciente que je serais toujours présent et à votre service milady.»


-« Alors, qu'elle est la suite du programme Monsieur le Don Juan ?»

Je jette un coup d'œil vers le ciel et pouffe un peu. Parfait. Exactement au bon moment.

-« Et si nous grimpions à cet arbre ?»
dis-je en lançant un clin d’œil vers la jeune chatte aux prunelles forêts .
Revenir en haut Aller en bas
Nuit de Libellules
Guerrier(e) avec Apprenti
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Chaton
Messages ; : 668

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Sam 21 Mar 2015, 14:50

La femelle gris perle commençait à se sentir de plus en plus à l'aise avec le matou blanc. Leur lien devenait de plus en plus fort, oh rien de très sérieux rassurez-vous, la guerrière avait déjà le cœur occupé par un apprenti de son clan. Après avoir perdu deux fois son âme sœur, son cœur avait refermé ses blessures et Nuage d'Horizon lui avait mis du baume sur cet organe vital. Ça lui avait fait un bien fou. Et se faire un ami de plus n'était pas de refus, peu importe son clan. Après tout un chat reste un chat. Quelle importance qu'il soit de clan, domestique ou solitaire? On a bien le droit d'avoir des relations... Nuit de Libellules posa sa queue sur les épaules du matou.

- En tout cas, Coeur Marin, je pense qu'une fois qu'on te connaît, tu peux être un bon ami, ainsi qu'un bon confident. Surtout ne répète à personne notre aventure, surtout la partie où je n'étais pas bien. J'ai une sorte de réputation à tenir...

-« Je ne suis pas un guerrier à la renommée flamboyante en fait, je suis plus un sentinelle qu'autre chose, mais, si jamais il vous arrivait quelque chose sachez que je serais le premier à me jeter dans la mêlée. Peu m'importe que nous soyons issus de clan différent et ennemi , je veux que vous soyez consciente que je serais toujours présent et à votre service milady.»

Libellule lui sourit. Elle était très touchée par cette attention. Ce minet aux grands airs de Don Juan était un chat bien. Il suffisait d'apprendre à le connaitre pour l'apprécier -un peu comme tout le monde d'ailleurs-. La jeune femelle se leva et fit quelques pas à l'opposé de lui tout en laissant sa queue frotter son menton et son pelage.

- Alors, quelle est la suite du programme Monsieur le Don Juan ?


Le mâle pouffa un peu tout en levant les yeux au ciel. Il semblait avoir une idée.

-« Et si nous grimpions à cet arbre ?» dit-il en lançant un clin d’œil vers la jeune chatte aux prunelles forêts.

La féline leva la tête et un sourire étira sa frimousse espiègle.

- Un défi? Ça me va. On fait la course jusqu'au plus haut possible ?

Elle n'attendit même pas de réponse. La voir partir devant l’incitera peut être à la rejoindre à cette partie de grimpette. Nuit de Libellules n'avait jamais vraiment apprit à grimper aux arbres. Rares étaient les arbres sur la lande, s'ils n'étaient pas inexistants. Mais elle avait déjà vu d'autres faire et avait parfois eu l'occasion de s'exercer sur des territoires libres.

Prenant de l'élan, elle saute et enlaça le tronc épais de ses pattes, sortant les griffes pour mieux s'accrocher. Elle grimpa ainsi jusqu'à la première branche, un peu essouflée, et attendit son nouvel ami qui était encore au sol, le nez levé au ciel.

- Allez viens Coeur Marin! C'est pas très difficile!


[WOUHOU 2E PAGE XD CHAMPAGNE !]
Revenir en haut Aller en bas
Coeur Marin
Ancien(ne)
avatar


Messages ; : 256
Humeur ; : Joyeux et plein d'entrain !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Lun 20 Juil 2015, 03:13

« Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même.»

La queue de la guerrière me passa sous le museau, me laissant entrapercevoir la douce odeur d'herbes fraîches de fleurs qui pousse dans la lande qu'elle emmenait avec elle dans son sillage. Un air espiègle passa sur la figure délicate de la chatte avant qu'elle ne miaule brievement:

- « Un défi? Ça me va. On fait la course jusqu'au plus haut possible ? »

À peine eut-elle prononcé ces mots qu'elle s'élança gracieusement vers le tronc d'arbre. Non sans un peu de difficulté, elle atteignit la première branche avec succès.

- « Allez viens Coeur Marin ! Ce n'est pas très difficile ! »

Je secoue la tête énergiquement et me mets aussitôt à courir en direction de l'arbre. Je plante mes griffes dans l'écorce et me mets aussi à escalader les parois de celui-ci. Une fois en haut, je m'écrase sans plus de cérémonie à bout de souffle. Toutefois, je me reprends bien vite et sans un mot me mets à escalader une deuxième branche puis une troisième sachant que Nuit des Libellule me suivrait. Je cheminais tant bien que mal à travers le feuillage épais de l'arbre.
Les oiseaux chantaient une douce mélodie qui résonnait comme une berceuse à mes oreilles tandis que je m'efforçais de ne pas regarder en bas. C'était à se demander comment ces pauvres bougres du clan du tonnerre arrivait à grimper sans avoir le vertige. Une fois à mis-chemin je m'arrête de nouveau et miaule en direction de ma camarade :

-« Et si nous nous arrêtions ici pour un moment ? Je suis complètement à bout de souffle !
Revenir en haut Aller en bas
Nuit de Libellules
Guerrier(e) avec Apprenti
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Chaton
Messages ; : 668

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Ven 14 Aoû 2015, 15:14

[Notre partie de grimpette aux arbres me fait beaucoup penser à un passage de BD : http://kique7.deviantart.com/art/Asmundr-Page-153-516274777?q=gallery%3AKique7%2F46034118&qo=132 & http://kique7.deviantart.com/art/Asmundr-Page-154-516543853?q=gallery%3AKique7%2F46034118&qo=131 ]


Cœur Marin avait défié la jeune féline de grimper à l'arbre le plus proche. Ce qu'elle avait accepté de faire avec un rictus espiègle. Elle s'était élancée vers le grand arbre puis avait grimpé jusqu'à la première branche. Une fois installée de manière à être sûre de ne pas tomber, elle héla le matou aux longs poils blancs.

- Allez viens Cœur Marin! C'est pas très difficile!

Elle sourit d'amusement, se demandant s'il oserait grimper lui aussi. Couchée sur sa branche, sa queue se balançant doucement de droite à gauche, elle attendait le matou poissonneux. Ce dernier s'élança alors en secouant énergiquement la tête. Il s’accrocha au tronc grâce à ses griffes puis se hissa tant bien que mal sur la première branche, essoufflé à son tour. Mais il ne se laissa pas découragé et il grimpa à nouveau, encore et encore. Nuit de Libellules le suivit, grimpant de son propre côté sur chaque nouvelle branche. La femelle étant fine et agile, elle n'eut pas trop de mal à grimper, encore, encore et encore. Sautant de branche en branche, toujours plus haut, toujours plus loin. Elle prenait un malin plaisir à attendre que Cœur Marin la rattrape, la dépassé, puis à le dépasser en moins de deux. Elle pourrait presque devenir une membre du Clan du Tonnerre, son atout elle le dirait haut et fort : "Je sais grimper aux arbres!". Elle ricana intérieurement. Elle, aller dans le Clan du Tonnerre et se sentir prisonnière entourée par tous ces arbres, alors qu'elle pouvait à chaque instant sentir le vent dans sa fourrure sur la plaine? Hors de question !

Les deux félins étaient maintenant à peu près au milieu de l'arbre. La femelle grise
fut étonnée de la distance qu'ils avaient parcourus en si peu de temps lorsqu'elle regarda en bas. Si un chat se trouvait au pied de l'arbre, il paraîtrait surement tout petit. Et encore plus s'ils arrivaient à aller jusqu'au sommet sans se casser une patte. Une chute de cette hauteur serait très probablement mortelle... En tout cas ils n'arriveraient pas totalement entiers jusqu'en bas. Une patte ou deux en moins, et c'était la tanière du guérisseur et des anciens à vie. Mieux ne valait pas penser à une éventuelle chute. Alors qu'elle était à deux branches de plus de Cœur Marin, elle entendit celui-ci souffler.

- Et si nous nous arrêtions ici pour un moment ? Je suis complètement à bout de souffle !

La guerrière du vent remarqua qu'elle aussi était plutôt essoufflée, bien qu'un peu moins que le félin blanc. Elle s'allongea sur sa branche et lança d'un ton narquois au guerrier de la Rivière :

- Bah alors papy, on est déjà fatigué? C'est tout ce que valent les guerriers de la Rivière? Elle rigola légèrement en ronronnant. Bon alors, pour ce défi, ça veut dire que j'ai gagné? A moins que monsieur le Don Juan ai encore de l'énergie à revendre? Puis elle lui tira la langue d'un air moqueur.
Revenir en haut Aller en bas
Coeur Marin
Ancien(ne)
avatar


Messages ; : 256
Humeur ; : Joyeux et plein d'entrain !

Feuille de Personnage
Sexe: Mâle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Mar 15 Nov 2016, 00:20

« Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même.»

Une chose à savoir avec les chats du Clan de la Riviere, c'est que nous ne sommes pas des grimpeurs à la base. Si vous demander à un guerrier de la Riviere de traverser un lac, il s'exécutera sans problèmes ses pattes légèrement palmées lui permettant de nager à la manière d'une truite arc-en-ciel, or, si vous mettez ce même chat devant un arbre et que vous lui demander de grimper alors là, c'est une tout autre histoire. Ce qui expliquait sans doute la fâcheuse situation dans laquelle je me retrouvais, pris d'un soudain élan de vertige me donnant le tournis. J'avais le souffle court et la respiration haletante et je feins un miaulement outré en entendant la guerrière m'appeler papy.
Quoique elle n'avait pas tout à fait tort, je commençais à me faire vieux et il y avait des lunes que j'avais perdu mon duvet de chaton. Après un autre effort surhumain, je parvins à rejoindre la Venteuse sur sa branche et ronronnai amusé face à sa boutade accompagnée d'une grimace.

-« Mais mais que voyons-nous là, voici une attitude peu digne d'une guerrière du prestigieux Clan du Vent, si j'ai gagné des années et bien vous ma chère semblez être redevenus un petit chaton.» Avais-je dit d'une voix taquine.

Je plongeai mes yeux vers l'horizon et je fus ravie de constater que la vue était aussi belle que je l'imaginais. L'aurore au loin colorait le ciel de ses lueurs dorées et violacées et auraient eût dit que l'on assistait à une fête dans le ciel donné par le Clan des Étoiles lui-même.

-« Je me dois de constater ma défaite milady et je m'incline devant vos talents de grimpeuse. Tel le pauvre chat des Rivières que je suis.» Disais-je d'un ton humble. Je n'étais pas un mauvais perdant et je savais reconnaitre le talent quand j'en voyais. Je me tusse pendant un moment appréciant seulement le doux chant des oiseaux, la vision ma foi spectaculaire et la caresse du vent dans ma fourrure sans compter la douce et agréable compagnie de ma nouvelle amie avant de poursuivre curieux :

-« Dites-moi très chère Nuit des Libellules, regardez-vous souvent l'aube se lever ? Est-ce un spectacle que vous appréciez fréquemment dans la lande ?»


Je n'avais jamais pris le temps d'observer la nature comme je le faisais à ce moment-là et j'avais ressenti un pincement de regret à l'idée de n'avoir jamais pris le temps de m'asseoir et de simplement regarder. Un si beau spectacle juste pour nous, le Clan des Étoiles nous offraient un si beau cadeau quel dommage de ne jamais l'avoir remarqué avant ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
Nuit de Libellules
Guerrier(e) avec Apprenti
avatar


<u>Rang 2nd personnage</u> ;Chaton
Messages ; : 668

Feuille de Personnage
Sexe: Femelle
Relations
:

MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   Mer 16 Nov 2016, 11:02

Les deux félins avaient grimpé à l'arbre et étaient arrivés à environ la moitié de sa hauteur, Nuit de Libellules perchée quelques branches au dessus du guerrier blanc. Tout deux essoufflés par leur partie de grimpette, les chats faisaient une pause, et il était très probable que la course s'arrête ici. Tout en rigolant, la femelle grise rayée taquina le matou poissonneux en l'appelant "papy". Ce dernier émit un miaulement outré, pas tout à fait convainquant aux yeux de la guerrière. Cœur Marin finit par rejoindre tant bien que mal la femelle sur sa branche et ronronna face à la boutade de la guerrière.

-« Mais mais que voyons-nous là, voici une attitude peu digne d'une guerrière du prestigieux Clan du Vent, si j'ai gagné des années et bien vous ma chère semblez être redevenus un petit chaton.» dit-il d'une voix taquine.

Nuit de Libellules éclata de rire. Ce matou avait bien raison. Elle se sentait plus en forme que jamais, oubliant tous ses soucis. C'était bon de se comporter comme un chaton parfois.

- Haha, vous avez bien raison mon cher, parfois j'aimerai redevenir un petit chaton et oublier tous mes soucis, n'avoir en tête qu'à jouer toute la journée et découvrir le monde ! déclara-t-elle en joignant le geste à la parole, levant une patte vers le ciel, comme pour attraper les nuages, avant de la reposer sur la branche.

Suivant le regard du guerrier blanc, elle observa l'horizon à son tour, laissant son esprit vagabonder. Elle se tourna ensuite vers le Don Juan lorsqu'il prit la parole.

-« Je me dois de constater ma défaite milady et je m'incline devant vos talents de grimpeuse. Tel le pauvre chat des Rivières que je suis.» miaula-t-il d'un ton humble.

La venteuse sourit en ronronnant, fière de sa victoire, même si elle n'avait pas été très compliquée, étant plus agile que le vieux matou. Les chats de la rivière fanfaronnaient dès qu'il s'agissait de pêcher ou de nager, mais dès qu'il fallait grimper aux arbres ou courir après un lapin, c'était une autre histoire. Le chat blanc reprit la parole.

-« Dites-moi très chère Nuit des Libellules, regardez-vous souvent l'aube se lever ? Est-ce un spectacle que vous appréciez fréquemment dans la lande ?»

Avant de répondre, Nuit de Libellules observa l'horizon à nouveau, observant les douces lueurs émanant du soleil levant. C'était un spectacle magnifique, et peu de chats prenaient le temps d'observer ce phénomène naturel, il était là tous les jours, mais différent tous les matins. Le ciel se teintait d'orange, de bleu, de violet et de rose, le tout harmonieusement mélangé et dégradé.

- Je dois avouer que je ne prend pas souvent le temps d'observer ce superbe spectacle. Nous devrions pourtant, les couleurs sont superbes. Elle se tut, continuant d'observer le ciel, jusqu'à ce que les rayons du soleil pointent le bout de leur nez. Nuit de Libellules finit alors par s'étirer en baillant, puis se tourna vers Coeur Marin.

- Bien, que fait-on maintenant ? On devrait peut être redescendre avant de faire une mauvaise chute. Et sans faire la course cette fois, dit-elle en plaisantant et en tirant à nouveau à langue au guerrier.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contemplation de l'aurore à deux   

Revenir en haut Aller en bas
 

Contemplation de l'aurore à deux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» porter deux bébés
» (79) LES DEUX SEVRES archives en ligne et Cadastre Napoléonien
» rimouski csn Aurore Boréale
» Vivre seule à deux
» La réunification des deux Normandie. Qu’en pensez-vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans RPG ::  :: Neutre :: Cabane à couper le bois-
firefox Forum optimisé pour Mozilla Firefox et pour une resolution de 1280*800 px. © Copyright by "La guerre des Clans RPG", tout droits réservés. Idée originale d'apres "La guerre des clans" d'Erin Hunter. Toute reproduction de textes, d'images et de concepts est strictement interdite. Forum by Ladylemon (Brûlure d'Acide & Rivière Brisée) & Edrakan (Etoile de Cendre). Géré par Ladylemon, Edrakan, Tykasu (Etoile d'Argent), BN (Etoile d'Hiver) & Doddz (Etoile d'Ebène).
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit